Sevrage - Tabac : fumer moins ne tue pas moins

SevrageTabac : fumer moins ne tue pas moins

08.07.2013

Fumer moins ne réduit pas la mortalité. Telle est la conclusion décevante d’une étude écossaise parue jeudi dernier. Alors que l’impact positif du sevrage tabagique sur la morbi-mortalité est clairement démontré, ce travail suggère, en revanche, qu’une simple diminution de la consommation ne serait pas contributive en termes de santé.

  • Tabac : fumer moins ne tue pas moins  - 1

    Tabac : fumer moins ne tue pas moins

Dans cette étude écossaise publiée dans l’American Journal of Epidemiology – qui a suivi pendant près de 20 ans en moyenne, plus de 5 000 personnes issues de deux cohortes différentes – aucune diminution significative de la mortalité n’a été mise en évidence chez les patients ayant réduit leur consommation par rapport à ceux n’ayant pas levé le pied (HR 1,04). Ce constat restait vrai, que l’on considère uniquement la mortalité cardiovasculaire (HR 1,08) ou la mortalité non cardiovasculaire (HR 0,97). Même concernant la mortalité par cancer du poumon, aucun impact n’a été observé. En revanche, ce travail confirme une nouvelle fois l’intérêt du sevrage total avec une diminution d’environ 30 % de la mortalité.

La loi du tout ou rien

Plusieurs hypothèses ont été avancées pour expliquer cette « loi » du tout ou rien. Sur le plan cardiovasculaire, les mécanismes qui conduisent à l'infarctus pourraient en fait obéir à un mode « on-off ». Ce serait donc le fait de s'exposer au tabac – plus que la quantité de cigarettes fumées – qui majorerait le risque d'infarctus. Par ailleurs, les fumeurs qui se privent peuvent avoir tendance à tirer davantage sur les cigarettes restantes, ce qui les exposerait au final à autant de substances toxiques .

Au total, les auteurs considèrent donc que « la réduction de la consommation de cigarette ne devrait pas être promue comme un moyen de réduire la mortalité » mais plus comme une étape éventuelle vers le sevrage tabagique. Ainsi, alors qu’en matière d’alcool l’abstinence totale cède peu à peu la place au concept de modération des consommations, le tabagisme semble, lui, ne pas admettre de demi-mesure …

Bénédicte Gatin
Source : Legeneraliste.fr

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
Frédéric Valletoux

« 43 % des passages aux urgences pourraient être pris en charge par la médecine de ville », rappelle la FHF

Le rapport du député LREM Thomas Mesnier sur les soins non programmés a divisé les médecins libéraux. Ceux-ci ont en majorité peu apprécié les propositions du parlementaire qui souhaite les mettre...11

Sur les risques du baclofène à hautes doses, le Conseil d'Etat approuve la décision de l'ANSM

Conseil d'État

Suite à la décision de l'Anasm de diminuer la dose maximale du baclofène dans le traitement de l'alcoolo-dépendance dans le cadre de la... 1

Auditionné par l'Ordre pour sa pétition antivaccin, le Pr Joyeux bientôt fixé sur sa radiation

Pr Henri Joyeux

Près de deux ans après sa radiation par l’Ordre, le Pr Henri Joyeux saura bientôt si sa sanction est confirmée. En 2015, le cancérologue... 2

Cardiologie connectée L'HTA "3.0" Abonné

Automesure

Si l'efficacité de l'automesure tensionnelle ne fait plus de doute pour le diagnostic d'HTA et son suivi, quels bénéfices apporte la... Commenter

ORL LA SINUSITE D'ORIGINE DENTAIRE Abonné

0

C'est l'analyse sémiologique fine d'une cacosmie nauséabonde d'une rhinorrhée unilatérale sans fièvre qui fait évoquer la rupture d'un... 1

A découvrir