Un film, un médecin - Mabuse , le joueur

Un film, un médecinMabuse , le joueur

01.05.2013
  • Mabuse , le joueur - 1

    Mabuse , le joueur

Réalisateur

Fritz Lang

Année de production

1922

Titre original

Doktor Mabuse, der spieler

Format et durée

Noir et blanc - 1,33:1 - muet - Le film se décompose en deux parties:

1/ Le Joueur, une image de notre temps (155’)

2/ Inferno, une pièce sur les hommes de ce temps

Scénario

Théa Von Harbou, d’après un roman de Norbert Jacques

Distribution

Rudolf Klein-Rogge (le Docteur Mabuse)

Aud Egede Nissen ( Cara Carozza, la danseuse)

Gertrude Welcker (La comtesse Todd)

Alfred Abel (Le comte Told)

En DVD

Disponible chez MK2 dans le coffret Fritz Lang comprenant également « Métropolis », « Les Niebelungen, la Vengeance de Kriemhild », « Les Niebelungen, la mort de Siegfried », « Les Espions » et « La Femme sur la lune » . Le film est également disponible seul chez le même éditeur.

Voir un extrait

L’histoire

Allemagne, années 1920 : le procureur von Wenck mène une lutte impitoyable contre le Dr. Mabuse, un criminel démoniaque à l'organisation redoutable. Mabuse se dissimule sous bien des déguisements (un banquier, un psychanalyste, un marchand, etc.) manipule les cours de la bourse, fabrique de la fausse monnaie, hypnotise ses victimes pour les pousser à la ruine ou au suicide. Il veut profiter du chaos de l'après-guerre pour imposer sa volonté de puissance à une société affaiblie en jouant avec la vie et le destin de ses contemporains. Mais l'amour d'une femme cause sa perte...

Autour du film

- Découpé en deux parties et d’une durée de 4h30, le film de Fritz Lang est structuré comme un film à épisodes, un genre plébiscité à l’époque, le « Fantomas » de Louis Feuillade ayant été le premier exemple du genre dès 1914. Avec « Mabuse, le joueur », Fritz Lang a voulu faire une peinture de la société allemande aux temps difficiles de la république de Weimar. Le Dr Mabuse, génie du crime, veut étendre son pouvoir à tout Berlin et même à tous les hommes dont il exploite les faiblesses, l’oisiveté et la dépravation.

- Chaque plan du film, chaque coupe vise à créer l'émotion, le suspense et la tension. On raconte qu'Eisenstein, subjugué par ce montage, se serait acharné à démonter et remonter une copie pour le comprendre.

Source : Legeneraliste.fr

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
Refus

Pas de chiffres mais des premières pistes pour lutter contre les refus de soins médicaux

La commission placée auprès du Conseil national de l’Ordre des médecins chargée d'évaluer les refus de soins des professionnels de santé, a officiellement publié ses premières recommandations. ...Commenter

« Les assistants ne profiteront qu'à une minorité de médecins », redoutent Les Généralistes-CSMF

.

Favorables dans l'ensemble au plan gouvernemental « Ma santé 2022 » dont le coup d'envoi doit officiellement être donné ce lundi, les... Commenter

« Bébés nés sans bras » : la DGS lance un dispositif national de surveillance

Bébé

C’est un peu une aiguille dans une meule de foin que les autorités sanitaires recherchent en lançant une enquête nationale sur les cas... Commenter

ORL  UNE DOULEUR PHARYNGÉE PERSISTANTE Abonné

ORL -  UNE DOULEUR PHARYNGÉE PERSISTANTE-0

Si des symptômes ORL persistent, même en l’absence de lésion évidente il faut rapidement adresser le patient à l’ORL pour rechercher une... Commenter

Anticoagulation LES AOD PASSÉS AU CRIBLE Abonné

Thrombose

Cette étude britannique du BMJ a comparé les risques et les bénéfices des trois AOD les plus prescrits à ceux de la warfarine. Les données... Commenter

A découvrir