Santé publique - La pollution de l’air reconnue comme cause de cancer

Santé publiqueLa pollution de l’air reconnue comme cause de cancer

17.10.2013

A l’issue de nombreuses études sur les risques de développer un cancer, l’agence spécialisée sur le cancer de l’OMS a conclu que la pollution de l’air est cancérigène. Au-delà du risque majeur pour la santé qui était jusque là dénoncé, l’exposition des êtres humains à la pollution de l’air extérieur comme cause de cancer est désormais vérifiée.

  • La pollution de l’air reconnue comme cause de cancer  - 1

    La pollution de l’air reconnue comme cause de cancer

La récente annonce du Centre International de Recherche sur le Cancer (CIRC) pourrait - espérons-le - déclencher une véritable prise de conscience : la pollution de l'air qui nous entoure est cancérigène. Telle est la conclusion de l'agence spécialisée sur le cancer de l'OMS qui pointe du doigt de nombreux secteurs économiques comme responsables. «Nous savons maintenant que la pollution de l'air extérieur n'est pas seulement un risque majeur pour la santé en général, mais aussi une cause environnementale de premier plan des décès par cancer», déplore le docteur Kurt Straif du Centre International de Recherche sur le Cancer (CIRC).

Concrètement, le CIRC classe désormais la pollution atmosphérique parmi les cancérogènes certains pour les êtres humains, comme l’a annoncé son directeur, Christopher Wild. Il a toutefois souligné que parmi les près d'un million de cancer des poumons enregistrés chaque année, la majorité est liée au tabac. Seuls «environ 10% sont liés à des causes comme la pollution de l'air». Les données les plus récentes dont disposent le CIRC montrent qu'en 2010, 223 000 personnes étaient décédées d'un cancer du poumon en lien avec la pollution de l'air. Pour l'instant, les données n'ont pas permis d'établir si un groupe particulier de la société (femmes ou hommes, jeunes ou âgés) était plus vulnérable. Les études montrent que ces dernières années, les niveaux d'exposition à la pollution atmosphérique ont augmenté significativement dans certaines régions du monde, en particulier dans les pays largement peuplés et à croissance industrielle rapide, comme la Chine.

«Une étape importante»

«Classer la pollution de l'air atmosphérique comme cancérigène pour l'Homme est une étape importante», a expliqué Christopher Wild. «Il y a des façons effectives de réduire la pollution atmosphérique et, étant donné l'ampleur de l'exposition qui touche les personnes à travers le monde, ce rapport devrait envoyer un signal fort à la communauté internationale pour qu'elle agisse sans délai». Le CIRC publiera ses conclusions de façon plus détaillée le 24 octobre en ligne sur le site The Lancet Oncology. Mais dans son communiqué diffusé jeudi, l'organisation souligne que les principales causes de cette pollution atmosphérique sont notamment les transports, l'industrie, l'agriculture, ainsi que le fait de cuisiner et de chauffer son lieu de résidence.

«On ne peut pas faire grand chose pour changer l'air que nous respirons et nous sommes tous responsable de ça. Et je pense que c'est important de soulever le fait qu'il faille vraiment une action de santé publique collective pour résoudre ce problème», a souligné le docteur Dana Loomis, du CIRC, considérant que c'était aux politiques de prendre des mesures, pendant que les experts devaient se contenter d'établir des faits.

Caroline Laires-Tavares (avec AFP)
Source : Legeneraliste.fr

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
Congrès Isnar

En direct du Congrès de l'Isnar-IMG Agnès Buzyn rassure les internes sur la coercition, mais botte en touche sur les conditions de travail

Après un rendez-vous manqué l’année dernière à cause des intempéries, la ministre de la Santé était cette année bien présente physiquement au 20e Congrès de l’Intersyndicale des internes de...3

[VIDEO] Accès des salariés, indépendance des actions en Congrès, organisme pro-syndicats ... la directrice générale de l'ANDPC répond à vos questions - 2/2

[VIDEO] Accès des salariés, indépendance des actions en Congrès, organisme pro-syndicats ... la directrice générale de l'ANDPC répond à vos questions - 2/2-0

Les médecins ont encore un an pour répondre à leur obligation triennale de développement professionnel continu (DPC). Les généralistes... Commenter

Téléconsultation, télé-expertise : qu'est-ce que ça change ? Deux généralistes témoignent

Adrien Naegelen et Nicolas de Chanaud

À l'occasion d'un colloque sur la télémédecine en libéral, organisé par l'URPS Ile-de-France jeudi dernier, deux jeunes généralistes parisie... 2

Gastro-entérologie LE BON USAGE DES INHIBITEURS DE LA POMPE À PROTONS Abonné

IPP

Les IPP ont révolutionné la prise en charge des maladies liées à l’acide gastrique. Mais 60 % des prescriptions sont hors AMM, selon... Commenter

Prévention DIABÈTE : À QUOI SERT LE CONTRÔLE DES FACTEURS DE RISQUE ? Abonné

Diabète

Cette étude du NEJM, menée en vraie vie, suggère que lorsque tous les facteurs de risque d’un patient DT2 sont contrôlés, la probabilité de... Commenter

A découvrir