Santé publique - Vaccination : pourquoi la France a toujours un train de retard

Santé publiqueVaccination : pourquoi la France a toujours un train de retard

03.08.2013

Faute de méthodes permettant de suivre en temps réel les évolutions des couvertures vaccinales, la France peine à adapter ses stratégies de communication et de rattrapage à la réalité de terrain. Après d’autres, une étude du BEH pointe les lacunes dans le suivi vaccinal et plaide pour un carnet de vaccination électronique.

  • Vaccination : pourquoi la France a toujours un train de retard - 1

    Vaccination : pourquoi la France a toujours un train de retard

Méthodes de mesures trop lourdes, procédures trop longues, recueils pas toujours exhaustifs, etc. Alors que fin février, un rapport de la cour des comptes pointait déjà les lacunes de la France en matière de suivi des couvertures vaccinales (CV), le un récent BEH dresse un constat similaire et passe en revue les nouveaux outils qui permettraient de faire mieux.

« Contrairement à d’autres pays, la France ne parvient pas à fournir des données de couverture vaccinale en temps quasi réel » constate le Pr Christian Perronne* dans l’éditorial du BEH. Or « la mesure de la couverture vaccinale est, au même titre que le suivi des maladies infectieuses, une donnée essentielle de santé publique pour vérifier l’impact réel des recommandations vaccinales sur la population et étudier des mesures d’ajustement si nécessaire ».

Des outils de suivi insuffisants

Actuellement, en France, la mesure de la couverture vaccinale repose essentiellement sur l’exploitation des certificats de santé pour les nourrissons de moins de 2 ans et sur les enquêtes réalisées en milieu scolaire pour les enfants plus grands. Pour l’InVS, si ces deux dispositifs sont essentiels, « ils présentent cependant un certain nombre de limites ». En effet, « les certificats de santé sont peu réactifs aux changements du calendrier vaccinal en raison du délai nécessaire à leur adaptation et à leur diffusion » tandis que « les enquêtes scolaires nécessitent un fort investissement en temps et en ressources et ne fournissent des informations que tous les six ans pour un niveau scolaire donné ». Par ailleurs, au-delà de 15 ans, il n’y a pas de système permettant l’évaluation de la CV en routine.

Dans ce contexte, de nouveaux outils ont été proposés comme le suivi des ventes de vaccins en pharmacies. Dans un travail mené en Auvergne par D. Mouly et al., ces données ont permis d’évaluer avec pertinence l’impact d’une action de sensibilisation à la vaccination contre la rougeole, en montrant une augmentation des ventes de vaccins ROR consécutive à cette initiative. Cependant, elles ne permettent pas de déclinaison par classe d’âge, ce qui limite leur intérêt.

L’exploitation des données de remboursement de vaccin de la CNAM pourrait être davantage contributive, comme le rapporte L. Fontenau et al dans le BEH. Grâce aux données issues d’un échantillon dédié de bénéficiaires de l’assurance maladie (Echantillon généralistes des bénéficiaires ou EGB), ces auteurs ont pu suivre quasiment en temps réel la couverture HPV, ce qui « a permis de mettre rapidement en évidence une tendance à la baisse de la couverture des jeunes filles de 14 ans en 2011 ». Un constat qui a sûrement pesé dans la récente décision du HCSP d’avancer à 11 ans l’âge de la vaccination HPV.

De façon plus générale, l’utilisation de l’EGB « permet d’obtenir des données sur les nouveaux vaccins ou sur les nouvelles stratégies vaccinales de manière rapide et fiable » estime l’InVS. Reste que ces données ne reflètent que les pratiques libérales, laissant ainsi de côté toutes les vaccinations réalisées en PMI, médecine du travail, centre de vaccinations, etc. Par ailleurs, elles ne peuvent pas s’appliquer à l’adulte, faute de recul suffisant.

Plaidoyer pour le carnet vaccinal électronique

Concernant la mesure de la couverture chez l’adulte, « il apparaît donc nécessaire de développer d’autres outils comme le Carnet de vaccination électronique » plaide le Pr Perronne, pour qui « un carnet de vaccination électronique bien conçu permettrait d’allier la surveillance de la couverture vaccinale en temps réel à la facilitation de l’observance du calendrier vaccinal par nos concitoyens ».

Un plaidoyer faisant écho aux récentes recommandations de la cour des comptes qui préconisaient dans son rapport de « déployer rapidement une version électronique du carnet de vaccination interfacée, le cas échéant, avec le DMP ».

Début 2012, Nora Berra, alors secrétaire d’Etat à la Santé, s’était déjà prononcée dans ce sens en présentant son programme national de vaccination 2012-2017. Mais pour l’heure, seules des initiatives ponctuelles comme celle menée en Aquitaine avec mes vaccins.net ont vu le jour.

Le prochain calendrier vaccinal attendu prochainement pourrait en revanche changer la donne…

*Président de la commission spécialisée Maladies transmissibles du Haut Conseil de la santé publique, Paris
Source : Legeneraliste.fr

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
.

Les portraits de l'été Aviscène, la médecine à la vie comme à la scène

« Aviscène » est un interne boute-en-train. Étudiant en médecine à la vie, Youtubeur et comédien à la scène, Aviscène (il souhaite rester anonyme) est un hyperactif et cela s'entend dans son...Commenter

Les dossiers qui ont marqué l'année Un dépistage organisé… mais à deux vitesses

Photo lead

Lancé mi-mai, le programme de dépistage organisé du cancer du col de l’utérus cible surtout les femmes qui échappent au dépistage.... 1

Zoom en vidéo [Vidéo] Selon la revue Science, des gènes s'activent après la mort

Gènes

Chez des souris et des poissons zèbres, des chercheurs ont étudié l'activité de plus de 1000 gènes qui sont actifs dans les 4 jours après... 1

Médecine des voyages SANTÉ DES VOYAGEURS 2018 Abonné

Voyage

Encéphalite japonaise, fièvre jaune, paludisme et mise à jour des vaccins courants sont au cœur de l'actualisation des recommandations aux... Commenter

Infectiologie MALADIE DE LYME : LES MANIFESTATIONS PRÉCOCES Abonné

Lyme

Dans le cadre du Plan national de lutte contre la maladie de Lyme de 2016, la HAS vient d’élaborer un protocole de diagnostic et de soins.... Commenter

A découvrir