Nanoparticules - Un espoir fou pour vos patients diabétiques

NanoparticulesUn espoir fou pour vos patients diabétiques

18.08.2013

Une équipe de chercheurs américains vient de mettre au point un système complexe de nanoparticules permettant de relarguer de l’insuline en fonction de la glycémie. Une seule injection hebdomadaire de ce dispositif de l’ordre du millième de millimètre suffit à traiter des souris diabétiques. En cas de succès d’une expérimentation humaine, la vie des diabétiques s’en trouverait bouleversée...

  • Un espoir fou pour vos patients diabétiques - 1

    Un espoir fou pour vos patients diabétiques

Voici une nouvelle qui a de quoi réjouir les trois millions de patients diabétiques français et les 700 000 qui s’ignorent ! Des chercheurs de l’université de Caroline du Nord et du Massachusetts Institute of Technology [Etats-Unis] viennent de mettre au point une forme d’insuline injectable une fois par semaine. Les résultats de cette prouesse technologique issue de la recherche sur les nanoparticules sont publiés dans la revue American Chemical Society Nano.

Cette insuline, dite en nanoréseau, est en fait un système artificiel en circuit fermé capable de mimer l’activicté pancréatique, puisqu’il est capable de libérer de l’insuline en fonction de la glycémie circulante. Il s’agit d’une architecture complexe et hautement technologique, stabilisée par une interaction électrostatique entre des nanoparticules de dextran chargé d’insuline et des enzymes gluco-spécifiques. Ces enzymes sont ainsi stimulées par l’hyperglycémie, il s’ensuit une dissociation électrostatique du dispositif et l’insuline engluée dans les nanoparticules est relarguée.

Une série d’expériences menées in vitro a d’abord confirmé la réactivité du nanoréseau qui relâchait de l’insuline suivant les variations de la concentration de sucre artificiellement modifiées toutes les 2 heures. Les scientifiques ont ensuite démontré sur des souris diabétiques que l’insuline en nanoréseau permettait de maintenir une glycémie normale, sans pic d’hyperglycémie ni d’hypoglycémie, avec une seule injection pour une durée d’au moins 1 semaine. Ce réseau de nanoparticules ne dépasse pas le millième de millimètre. Il est donc facilement injectable par les seringues habituelles. Prochaine étape, l’expérimentation humaine.

Dr Linda Sitruk
Source : Legeneraliste.fr
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
Téléconsultation

Les Français prêts à recourir à la téléconsultation pour un acte tarifé entre 10 et 20 euros

Malgré les premières publicités, la téléconsultation reste méconnue des Français. Ce qui ne les empêche pas d’être enthousiastes à de pouvoir accéder à des consultations à distance. Et pour pas...10

En Chine, un robot réussit pour la première fois le concours de médecine

Robot

Son histoire ressemble à un canular ou pourrait sortir tout droit d'un scénario de science-fiction d'Asimov. Xiaoyi a passé avec brio... 1

Les carabins veulent plus de stages et garder un « contrôle final » à l'issue du 2 e cycle

Amphithéâtre

3 500 étudiants en médecine ont été invités à donner leur avis, notamment sur l'avenir des épreuves classantes nationales (ECN), dans le... Commenter

Infectiologie SPORT ET PATHOLOGIES INFECTIEUSES DE L'ENFANT Abonné

Sport

Les pédiatres infectiologues américains viennent de publier des recommandations sur la prise en charge et la prévention des pathologies... Commenter

Nutrition BOISSONS ÉNERGISANTES : PAS SANS RISQUES Abonné

boisson

Elles connaissent un franc succès auprès des jeunes, sportifs ou non. Cocktails de stimulants comme la caféine, la taurine, le... Commenter

A découvrir