Paiement à la performance - Les pédiatres réclament eux aussi leur part de ROSP

Paiement à la performanceLes pédiatres réclament eux aussi leur part de ROSP

04.07.2013

Après les généralistes, les cardiologues, les gastroentérologues et les hépatologues, les pédiatres de ville pourraient être les prochains, avec les endocrinologues, à bénéficier de la rémunération sur objectifs de santé publique (ROSP). Des discussions seraient en cours entre la CNAM et les pédiatres de ville qui proposent des indicateurs en matière de dépistage et de couverture vaccinale chez l’enfant.

  • Les pédiatres réclament eux aussi leur part de ROSP - 1

    Les pédiatres réclament eux aussi leur part de ROSP

Alors que les médecins généralistes ont touché en moyenne 5 300 euros de plus cette année grâce à leurs bonnes pratiques, les pédiatres veulent aussi leur part du gâteau. Élargie aux cardiologues mais aussi aux gastroentérologues et hépatologues, la rémunération sur objectifs de santé publique (ROSP) semble en effet les intéresser de très près. Le Dr Brigitte Virey, ancienne présidente de l’Association française de pédiatrie ambulatoire et pédiatre libérale à Dijon, s’est exprimée ce jeudi, sur le sujet. Selon elle, en effet, la ROSP permettrait de revaloriser des élements-clé de la consultation pédiatrique à défaut d’une revalorisation de l’acte, dont la discipline semble désespérer.

La vice-présidente du syndicat des pédiatres français (SNPF) explique que les représentants de la discipline sont actuellement « en discussion » pour définir les indicateurs « les plus pertinents » à faire valoir auprès de l’Assurance maladie. Le hic c’est que pour la plupart ces indicateurs « ne sont pas chiffrables », ce qui devrait poser problème auprès de la Caisse qui évalue l’atteinte des objectifs en fonction de taux de réussite.

La ROSP que réclament les pédiatres ne ressemblera pas à celle des généralistes, pratiquement dépourvue d’objectifs pédiatriques En tout cas les indicateurs mis en avant ne font pas, à ce jour, l’objet de rémunération pour les médecins de famille. Pour le volet pathologies chroniques, le Dr Virey propose notamment de dépister l’asthme et l’obésité dès le plus jeune âge. « Quand les enfants ont entre deux et trois ans, les parents basculent du côté de plats prêts non adaptés à leurs besoins alimentaires mais ne viennent consulter que lorsque l’enfant est plus âgé, vers huit-dix ans, quand ses habitudes alimentaires sont ancrées » déplore-t-elle. Le dépistage auditif et visuel pourrait aussi faire partie du ROSP pédiatres, à commencer par celui de l’amblyopie, ainsi que celui de la dysplasie de la hanche, qui pourraient faire partie des indicateurs.

Ensuite, les pédiatres estiment que les stratégies vaccinales pourraient être incluses dans le futur ROSP de la pédiatrie. Le Dr Virey cite, à titre d’exemple, le vaccin de la rougeole et celui des méningites à méningocoque C. « C’est devenu chronophage de parler de vaccination » explique la pédiatre en racontant son expérience face à des parents réticents vis-à-vis des vaccins. Enfin, dans le volet efficience, elle preconise l’utilisation de streptotests et de tests CRP sanguins afin de limiter la prescription d’antibiotiques. Tout ce travail de prévention et d’éducation thérapeutique devrait, selon elle, « être rémunéré » mais, négociations obligent, elle ne précise pas pour l’heure à quelle hauteur. L’ancien directeur de la HAS Alain Coulomb -auteur d’un livre blanc sur le paiement à la performance- a estimé pour sa part qu’il faudrait « aligner les pédiatres sur les généralistes ».

Giulia Gandolfi
Source : Legeneraliste.fr

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
Canicule

[Vidéo] Avec 1 480 morts supplémentaires cet été, la canicule a tué 10 fois moins qu'en 2003

Même avec 1 480 décès supplémentaires, la surmortalité qui a accompagné l’épisode caniculaire de cet été a été qualifiée de « limitée » par la ministre de la Santé à l’occasion du bilan national de...5

Subventions et loyer modéré ont permis à Chaville de recruter 4 généralistes

Inauguration du centre médical de Chaville

Après avoir perdu 42 % de ses généralistes entre 2009 et 2016, Chaville (Hauts-de-Seine) retrouve le sourire. La commune a enregistré début... 2

Face à la pénurie de médecins, la Chine mise sur l'intelligence artificielle

Intelligence artificielle

Avec 12 millions de professionnels de santé pour près de 1,4 milliard d'habitants, la Chine connaît, elle aussi, une pénurie de médecins.... Commenter

Addiction LA PRISE EN CHARGE DE L’ARRÊT DU TABAC EN MÉDECINE GÉNÉRALE Abonné

Cigarette ecrasee

Le taux de succès dans l'arrêt du tabac dépend de l'intensité du suivi et du traitement pharmacologique associés. Il faut en moyenne quatre... Commenter

Dermatologie L’ÉRYTHÈME NOUEUX Abonné

érythème

Cette hypodermite se caractérise cliniquement par des nodules érythémateux, localisés principalement au niveau des jambes. Elle peut être... Commenter

A découvrir