Un film, un médecin - Haut les coeurs

Un film, un médecinHaut les coeurs

29.07.2013
  • Haut les coeurs - 1

    Haut les coeurs

Réalisation

Solveig Anspach

Année de réalisation

1998

Scénario et dialogues

Solveig Anspach et Pierre Erwan Guillaume

Musique

Olivier Manoury et Martin Wheeler

Format et durée

Couleurs- 1,66 - dolby SR - 110’

Récompenses

César de la meilleure actrice pour Karin Viard en 2000.

En DVD

Edité aux éditions Montparnasse

Distribution

Karin Viard (Emma)

Laurent Lucas (Simon)

Claire Wauthion (la mère d’Emma)

Julien Cottereau (Olivier)

Philippe Duclos (Dr Morin)

Charlotte Clamens (Dr Colombier)

Didier Sauvegrain (Dr Lalande)

Fejria Deliba (l’infirmière en chimio)

Voir un extrait

L’histoire

Emma, jeune musicienne, apprend le même jour, qu'elle est enceinte et qu'elle est atteinte d'un cancer du sein. Lalande, son médecin généraliste, l'incite à avorter, compte tenu de la dureté des soins intensifs nécessaires. Emma vit avec Simon, qui la soutient dans cette épreuve et lui conseille de consulter un spécialiste. Au centre hospitalier de Villejuif, Emma est reçue par les Docteurs Morin et Colombier, à qui elle explique son désir de soigner son cancer mais surtout garder l'enfant. Ils lui proposent un traitement réduisant au minimum les risques pour le bébé à naître. Malgré quelques moments de profonde déprime, Emma veut continuer à vivre dans l'optimisme. Elle soutient Simon lorsqu'il est prêt de craquer...

Les avis de la critique

- Ce n'est pas un film qui rassure, non, mais qui assure que l'impossible doit être tenté. Toujours. (Télérama)

- Le choix de Karin Viard était le bon : cette comédienne, solide et positive, est exceptionnelle dans ce rôle grave et émouvant, et donne toute sa force à ce film dont le spectateur ne sort pas indemne. (Le Figaroscope)

- Remarquablement interprété, le film distille avec infiniment de finesse ce mélange de détresse et de révolte, d'impulsions macabres et de désir effréné de tendresse qui compose le paysage mental de la maladie. (Le Monde)

- Poignant, drôle, physique, combatif, le premier long métrage de Solveig Anspach ne fait pas pitié, il est plutôt fortifiant et vertigineux comme une avancée à cloche-pied sur le rebord d'une falaise. (Les Inrockuptibles)

Source : Legeneraliste.fr
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
.

ECN : 94% des postes en médecine générale pourvus, l’Ile-de-France boudée

Désormais organisé en plusieurs étapes et de façon virtuelle, l’amphi de garnison des ECNi est arrivé à son terme aujourd’hui. Tous les futurs internes ont donc choisi leur discipline et leur lieu...2

Pilules C3G et C4G : la justice classe l'affaire

.

Le parquet de Paris a classé l'enquête ouverte fin 2012 sur les pilules C3G et C4G accusées de favoriser des thromboses veineuses. Au terme... Commenter

Alzheimer : deux tiers des Français ne sauraient pas qui consulter

.

Alzheimer arrive en deuxième position des maladies qui font le plus peur aux Français (20% des réponses), derrière le cancer (38%) et à... Commenter

Dermatologie LE PSEUDO-XANTHOME ELASTIQUE Abonné

pseudo-xanthome

Certaines pathologies héréditaires induisent une altération du tissu élastique. Compte tenu des conséquences au niveau de différents... Commenter

Médecine du sport LE CERTIFICAT DE NON CONTRE-INDICATION AU SPORT EN 2017 Abonné

certificat sportif

Jusqu’à présent, l’obtention d’une licence sportive était conditionnée par la rédaction d’un certificat médical annuel de non... Commenter

A découvrir