Traitements - Cancer : la déshospitalisation ne fait que commencer...

TraitementsCancer : la déshospitalisation ne fait que commencer...

16.10.2013

En 2020, un cancer du sein sur deux devrait être opéré en ambulatoire, la moitié des chimiothérapies seront administrées per os et un nombre croissant d’entre elles pourront se faire à domicile... Surfant sur des tendances récentes, une étude évoque un bouleversement des soins en cancérologie dans quelques années, avec de moins en moins de séances de radiothérapie et un boom de la radiologie interventionnelle.

  • Cancer : la déshospitalisation ne fait que commencer... - 1

    Cancer : la déshospitalisation ne fait que commencer...

Traitements "ciblés", souvent à domicile, hospitalisations courtes... Les soins en oncologie devraient ressembler à ça en 2020, selon une étude d'Unicancer. Les experts qui ont planché pour la fédération française des centres privés de lutte contre le cancer prévœint rien moins qu’une petite révolution dans la prise en charge des cancers. Pour ce travail prospectif, Unicancer a interviewé 40 médecins spécialistes et a dégagé six grandes tendances.

A commencer par une tendance déjà amorcée à la déshospitaliation. La chirurgie ambulatoire notamment devrait plus que doubler en cancérologie d'ici 2020 (par nombre de séjours): avec par exemple la moitié des opérations pour un cancer du sein (contre 12% aujourd'hui), 15% des interventions sur les ovaires ou la thyroïde (contre 3% et 1%). Les retours plus rapides d'hospitalisation s'accompagneront d'une multiplication des soins à la maison, dont les chimiothérapies chez soi. Ainsi 14% des chimiothérapies dans le cancer du sein pourront se faire à domicile en 2020 contre 3% actuellement. En outre, l'administration per os des chimiothérapies devrait se généraliser : ce devrait être le cas de la moitié des chimiothérapies en 2020 contre le quart actuellement. D’une manière générale, «le rôle de l'hôpital dans la prise en charge des cancer s évoluera pour être moins centré sur le séjour hospitalier et plus focalisé sur la coordination», pronostique le Pr Josy Reiffers, président d'Uni cancer.

Thérapies ciblées et radiologie interventionnelle

Côté radiothérapie, le nombre des séances sera fortement réduit, ce qui diminuera, là encore, les obligations de déplacements des malades vers l'hôpital. Par exemple pour une bonne part des traitements dans les cancers du poumon, le nombre des séances passera de 30 actuellement à cinq en moyenne ! En revanche, la "radiologie interventionnelle" prendra une place prépondérante. Radiofréquence, cryoablation, thermoablation, l’étude prévoit une multiplication par cinq du nombre des hospitalisations pour ce type d'interventions. Le thème du cancer sera d’ailleurs au centre des Journées françaises de radiologie qui débutent en fin de semaine.

Le rapport d’Unicancer confirme aussi que les thérapies dites ciblées deviendront «prépondérantes dans les années à venir», souvent en combinaison avec les chimiothérapies classiques. Les experts d’Unicancer relèvent enfin deux autres tendances : l'usage systématique de la biologie moléculaire pour caractériser chaque tumeur afin de sélectionner des thérapies ciblées et la généralisation des "soins de support" pour le bien-être et le soutien psychologique du malade.

Tout cela dessine un paysage complètement différent pour les traitements en cancérologie dans moins de dix ans. «L'étude d'Unicancer identifie des évolutions très bénéfiques pour les patients et des sources d'économie pour l'Assurance maladie,» souligne le Pr Josy Reiffers. Un dernier argument évidemment à prendre en considération, s’agissant d’une discipline si onéreuse. «Cependant le système de santé actuel n'encourage pas leur développement» regrette le président d’Unicancer.

Source : Legeneraliste.fr
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
Cancer domicile

Répondez à notre enquête Quelles solutions pour vos patients atteints de cancer à domicile ?

A l’heure du « virage ambulatoire », la cancérologie se déploie de plus en plus chez le patient. Pour le médecin généraliste comme pour les autres acteurs de soins de ville, c’est à la fois une...4

Agnès Buzyn annonce la mise en œuvre de la recertification des médecins

.

Agnès Buzyn avait déjà plutôt séduit l’Ordre des médecins lors de ses discours. La ministre de la Santé pourrait bien avoir à nouveau... 39

Le gouvernement ne généralisera pas le tiers payant fin novembre

.

"Nous ne sommes pas prêts techniquement à l'étendre". Alors que la loi Santé votée sous le quinquennat Hollande prévoyait la généralisation... 3

Gastro-entérologie LA CONSTIPATION Abonné

Constipation

Pathologie fréquente, assez souvent négligée, la constipation chronique nécessite d’être considérée et caractérisée. Sa prise en charge,... Commenter

Addictologie LA MALADIE DE LAUNOIS BENSAUDE Abonné

Maladie de Launoy Bensaude 2

Cette pathologie est une lipodystrophie rare, souvent rattachée à une intoxication alcoolique, et se traduit par le développement... Commenter

A découvrir