Un film, un médecin - Amok

Un film, un médecinAmok

16.07.2013
  • Amok - 1

    Amok

Réalisateur

Fedor Ozep

Année de réalisation

1934

Scénario et dialogues

Henri-René Lenormand, d’après la nouvelle de Stefan Zweig « Der Amoklaüfer »

Musique

Karol Rathaus

Distribution

Jean Yonnel (Dr Holk)

Claude Barghon (Lili Haviland)

Marcelle Chantal (Hélène Haviland)

Jean Servais (Jan)

Hubert Daix (Van der Tomb)

Fréhel (la chanteuse)

Jean Galland (Monsieur Haviland)

Madeleine Guitty (la servante du cabaret)

Soura Hari (une danseuse balinaise)

Valery Inkijinoff (Amok et Maté)

Voir un extrait

L’histoire

Après avoir tout perdu en Europe, le Dr Holk fuit en Malaisie, alors encore colonie hollandaise. Là-bas, il vit retiré de la civilisation, en pleine jungle et ne soigne que des indigènes tout au long de la journée. Seul l’alcool lui permet d’oublier le climat, la pestilence des marais et la folie meurtrière qui frappe parfois certains autochtones. Jusqu’au jour où il reçoit la visite d'une riche femme du monde, Hélène de Haviland qui, enceinte de son jeune amant, Jan, veut avorter avant le retour de son mari parti plusieurs mois en mer. Le docteur refuse dans un premier temps. Mais frappé d’amok – la folie amoureuse – et subjugué par la beauté hautaine de cette femme, il revient vers elle et lui propose de faire l'intervention si elle se donne à lui. Elle refuse et va retrouver Jan pour lui annoncer son intention de rompre. Décidée à ne pas mener à terme sa grossesse, elle se rend dans un bouge où un médecin chinois va l’avorter. L’opération tourne mal et lorsque le mari revient, c'est le cadavre de sa femme qu'il trouve. Le Dr Holk permet l'inhumation mais Monsieur Haviland veut ramener le corps de son épouse dans son pays natal pour qu'il soit autopsié. Le médecin fermement résolu à sauvegarder l'honneur de cette femme provoque l'immersion du cercueil et se noie par la même occasion.

Récompenses

« Amok » la coupe Mussolini à l’occasion de la Mostra de Venise 1934.

Autour du film

Les scènes censées se dérouler en Malaisie ont été tournées dans les studios de la Victorine à Nice

Selon un article paru dans « Information from Answers », un comité de sélection composé de critiques américains trouva le film trop médiocre pour être diffusé aux Etats-Unis.

La chanteuse Fréhel interprète « J’attends quelqu’un » dans la scène du bouge

Amok a été adapté trois autres fois au cinéma. La première adaptation a été l’œuvre d’un cinéaste géorgien,Konstantin Mardjanichvili, en 1927. À leur tour, le Mexicain Antonio Momplet , en 1944, et le Français Joël Farges, en 1983, portèrent à l’écran la nouvelle de Stefan Zweig.

Source : Legeneraliste.fr
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
.

Reportage Télémédecine : test grandeur nature dans le Grand Est

C’est depuis l’ancienne animalerie remise à neuf du vieil hôpital de Strasbourg, aujourd’hui siège de la société Hopimédical, que le lancement officiel du chantier a eu lieu le 11 septembre, auprès...Commenter

Sénatoriales : des généralistes font leur entrée au Palais du Luxembourg

.

Suite au renouvellement partiel du Sénat, plusieurs médecins généralistes vont entrer pour la première fois à la Haute Assemblée. Bernard... Commenter

PMA, GPA, le grand libéralisme des Français

.

"La France est prête". C'est la ministre de la Santé qui le dit à propos de l'élargissement de l'accès à la PMA voulue par le gouvernement.... 3

Allergologie LE TRAITEMENT DE PREMIÈRE INTENTION DE L’ANAPHYLAXIE Abonné

.

Les dernières recommandations françaises et américaines sur l'anaphylaxie relèguent au second plan les anti-H1, les corticoïdes et les B2CA... 4

Diabète SE PIQUER LES DOIGTS : POUR QUOI FAIRE ? Abonné

.

Chez le diabétique de type 2, le ratio bénéfice/risque de l'autosurveillance glycémique est défavorable. Une nouvelle étude qui conforte... Commenter

A découvrir