Recos - HTA : quelques évolutions, mais pas de révolution

RecosHTA : quelques évolutions, mais pas de révolution

15.06.2013

Nouvelle mouture pour les recommandations conjointes ESH/ESC présentées à Milan le 15 juin. Parmi les différences les plus marquantes par rapport à la mise à jour 2009, la révision des cibles tensionnelles.

  • HTA : quelques évolutions, mais pas de révolution - 1

    HTA : quelques évolutions, mais pas de révolution

Prudente, la "Task Force" pour la prise en charge de l'HTA, mise en place par la Société européenne de l’Hypertension (ESH) et par la Société européenne de cardiologie (ESC) souligne que ses membres, appointés par l'ESC et l'ESH, ont été recrutés pour leur expertise mais aussi pour "leur absence de conflits d'intérêts majeurs". Les nouvelles recommandations rendues publiques le 15 juin pointent le manque d'adhérence au traitement et l'inertie thérapeutique, qui n'a pas permis de vraiment améliorer le nombre de patients aux objectifs tensionnels depuis l'édition de 2003.

En prévention primaire et secondaire, elles insistent toujours sur l'importance de l'hygiène de vie, et en particulier la consommation d'alcool, de sel, le tabagisme, le poids et l'IMC. On préconise toujours une approche holistique de l'HTA, avec évaluation de la totalité des facteurs de risque, ainsi que de l'atteinte des organes cibles, même asymptomatique, avant la mise en route d'un traitement et tout au long du suivi. L'importance de la mesure de la pression à domicile et de la MAPA est mise en avant, ainsi que la nécessité de surveiller la PA nocturne.

De nouveaux objectifs tensionnels

La modification majeure porte sur les objectifs tensionnels : une PAS <140 mmHg est recommandée pour tous les patients, aucune étude n'ayant fait la preuve d'un bénéfice supplémentaire à être plus agressif en cas d'antécédents CV, de pathologie rénale ou d'AIT/AVC les sujets âgés ne sont traités que lorsque la PAS est ›160 mmHg, avec un objectif située entre 150 et 140 mmHg avant 80 ans ou en parfait état général au-delà; la PAD doit être <90 mmHg sauf pour les diabétiques (<85mmHg).

Aucune molécule n'est mise en avant pour le traitement de première ligne, le choix devant se faire en fonction du contexte clinique. Les associations préférentielles combinent diurétique thiazidique et inhibiteur du SRA ou ICa, inhibiteur du SRA et ICa. A noter enfin le traitement de l'HTA résistante par dénervation rénale, saluée comme "prometteuse".

Dr Maia Bovard-Gouffrant
Source : Legeneraliste.fr

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
ROSP

ROSP clinique : autant de généralistes gagnants que de perdants, assure la CNAM

Les médecins généralistes ont-ils tous subi une baisse importante de leur rémunération sur objectifs de santé publique (ROSP) pour 2017 ? Selon les chiffres communiqués début avril par l'Assurance...3

Travailler plus pour désengorger les urgences : les généralistes exaspérés par le rapport Mesnier

Salle d'attente

Quelques heures seulement après la remise du rapport Mesnier sur les soins non programmés, les premières réactions se font entendre. Le... 5

Homéopathie : pas de preuves scientifiques mais un effet placebo à ne pas négliger, juge l'Académie

Académie de médecine

Discrète jusqu’ici, l’Académie de Médecine s’est finalement exprimée sur l’homéopathie. Une première depuis la publication fin mars d’une... 1

Cardiologie connectée L'HTA "3.0" Abonné

Automesure

Si l'efficacité de l'automesure tensionnelle ne fait plus de doute pour le diagnostic d'HTA et son suivi, quels bénéfices apporte la... Commenter

ORL LA SINUSITE D'ORIGINE DENTAIRE Abonné

0

C'est l'analyse sémiologique fine d'une cacosmie nauséabonde d'une rhinorrhée unilatérale sans fièvre qui fait évoquer la rupture d'un... 1

A découvrir