Hôpital - Grève du zèle chez les urgentistes

HôpitalGrève du zèle chez les urgentistes

13.10.2013

La consigne prend effet à partir de mardi. Deux syndicats appelent les urgentistes hospitaliers à ne plus chercher eux-même de lits d’aval et à confier cette tâche aux administratifs de l’hôpital. Embouteillages en perspective dès cette semaine dans les hôpitaux...

  • Grève du zèle chez les urgentistes - 1

    Grève du zèle chez les urgentistes

Les syndicats de médecins urgentistes AMUF et Samu-Urgences de France appelent les urgentistes à déléguer, à partir de mardi 15 octobre à la direction de leur hôpital la gestion du transfert des malades vers d'autres services, afin de pousser les établissements à revoir leur organisation. Si une solution pour hospitaliser le patient n'est pas trouvée immédiatement, "les urgentistes cesseront d'appeler au téléphone tous les services, l'un après l'autre (...) la fonction de recherche sera assurée par le directeur ou les personnes qu'il aura désignées", écrit Samu-Urgences de France dans un communiqué. "Au lieu de rester pendu au téléphone comme aujourd'hui, l'urgentiste retournera à ses autres malades", explique Marc Giroud, le président de SAMU de France.

Les syndicats demandent la désignation d'un référent pour les urgences et la création d'une cellule qui gère les flux d'hospitalisation "24 heures sur 24 et sept jours sur sept", a indiqué Patrick Pelloux, président de l'AMUF. Un rapport sur la gestion des lits d'hospitalisation avait été remis fin septembre à Marisol Touraine. La ministre avait alors indiqué que 162 établissements étaient concernés par un projet de déploiement sur trois ans de services chargés exclusivement de gérer les lits. Elle va devoir rapidement donner des gages aux médecins des urgences. Marc Giroud se dit satisfait de l'écoute du gouvernement, mais entend accélérer les changements concrets au sein des hôpitaux. "Nous ne sommes pas dans un bras de fer, mais dans une incitation forte" à adopter de nouvelles pratiques, dit-il. "On essaie de forcer un peu la porte", abonde de son côté Patrick Pelloux.

Paul Bretagne
Source : Legeneraliste.fr

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
Infirmière

En direct des rencontres de ReAGJIR à Avignon Infirmière en pratique avancée : un métier pensé pour l’hôpital ?

Les infirmiers en pratique avancée (IPA) feront-ils évoluer la pratique des généralistes ? Les jeunes généralistes ont découvert les contours de la collaboration avec ces futurs professionnels ce...6

Un docu poignant sur les derniers jours d'un médecin de campagne sans successeur

Laine

C'est l'histoire d'un médecin de campagne. Un généraliste isolé, qui travaille à l'ancienne. De 7h30 à 21h30. Tous les jours sauf le... 16

La méditation en pleine conscience, solution pour prévenir le burn-out des soignants ?

Méditation

Prévenir l'apparition des risques psychosociaux est possible. Mercredi, lors du 4e colloque de l’association SPS (soins aux professionnels... 10

Cardiologie LES ANTICOAGULANTS ORAUX DIRECTS DANS LA PRATIQUE QUOTIDIENNE Abonné

.

Les anticoagulants oraux directs (AOD) sont de plus en plus prescrits en France et dans le monde entier. Leurs indications majeures sont la... Commenter

BPCO UNE "BRONCHITE" DU FUMEUR Abonné

Cigarette

Souvent jugées bénignes par le patient, les exacerbations aiguës de BPCO comportent un risque vital. Le généraliste se doit de les... Commenter

A découvrir