Nanoparticules - Un espoir fou pour vos patients diabétiques

NanoparticulesUn espoir fou pour vos patients diabétiques

18.08.2013

Une équipe de chercheurs américains vient de mettre au point un système complexe de nanoparticules permettant de relarguer de l’insuline en fonction de la glycémie. Une seule injection hebdomadaire de ce dispositif de l’ordre du millième de millimètre suffit à traiter des souris diabétiques. En cas de succès d’une expérimentation humaine, la vie des diabétiques s’en trouverait bouleversée...

  • Un espoir fou pour vos patients diabétiques - 1

    Un espoir fou pour vos patients diabétiques

Voici une nouvelle qui a de quoi réjouir les trois millions de patients diabétiques français et les 700 000 qui s’ignorent ! Des chercheurs de l’université de Caroline du Nord et du Massachusetts Institute of Technology [Etats-Unis] viennent de mettre au point une forme d’insuline injectable une fois par semaine. Les résultats de cette prouesse technologique issue de la recherche sur les nanoparticules sont publiés dans la revue American Chemical Society Nano.

Cette insuline, dite en nanoréseau, est en fait un système artificiel en circuit fermé capable de mimer l’activicté pancréatique, puisqu’il est capable de libérer de l’insuline en fonction de la glycémie circulante. Il s’agit d’une architecture complexe et hautement technologique, stabilisée par une interaction électrostatique entre des nanoparticules de dextran chargé d’insuline et des enzymes gluco-spécifiques. Ces enzymes sont ainsi stimulées par l’hyperglycémie, il s’ensuit une dissociation électrostatique du dispositif et l’insuline engluée dans les nanoparticules est relarguée.

Une série d’expériences menées in vitro a d’abord confirmé la réactivité du nanoréseau qui relâchait de l’insuline suivant les variations de la concentration de sucre artificiellement modifiées toutes les 2 heures. Les scientifiques ont ensuite démontré sur des souris diabétiques que l’insuline en nanoréseau permettait de maintenir une glycémie normale, sans pic d’hyperglycémie ni d’hypoglycémie, avec une seule injection pour une durée d’au moins 1 semaine. Ce réseau de nanoparticules ne dépasse pas le millième de millimètre. Il est donc facilement injectable par les seringues habituelles. Prochaine étape, l’expérimentation humaine.

Dr Linda Sitruk
Source : Legeneraliste.fr

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
NC

Les députés suppriment le numerus clausus et rétropédalent sur le stage obligatoire en désert

L'Assemblée nationale a approuvé mardi la suppression, pour la rentrée 2020, du numerus clausus qui limitait depuis 1972 le nombre d'étudiants admis en deuxième année de médecine. ...Commenter

Prise en charge de l'homéopathie : la HAS peut officiellement lancer son évaluation

Granules

Chargée l'été dernier par le ministère de la Santé de se prononcer sur le « bien-fondé des conditions de prise en charge et du... 2

Implants pelviens : l'Ansm renforce la surveillance et les contrôles

Pelvis

L’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) ne lâche pas l'affaire ! Elle vient d'informer qu'elle... Commenter

Gastro-entérologie LE SYNDROME DE CHILAÏDITI Abonné

Cliché 1

Le signe et le syndrome de Chilaïditi sont des entités rares et secondaires à une interposition colique entre le foie et le diaphragme... Commenter

Gynécologie L'ENDOMÉTRIOSE Abonné

Endométriose

Retards diagnostiques, mauvaise coordination dans la prise en charge : une grande marge de progrès demeure sur l’endométriose, pathologie... Commenter

A découvrir