Santé des jeunes - Comment la "génération Y" gère sa santé

Santé des jeunesComment la "génération Y" gère sa santé

25.07.2013

Comment les 18-35 ans se soignent-ils ? Quel est leur regard sur les professionnels de santé ? Les étudiants en marketing de la santé de l’Université parisienne Pierre et Marie Curie (UPMC) ont mené l’enquête auprès de plus de 700 répondants afin de décrypter le rapport à la santé des jeunes de la génération.

  • Comment la "génération Y" gère sa santé - 1

    Comment la "génération Y" gère sa santé

Plus informés, plus connectés et aussi plus individualistes que leurs aînés, les jeunes de la "génération Y" seraient-ils également plus méfiants vis-à-vis des professionnels de santé ? C’est ce que semble suggérer une récente enquête menée par les étudiants en marketing de la santé de l’Université Pierre et Marie Curie (UPMC) de Paris. D’après les jeunes enquêteurs, qui ont interrogé plus de 700 personnes, le niveau de confiance que les 18-35 ans, dits aussi "génération Y" (du dessin que trace le fil du baladeur sur leur torse), nourrissent envers les médecins est de 3,8 sur 5 alors que celui de la génération des baby-boomers, dite "X", est de 4,1.

Souvent perçus comme plus matérialistes que leurs aînés, ces jeunes patients plutôt en bonne santé cultivent une relation à leur médecin très pragmatique. En effet, ils consultent rarement et parfois ils renoncent à le faire. Dans ce second cas, ils évoquent, le plus souvent, un manque de temps (37 %) ou de confiance (27 %) envers le praticien. En ce qui concerne la prévention, la côte de confiance des médecins chute encore davantage : elle est d’à peine 2,7 sur 5 contre 3,3 pour les aînés.

Crise de confiance ?

« C’est inquiétant » s’exclame le Dr Jean-Philippe Rivière qui parle de « crise de confiance due aux récents scandales sanitaires ». Ce généraliste qui travaille actuellement au Vidal a également été modérateur des forums du site Doctissimo. Selon Alexandre Biosse-Duplan de la HAS, la génération Y nourrit « moins de confiance et d’émerveillement dans le progrès scientifique » que la précédente. Quant à leur perception des pharmaciens, c’est encore pire que celle des médecins parce que. La "génération Y" y voit de simples délivreurs de médicaments (40 %) voire des commerçants (20 %), tandis que la plupart de leurs aînés (70 %) reconnaît aux professionnels des officines leur rôle de conseiller.

Moins prévoyants que leurs aînés, les "Y" sont aussi moins bien couverts par les complémentaires santé (89 % vs 97 %). Ils dépensent peu en médicaments, consultent peu et ont plus souvent recours à l’automédication. Moins observants que leurs parents, 58 % à peine des "Y" déclarent suivre leur traitement contre 75 % chez les "X". Quant à Internet, si 9 jeunes sondés sur 10 l’utilisent régulièrement pour s’informer, moins d’un tiers (30 %) d’entre eux fait confiance à l’information santé qui est délivrée par ce média. De façon plus surprenante, encore moins (20 %) déclarent connaître l’existence d’applications santé.

Communiquer différemment avec la "génération Y"

Au total, alors que les jeunes adultes voient le médecin comme un pair, leurs ainés sacralisent davantage la relation médecin-patient, selon l’étude. Cofondatrice de Patients & Web, l’Italienne Giovanna Marsico, estime en effet qu’on assiste à « un glissement de la vision paternaliste de la santé vers une responsabilité individuelle » et à « l’émergence des patients-experts ». Tandis que les jeunes utilisent le web pour s’informer, les aînés sont souvent des patients au profil anxieux qui recherchent leurs symptômes dans Google. Afin de mieux intéragir avec cette jeune génération, les professionnels de santé auraient donc intérêt à changer de façon de communiquer, selon les auteurs de l’étude. Les étudiants de l’UPMC leur conseillent de ne surtout pas être paternaliste, d’éviter de leur faire peur mais au contraire de positiver et de mettre l’accent sur la prévention et le sport. Inutile, selon les étudiants-enquêteurs, de faire appel aux gadgets santé (applis, possibilité de prise de rendez-vous en ligne) pour les séduire. Ce que recherchent les jeunes c’est simplement d’être traités comme des grands !

Giulia Gandolfi
Source : Legeneraliste.fr

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
PNNS

Le bio, les fruits à coques, les légumes secs entrent dans la nouvelle recette du PNNS

Depuis la création des premiers « repères nutritionnels » en 2001, les connaissances sur l’alimentation et l’activité physique ont évolué. À la suite des avis récents de l’Agence nationale de...1

La vaccination antigrippale en pharmacie sera bien étendue à toute la France en 2019

.

Les personnes pour qui la vaccination contre la grippe est recommandée pourront se faire vacciner dans toutes les pharmacies de France dès... 2

Coercition : Agnès Buzyn défend une réforme structurelle plutôt que la contrainte

Agnès Buzyn

Les cahiers de doléances, mis en place dans le cadre du Grand débat, font ressortir un constat clair : les Français considèrent que la... Commenter

ORL DYSFONCTIONNEMENT RHINO-SINUSIEN CHRONIQUE, ÉTAPE DIAGNOSTIQUE Abonné

Dysfonctionnement rhino-sinusien chronique

Devant un dysfonctionnement rhino-sinusien chronique, il importe de ne jamais se lancer dans un traitement, notamment antibiotique et/ou... Commenter

Maladies chroniques GOUTTE : LES INFIRMIÈRES FONT MIEUX QUE LES MÉDECINS Abonné

Goutte

Cette étude anglaise du Lancet montre que la probabilité de contrôler l’uricémie et les crises chez les patients goutteux est trois fois... 2

A découvrir