Sevrage - Tabac : fumer moins ne tue pas moins

SevrageTabac : fumer moins ne tue pas moins

16.08.2013

Fumer moins ne réduit pas la mortalité. Telle est la conclusion décevante d’une étude écossaise parue jeudi dernier. Alors que l’impact positif du sevrage tabagique sur la morbi-mortalité est clairement démontré, ce travail suggère, en revanche, qu’une simple diminution de la consommation ne serait pas contributive en termes de santé.

  • Tabac : fumer moins ne tue pas moins  - 1

    Tabac : fumer moins ne tue pas moins

Dans cette étude écossaise publiée dans l’American Journal of Epidemiology – qui a suivi pendant près de 20 ans en moyenne, plus de 5 000 personnes issues de deux cohortes différentes – aucune diminution significative de la mortalité n’a été mise en évidence chez les patients ayant réduit leur consommation par rapport à ceux n’ayant pas levé le pied (HR 1,04). Ce constat restait vrai, que l’on considère uniquement la mortalité cardiovasculaire (HR 1,08) ou la mortalité non cardiovasculaire (HR 0,97). Même concernant la mortalité par cancer du poumon, aucun impact n’a été observé. En revanche, ce travail confirme une nouvelle fois l’intérêt du sevrage total avec une diminution d’environ 30 % de la mortalité.

La loi du tout ou rien

Plusieurs hypothèses ont été avancées pour expliquer cette « loi » du tout ou rien. Sur le plan cardiovasculaire, les mécanismes qui conduisent à l'infarctus pourraient en fait obéir à un mode « on-off ». Ce serait donc le fait de s'exposer au tabac – plus que la quantité de cigarettes fumées – qui majorerait le risque d'infarctus. Par ailleurs, les fumeurs qui se privent peuvent avoir tendance à tirer davantage sur les cigarettes restantes, ce qui les exposerait au final à autant de substances toxiques .

Au total, les auteurs considèrent donc que « la réduction de la consommation de cigarette ne devrait pas être promue comme un moyen de réduire la mortalité » mais plus comme une étape éventuelle vers le sevrage tabagique. Ainsi, alors qu’en matière d’alcool l’abstinence totale cède peu à peu la place au concept de modération des consommations, le tabagisme semble, lui, ne pas admettre de demi-mesure …

Bénédicte Gatin
Source : Legeneraliste.fr

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
Congrès Isnar

En direct du Congrès de l'Isnar-IMG Agnès Buzyn rassure les internes sur la coercition, mais botte en touche sur les conditions de travail

Après un rendez-vous manqué l’année dernière à cause des intempéries, la ministre de la Santé était cette année bien présente physiquement au 20e Congrès de l’Intersyndicale des internes de...3

[VIDEO] Accès des salariés, indépendance des actions en Congrès, organisme pro-syndicats ... la directrice générale de l'ANDPC répond à vos questions - 2/2

[VIDEO] Accès des salariés, indépendance des actions en Congrès, organisme pro-syndicats ... la directrice générale de l'ANDPC répond à vos questions - 2/2-0

Les médecins ont encore un an pour répondre à leur obligation triennale de développement professionnel continu (DPC). Les généralistes... Commenter

Téléconsultation, télé-expertise : qu'est-ce que ça change ? Deux généralistes témoignent

Adrien Naegelen et Nicolas de Chanaud

À l'occasion d'un colloque sur la télémédecine en libéral, organisé par l'URPS Ile-de-France jeudi dernier, deux jeunes généralistes parisie... 2

Gastro-entérologie LE BON USAGE DES INHIBITEURS DE LA POMPE À PROTONS Abonné

IPP

Les IPP ont révolutionné la prise en charge des maladies liées à l’acide gastrique. Mais 60 % des prescriptions sont hors AMM, selon... Commenter

Prévention DIABÈTE : À QUOI SERT LE CONTRÔLE DES FACTEURS DE RISQUE ? Abonné

Diabète

Cette étude du NEJM, menée en vraie vie, suggère que lorsque tous les facteurs de risque d’un patient DT2 sont contrôlés, la probabilité de... Commenter

A découvrir