Recos - HTA : quelques évolutions, mais pas de révolution

RecosHTA : quelques évolutions, mais pas de révolution

15.06.2013

Nouvelle mouture pour les recommandations conjointes ESH/ESC présentées à Milan le 15 juin. Parmi les différences les plus marquantes par rapport à la mise à jour 2009, la révision des cibles tensionnelles.

  • HTA : quelques évolutions, mais pas de révolution - 1

    HTA : quelques évolutions, mais pas de révolution

Prudente, la "Task Force" pour la prise en charge de l'HTA, mise en place par la Société européenne de l’Hypertension (ESH) et par la Société européenne de cardiologie (ESC) souligne que ses membres, appointés par l'ESC et l'ESH, ont été recrutés pour leur expertise mais aussi pour "leur absence de conflits d'intérêts majeurs". Les nouvelles recommandations rendues publiques le 15 juin pointent le manque d'adhérence au traitement et l'inertie thérapeutique, qui n'a pas permis de vraiment améliorer le nombre de patients aux objectifs tensionnels depuis l'édition de 2003.

En prévention primaire et secondaire, elles insistent toujours sur l'importance de l'hygiène de vie, et en particulier la consommation d'alcool, de sel, le tabagisme, le poids et l'IMC. On préconise toujours une approche holistique de l'HTA, avec évaluation de la totalité des facteurs de risque, ainsi que de l'atteinte des organes cibles, même asymptomatique, avant la mise en route d'un traitement et tout au long du suivi. L'importance de la mesure de la pression à domicile et de la MAPA est mise en avant, ainsi que la nécessité de surveiller la PA nocturne.

De nouveaux objectifs tensionnels

La modification majeure porte sur les objectifs tensionnels : une PAS <140 mmHg est recommandée pour tous les patients, aucune étude n'ayant fait la preuve d'un bénéfice supplémentaire à être plus agressif en cas d'antécédents CV, de pathologie rénale ou d'AIT/AVC les sujets âgés ne sont traités que lorsque la PAS est ›160 mmHg, avec un objectif située entre 150 et 140 mmHg avant 80 ans ou en parfait état général au-delà; la PAD doit être <90 mmHg sauf pour les diabétiques (<85mmHg).

Aucune molécule n'est mise en avant pour le traitement de première ligne, le choix devant se faire en fonction du contexte clinique. Les associations préférentielles combinent diurétique thiazidique et inhibiteur du SRA ou ICa, inhibiteur du SRA et ICa. A noter enfin le traitement de l'HTA résistante par dénervation rénale, saluée comme "prometteuse".

Dr Maia Bovard-Gouffrant
Source : Legeneraliste.fr

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
Délégués

Accès aux soins : deux parlementaires et une généraliste proposent de « coacher » les médecins qui s'installent

Le député Thomas Mesnier (LREM Charente), la sénatrice Élisabeth Doineau (LREM Mayenne), ainsi que l'ex-présidente du syndicat de jeunes médecins Reagjir, le Dr Sophie Augros, ont remis ce lundi...5

Les médecins des centres de santé ne sont pas épargnés par les risques psycho-sociaux

centres médical

Les généralistes libéraux notamment sont particulièrement touchés par le burn-out. La surcharge de travail et la lourdeur des tâches... Commenter

Hypothyroïdie fruste, une nouvelle méta-analyse plaide pour l’abstention thérapeutique

hypothyroïdie

Faut-il ou non traiter les hypothyroïdies frustes ? Alors que le sujet prête à discussion depuis de nombreuses années, une méta-analyse... Commenter

Dermatologie LES PUNAISES DE LIT Abonné

Punaise de lit

Parasites cosmopolites, les punaises de lit prolifèrent en France. Cette parasitose donne des lésions cutanées sur les zones découvertes.... Commenter

Gériatrie VITAMINE D CHEZ LE SUJET ÂGÉ : DOSAGE ET SUPPLÉMENTATION Abonné

Vitamine D

Chez le sujet âgé, le dosage de vitamine D est indiqué et remboursé dans des indications limitées. Les seniors à haut risque doivent être... Commenter

A découvrir