Un film, un médecin - Le Viager

Un film, un médecinLe Viager

08.05.2013
  • Le Viager - 1

    Le Viager

Réalisateur

Pierre Tchernia

Année de réalisation

1972

Scénario

Pierre Tchernia et René Goscinny

Production

Les Films Dargaud, Les Artistes Associés (United Artists)

Musique

Gérard Calvi

Format et durée

Couleurs – 35 mm – 98 minutes

En DVD

Disponible en séparé chez Citel ou en coffret chez Studio Canal avec « Les Gaspards » et « La Gueule de l’autre »

Voir un extrait

Distribution

Michel Serrault (Louis Martinet, de 59 à... 99 ans)

Michel Galabru (le Dr Léon Galipeau)

Rosy Varte (Elvire Galipeau)

Jean-Pierre Darras (Emile Galipeau)

Claude Brasseur (Noël Galipeau)

Yves Robert (le capitaine de corvette Bucigny-Dumaine)

Jean Carmet (Maître Vierzon, l'avocat de Noël)

... Et aussi Noël Roquevert, Jean Richard, Gérard Depardieu, Jacques Bodoin, Paul Préboist...

L’histoire

En 1930 à Paris, Léon Galipeau, médecin généraliste à la compétence discutable, ausculte Louis Martinet, célibataire de 59 ans. Persuadé que son patient n'a que deux ans tout au plus à vivre, Galipeau convainc son frère Émile d'acquérir en viager la maison de campagne que possède Martinet dans un petit village de pêcheurs inconnu : Saint-Tropez. Confiants dans leur affaire, les deux frères acceptent même d'indexer la rente viagère sur l’aluminium. Mais la santé de Martinet est de plus en plus florissante sous le soleil provençal et les cours de l’aluminium s’envolent. Comment éliminer l’encombrant Louis Martinet, c’est désormais le souci permanent de la famille Galipeau

Autour du film

- Outre le rôle de Martinet, Michel Serrault apparaît aussi dans le film en général nazi déguisé en portier d'hôtel, en général nazi non déguisé, en parachutiste allemand déguisé en bonne sœur, en Allemand infiltré dans une sine d'armement, en Allemand infiltré comme instituteur, en Allemand infiltré dans l'État-Major français...

- C’est le dernier film tourné par Noël Roquevert, décédé un an plus tard, en 1973.

-Michel Serrault a demandé à Pierre Tchernia de porter un faux nez pour interpréter le personnage de Louis Martinet.

- Quand on veut montrer que l'officier de marine a commis « une petite erreur », on lui montre un journal avec un navire en train de couler. Il s'agit en réalité de La Bourrasque, coulée lors de la débâcle de Dunkerque.

- Le générique précise que la scène de l'explication du viager par des dessins enfantins est signée « du petit Gotlib »

- Le film connut un immense succès à sa sortie avec 2 192 000 spectateurs.

Source : Legeneraliste.fr

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
Agnès Buzyn et Thomas Mesnier

Consultations sans RDV, numéro unique, visite revalorisée : la recette d'un député pour désengorger les urgences

Que faire pour répondre à la demande de soins non programmés et désengorger les services d'urgence ? Le jeune député LREM de Charente Thomas Mesnier a rendu aujourd’hui son rapport sur le sujet à...11

Après un AIT, le risque d'accident cardio-vasculaire grave dure au moins 5 ans

AVC

Une étude épidémiologique observationnelle internationale de registre pilotée par l’équipe du Pr Pierre Amarenco (chef du service de... Commenter

Dans la Manche, le ton monte entre la CPAM et les syndicats de médecins qui boycottent les CPL

Eclair

Dans la Manche, le torchon brûle entre les syndicats de médecins libéraux et la caisse primaire d’Assurance maladie (CPAM). A la suite d'un... 1

Cardiologie connectée L'HTA "3.0" Abonné

Automesure

Si l'efficacité de l'automesure tensionnelle ne fait plus de doute pour le diagnostic d'HTA et son suivi, quels bénéfices apporte la... Commenter

ORL LA SINUSITE D'ORIGINE DENTAIRE Abonné

0

C'est l'analyse sémiologique fine d'une cacosmie nauséabonde d'une rhinorrhée unilatérale sans fièvre qui fait évoquer la rupture d'un... 1

A découvrir