Université d’été de la CSMF - Sur le tiers payant, Marisol Touraine répond à ses détracteurs

Université d’été de la CSMFSur le tiers payant, Marisol Touraine répond à ses détracteurs

27.09.2013

La ministre de la Santé était vendredi l’hôte de la CSMF qui ouvrait à Lille son université d’été 2013. Accueillie par les critiques du président Michel Chassang, Marisol Touraine est apparue déterminée sur la généralisation du tiers payant et a voulu rassurer les médecins libéraux : ce ne sera pas une usine à gaz et ils seront payés à l’heure…

  • Sur le tiers payant, Marisol Touraine répond à ses détracteurs - 1

    Sur le tiers payant, Marisol Touraine répond à ses détracteurs

Entre Marisol Touraine et la CSMF , le courant passe encore, mais le débat est de plus en plus vif. La 19ème Université d’été du syndicat qui s’est ouverte à Lille vendredi en a donné une illustration. La ministre de la Santé, intervenant à l’ouverture de la manifestation, aura en tout cas trouvé là l’occasion de répondre à ses détracteurs après une semaine au cours de laquelle elle a présenté sa « Stratégie nationale de santé », puis les grandes lignes du PLFSS 2014.

Chassang très critique

Pour sa dernière Université d’été en tant que président du syndicat, Michel Chassang s’est en effet montré particulièrement offensif et critique vis-à-vis de la politique gouvernementale : « Vous avez devant vous des médecins inquiets », a-t-il annoncé d’emblée! Le leader de la Conf’, voit en effet dans la Stratégie nationale de Santé un risque d’étatisation avec le renforcement des ARS. Et il critique dans le PLFSS, « une disproportion de l’effort demandé à la médecine de ville. » « C’est le poste des soins de ville qui supportera la plus grosse part de l’économie nécessaire au bouclage du budget », a-t-il encore insisté. Mais c’est sur la généralisation du tiers payant que le médecin généraliste qui préside la CSMF a concentré ses plus vives critiques, redoutant en substance un engrenage potentiellement dangereux pour l’autonomie de la médecine libérale, pointant au passage le caractère inflationniste du tout tiers payant et soulignant le risque élevé de dérive bureaucratique pour les médecins de ville.

Touraine, droite dans ses bottes

A l’issue de son passage à Lille, on a donc au moins une certitude : Touraine ne lâchera pas sur le tiers payant. « Convaincue que c’est une avancée majeure pour les patients », elle a martelé qu’il était « absolument nécessaire que l’obstacle de l’avance des frais soit évité », en particulier pour les patients les moins aisés. Aux médecins, elle promet « évidemment un système simple et fiable avec la garantie d’être payée. » Et devant les quelques 250 responsables de la CSMF réunis à Lille, elle a fait remarquer qu’ « à partir du moment où le système fonctionne dans les pharmacies », il doit pouvoir être reproduit ailleurs…

La ministre de la Santé a également répondu aux critiques d’étatisation. A l’entendre, « l’objectif n’est pas d’étatiser ou de privatiser notre système de santé ». Et pas non plus « de bureaucratiser la médecine libérale », a-t-elle assurée. Elle assume un renforcement de la capacité d’intervention des Agences régionales de Santé (ARS) qu’elle entend placer « en première ligne ». Mais elle promet que ces Agences agiront avec doigté, « à l’écoute du terrain ». Sur le fond, elle plaide pour des « marges de manœuvre régionales », permettant aux ARS d’adapter la politique de santé au plus près du terrain.

Outre un plaidoyer pour sa politique, on retiendra aussi quelques annonces du discours de Lille de la ministre de la Santé. D’abord en direction des femmes médecins libérales avec l’engagement d`améliorer les IJ maternité. Ensuite sur le plan conventionnel : les négociations interprofessionnelles sur la valorisation du travail en équipe auront lieu avant le début de 2014. « Je souhaite un aboutissement rapide », a-t-elle dit, comme pour conjurer le retard déjà observé en 2013 sur ces discussions… Enfin, alors que Michel Chassang lui rappelait que 8066 médecins secteur 2 avaient déjà signé la nouvelle option conventionnelle de modération tarifaire, elle a indiqué espérer que la mise en œuvre du nouveau contrat d’accès aux soins (CAS) sera « effective très prochainement ». Les spécialistes CSMF qui attendaient un engagement d’ouverture dès le 1er octobre resteront sans doute sur leur faim…

Au total, entre le principal syndicat de médecins libéraux et la ministre de la Santé, l’ambiance est plutôt fraiche, mais le fil du dialogue n’est pas interrompu. Evoquant le départ de Michel Chassang de la présidence de la CSMF au premier trimestre 2014, Marisol Touraine a eu des propos très élogieux à son égard, saluant « une grande figure du syndicalisme médical » et louant son sens du compromis. De son côté, s’il s’est montré acerbe et incisif sur la politique menée, faisant même un rapprochement avec la loi HPST de Roselyne Bachelot (honnie par la CSMF), Michel Chassang a ajouté que « tout de même la méthode est différente. Avec vous Mme la ministre, le dialogue est possible, la concertation est la règle. » L’un et l’autre se sont donc quittés comme les meilleurs ennemis de monde !

Paul Bretagne
Source : Legeneraliste.fr

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
Adrien Naegelen et Nicolas de Chanaud

Téléconsultation, télé-expertise : qu'est-ce que ça change ? Deux généralistes témoignent

À l'occasion d'un colloque sur la télémédecine en libéral, organisé par l'URPS Ile-de-France jeudi dernier, deux jeunes généralistes parisiens ont partagé leur expérience de la téléconsultation et...Commenter

Anti-acides et thérapies anticancéreuses ne font pas bon ménage

Femme traitée par chimiothérapie

L’utilisation de médicaments anti-acide impacte de manière négative la survie de patients atteints de cancer et traités par pazopanib... Commenter

La moitié des internes en médecine générale dépasse le temps de travail réglementaire

.

À l’occasion du 20e Congrès de l’Intersyndicale des internes de médecine générale (Isnar-IMG) à Tours, l’organisation a présenté les résulta... 6

Gastro-entérologie LE BON USAGE DES INHIBITEURS DE LA POMPE À PROTONS Abonné

IPP

Les IPP ont révolutionné la prise en charge des maladies liées à l’acide gastrique. Mais 60 % des prescriptions sont hors AMM, selon... Commenter

Prévention DIABÈTE : À QUOI SERT LE CONTRÔLE DES FACTEURS DE RISQUE ? Abonné

Diabète

Cette étude du NEJM, menée en vraie vie, suggère que lorsque tous les facteurs de risque d’un patient DT2 sont contrôlés, la probabilité de... Commenter

A découvrir