Un film, un médecin - Monsieur Vincent

Un film, un médecinMonsieur Vincent

01.05.2013
  • Monsieur Vincent - 1

    Monsieur Vincent

Réalisateur

Maurice Cloche

Année de réalisation

1947

Scénario

Jean-Bernard Luc et Jean Anouilh

Dialogues

Jean Anouilh

Musique

Jean-Jacques Grunenwald, interprétée par L’Orchestre de la Société des Concerts du Conservatoire (direction : Roger Désormière)

Assistant-réalisateur

Guy Lefranc (qui dirigera plus tard, en 1952, « Knock »)

Production

Alliance Générale de Distribution Cinématographique

Format et durée

Noir et Blanc - 111 minutes

Nombre d’entrées en salles

7 055 290 entrées

En DVD

Le film est disponible dans la collection « Classiques » de Studio Canal.

Voir un extrait

Distribution

Pierre Fresnay (Vincent de Paul)

Aimé Clariond (Cardinal de Richelieu)

Jean Debucourt (Philippe-Emmanuel de Gondi, comte de Joigny)

Germaine Dermoz (la reine Anne d’Autriche)

Pierre Dux (le chancelier Séguier)

Lise Delamare (Françoise Marguerite de Silly, comtesse de Joigny)

Gabrielle Dorziat (la présidente Groussault)

Charles Gérard, Claude Nicot, Maximilienne...

L’histoire

Curé et précepteur, Vincent de Paul entreprend de venir en aide aux miséreux. Alors qu'il prend ses fonctions dans sa nouvelle paroisse, une terrible épidémie de peste s'abat sur la région. Dévoué jusqu'au sacrifice à la cause qu'il défend, Vincent de Paul sera canonisé.

Autour du film

- Pierre Fresnay remporta la Coupe Volpi du meilleur acteur au Festival de Venise en 1948.

- Oscar d’honneur et Oscar du meilleur film étranger à Hollywood en 1949

- Le film fut nominé aux Golden Globes du meilleur film international en 1950.

- On retrouve avec curiosité Jean Carmet et Michel Bouquet qui faisaient là leurs (presque) tous premiers pas à l’écran

- Anouilh qui a écrit le scénario et les dialogues du film a retrouvé à l’occasion de ce tournage Pierre Fresnay qu’il avait dirigé un an plus tôt dans « Le Voyageur sans bagages » Parmi les autres scénarios écrits par Jean Anouilh pour le cinéma, signalons « Anna Karénine » de Julien Duvivier, « Pattes blanches » de Jean Grémilon, « Caroline chérie » de Richard Pottier, « Un caprice de Caroline chérie » de Jean Devaivre et « La Mort de Belle » d’Edouard Molinaro ; ce dernier film étant tiré d’un roman de Georges Simenon.

Source : Legeneraliste.fr
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
ouv

Maladie athéromateuse40 ans d’angioplastie... et encore des questions

Quarante ans après la première intervention chez l’homme, l’angioplastie a révolutionné la prise en charge des syndromes coronariens et la cardiologie interventionnelle s’attaque désormais à d...Commenter

Levothyrox: une notice diffusée par la justice pour faciliter les plaintes

.

Une notice a été diffusée sur l'ensemble du territoire pour aider les patients, souffrant d'effets secondaires de la nouvelle formule du... 6

Inquiétude des acteurs de la santé au travail sur la disparition du CHSCT

.

Les CHSCT (comités d'hygiène, de sécurité et des conditions de travail) créés par les lois Auroux de 1982 qui portent l'empreinte de la... Commenter

Dermatologie LE PSEUDO-XANTHOME ELASTIQUE Abonné

pseudo-xanthome

Certaines pathologies héréditaires induisent une altération du tissu élastique. Compte tenu des conséquences au niveau de différents... Commenter

Médecine du sport LE CERTIFICAT DE NON CONTRE-INDICATION AU SPORT EN 2017 Abonné

certificat sportif

Jusqu’à présent, l’obtention d’une licence sportive était conditionnée par la rédaction d’un certificat médical annuel de non... Commenter

A découvrir