Les courriers de notre grande enquête - Paroles de généralistes : «Un peu d’imagination pour le DPC ! »

Les courriers de notre grande enquêteParoles de généralistes : «Un peu d’imagination pour le DPC ! »

31.08.2013

Notre enquête sur le DPC a suscité de nombreux courriers de médecins généralistes. Nous n’avons pu les publier tous dans notre dernier numéro d’été. Il était temps de redonner la parole à ces confrères. Ce samedi, nous publions la dernière vague de commentaires. Ils tournent autour de la meilleure façon de pratiquer le DPC...

  • Paroles de généralistes : «Un peu d’imagination pour le DPC ! » - 1

    Paroles de généralistes : «Un peu d’imagination pour le DPC ! »

Voir aussi tous les résultats de notre grande enquête sur les généralistes et le DPC

Aux dépens du repos

Il faut avant tous savoir être précis et concis pour un généraliste. Mais tout ceci se passe aux dépens de mes heures de repos ou de loisir déjà réduites...

Dr René Brugnon, Dienville (Aube)

Pédagogie sur Internet

Le développement de vidéos pédagogiques via Tutorom et la mise à disposition de power points disponibles en ligne à visée informative pour le couple médecin-patient me parait l'idéal.

Dr Thierry Laurenty, Lille (Nord)

La faculté et le CHU maîtres d’œuvre

Si évaluation il doit y avoir, ce doit être une évaluation des connaissances. C'est ainsi que nous avons été sélectionnés et diplômés, pas sur des pratiques, notion floue et mal définie qui laisse la place à l'arbitraire. Les structures qui doivent être maîtres d'œuvre et effecteurs d'une formation continue, ce sont la Faculté et l'Hôpital Universitaire qui sont les mieux placés pour garantir compétence, savoir-faire et un certain degré de liberté qui ne sera toujours que relative.

Démarche personnelle

Le DPC doit rester une démarche personnelle du praticien dans un climat positif d'encouragement et d'intérêt, c'est le meilleur moyen d'assurer sa pérennité.

Dr Ali Khaled, Hellemmes (Nord)

Maître de stage

Je suis déjà maître de stage et c'est la meilleure des FMC.

Dr Jean-Paul Carme, Toulouse (Haute-Garonne)

Théorique et pratique

La formation doit répondre aux questions théoriques et pratiques de notre activité quotidienne avec nos patients et tous les organismes qui nous cernent.

Dr Georges Tashjian, Paris

Deux journées consécutives

Un développement professionnel doit comporter une période de formation et d’évaluation. Le programme doit être établi en concertation avec les représentants des médecins et ce DPC doit conserver son formalisme actuel, sous forme de deux journées consécutives, permettant ainsi l'échange de pratiques entre confrères.

Dr Daniel Paolucci, Sommevoire (Haute-Marne)

Le soir plutôt que le week-end

J'ai toujours suivi une formation depuis mon installation. Je préfère l'intégrer à la fin d'une journée de travail plutôt que de sacrifier des week-ends en séminaires. C'est une action qui me parait normale, qui peut être sponsorisée par les labos car la grosse majorité des praticiens de base sont des gens intègres et cela justifie une reconnaissance qui ne passe pas forcement par une rémunération…

Dr Jacques Perrin, Tours (Indre-et-Loire)

Plus de temps

Pour que le DPC marche, il faudrait surtout que le médecin ait plus de temps.

Dr Véronique Thys, Nanterre (Hauts-de-Seine)

Zone médicale déficitaire

Exercer dans une zone médicale déficitaire ne permet pas au praticien de se libérer aisément et alourdit l'exercice.

Dr Nelie Maffei-Besin, Port-Saint-Louis (Bouches-du-Rhône)

Des thèmes médicalement attrayants

Les thèmes abordés doivent etre variés et médicalement attrayants. Ils ne doivent pas être systématiquement subordonnés au bon vouloir des caisses sur des thèmes de santé publique peu intéressants d'un point de vue médical.

Dr Jean-Michel Eustache, Collioure (Pyrénées-Orientales)

4 jours de formation, c’est insuffisant

Quatre jours de formation par an, c’est notoirement insuffisant, inefficace et limitant pour les équipes d’animation et de projet.

Dr Roland Vialy, Romans (Drôme)

Echange et réflexion

L'existence d'une phase de réflexion sur les pratiques réelles et l'échange entre médecins me semble essentielle pour répondre aux vrais problèmes rencontrés. La recherche de réponses concrètes et applicable dans la pratique quotidienne tout autant.

Dr Gaston Ginoux, La Ciotat (Bouches-du-Rhône)

Médecine de terrain

Qu'on laisse les médecins de terrain s'occuper eux-mêmes de leur formation !

Dr Jean-Jacques Pédron (Paris)

L’exemple américain

Aux Etats-Unis, il faut renouveler notre licence tout les deux ans. Il faut avoir participé à environ 40 heures de conférence dont 10 pour des activités considérées importantes : conseils sur la prescription des narcotiques par exemple…

Dr Patrick Barbier, Newburyport (Etats-Unis)

Du bon et du moins bon

Je suis remplaçante donc plus disponible pour me former que les médecins installés. J'ai participé à des formations de DPC avec l'OGC notamment: la rémunération est très tardive (exemple : pour une formation de deux jours en mars, je n'ai toujours pas été payée fin mai), mais la qualité était très bonne avec beaucoup de bénéfices pour la pratique. Le DPC n'est pas clair pour beaucoup de médecins et jeunes médecins. La communication devrait être meilleure à son sujet.

Dr Servane L’Henoret, médecin remplaçant, Paris

Pour une FMC efficace et attrayante

Les techniques de communication modernes devraient rendre la FMC efficace et attrayante. Il suffit d’un peu d’imagination et de fédérer le tout.

Dr Roger Marion, Sens (Yonne)

Repos de sécurité

Le DPC c'est parfait... Mais avec le nombre de médecins qui diminue, l'activité professionnelle qui augmente, le temps personnel de loisirs et pour la famille qui diminue, une soirée de repos n'est-elle pas aussi bénéfique qu'une soirée de formation qui nous fait rentrer chez nous à 23h pour reprendre à 7h30 le lendemain... Quid du repos de sécurité chez les généralistes ?

Dr Aurélie Boutten, Dunkerque (Nord)
Source : Legeneraliste.fr

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
Thomas Mesnier

Soins non programmés « Le but n’est pas que les médecins travaillent plus », assure Thomas Mesnier

Auteur d'un rapport sur les soins non programmés remis mardi à Agnès Buzyn, le député de Charente Thomas Mesnier, médecin urgentiste de formation, revient sur certaines de ses propositions qui ont...11

Pour doper la prescription d’activité physique, les médecins du sport veulent l'intégrer à la ROSP

Sport

La loi de santé de janvier 2016 a autorisé les médecins traitants à prescrire l’activité physique thérapeutique aux patients porteurs... 2

Alzheimer, la HAS plaide pour un diagnostic précoce

Test

Comme prévu par le plan maladie neurodégénérative 2014-2018, la HAS vient de publier un guide sur le parcours de soins de la maladie... 2

QUAND LE LYME CACHE LA FORÊT Abonné

Tique

Le mois de mai marque le début du pic d’activité des tiques dans l’environnement. Que sait-on d'elles ? Quelles maladies transmettent-elles... Commenter

Pneumologie LES FORTES DOSES DE CORTICOÏDES INHALÉS DANS L'ASTHME Abonné

Inhalation

Deux articles récemment publiés dans la même édition du NEJM sur les fortes doses de corticoïdes inhalés en prévention des exacerbations... Commenter

A découvrir