Un film, un médecin - Haut les coeurs

Un film, un médecinHaut les coeurs

08.05.2013
  • Haut les coeurs - 1

    Haut les coeurs

Réalisation

Solveig Anspach

Année de réalisation

1998

Scénario et dialogues

Solveig Anspach et Pierre Erwan Guillaume

Musique

Olivier Manoury et Martin Wheeler

Format et durée

Couleurs- 1,66 - dolby SR - 110’

Récompenses

César de la meilleure actrice pour Karin Viard en 2000.

En DVD

Edité aux éditions Montparnasse

Distribution

Karin Viard (Emma)

Laurent Lucas (Simon)

Claire Wauthion (la mère d’Emma)

Julien Cottereau (Olivier)

Philippe Duclos (Dr Morin)

Charlotte Clamens (Dr Colombier)

Didier Sauvegrain (Dr Lalande)

Fejria Deliba (l’infirmière en chimio)

Voir un extrait

L’histoire

Emma, jeune musicienne, apprend le même jour, qu'elle est enceinte et qu'elle est atteinte d'un cancer du sein. Lalande, son médecin généraliste, l'incite à avorter, compte tenu de la dureté des soins intensifs nécessaires. Emma vit avec Simon, qui la soutient dans cette épreuve et lui conseille de consulter un spécialiste. Au centre hospitalier de Villejuif, Emma est reçue par les Docteurs Morin et Colombier, à qui elle explique son désir de soigner son cancer mais surtout garder l'enfant. Ils lui proposent un traitement réduisant au minimum les risques pour le bébé à naître. Malgré quelques moments de profonde déprime, Emma veut continuer à vivre dans l'optimisme. Elle soutient Simon lorsqu'il est prêt de craquer...

Les avis de la critique

- Ce n'est pas un film qui rassure, non, mais qui assure que l'impossible doit être tenté. Toujours. (Télérama)

- Le choix de Karin Viard était le bon : cette comédienne, solide et positive, est exceptionnelle dans ce rôle grave et émouvant, et donne toute sa force à ce film dont le spectateur ne sort pas indemne. (Le Figaroscope)

- Remarquablement interprété, le film distille avec infiniment de finesse ce mélange de détresse et de révolte, d'impulsions macabres et de désir effréné de tendresse qui compose le paysage mental de la maladie. (Le Monde)

- Poignant, drôle, physique, combatif, le premier long métrage de Solveig Anspach ne fait pas pitié, il est plutôt fortifiant et vertigineux comme une avancée à cloche-pied sur le rebord d'une falaise. (Les Inrockuptibles)

Source : Legeneraliste.fr
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
Harcèlement

86 % des internes victimes de sexisme, 1 sur 10 de harcèlement sexuel

L’heure est à la dénonciation des comportements sexistes et du harcèlement, mais les internes en médecine n’ont pas attendu l’affaire Weinstein pour s’en préoccuper. En septembre dernier, l...Commenter

Thyrofix, une cinquième spécialité à base de lévothyroxine disponible dès décembre

Pharmacie

Après le Lévothyrox, l’Euthyrox, la L-Thyroxin Henning, et L-Thyroxine Serb en gouttes voilà le Thyrofix. Dans un communiqué publié ce... Commenter

Le Sénat a peu retouché le PLFSS 2018 qui sera soumis au vote mardi

Sénat

En attendant le vote solennel de mardi, les sénateurs ont bouclé l'examen en première lecture du projet de loi de financement de la... Commenter

Infectiologie SPORT ET PATHOLOGIES INFECTIEUSES DE L'ENFANT Abonné

Sport

Les pédiatres infectiologues américains viennent de publier des recommandations sur la prise en charge et la prévention des pathologies... Commenter

Nutrition BOISSONS ÉNERGISANTES : PAS SANS RISQUES Abonné

boisson

Elles connaissent un franc succès auprès des jeunes, sportifs ou non. Cocktails de stimulants comme la caféine, la taurine, le... Commenter

A découvrir