Insécurité - 798 agressions de médecins enregistrées en 2012

Insécurité798 agressions de médecins enregistrées en 2012

16.04.2013

L’Ordre des médecins a présenté mardi les chiffres 2012 de son Observatoire de la sécurité. Surprise. Ces dernières statistiques confirment la baisse du nombre de déclarations entamée l’année précédente. Faut-il pour autant en conclure à une diminution de la violence à l’encontre des médecins ? Certains éléments continuent d’inquiéter.

  • 798 agressions de médecins enregistrées en 2012 - 1

    798 agressions de médecins enregistrées en 2012

Pour la deuxième année consécutive, le nombre des déclarations d’agressions adressées par les médecins à l’Ordre est en baisse. En 2012, en effet, 798 agressions ont été enregistrées par l’Observatoire pour la sécurité des médecins (ONSM), dont les derniers chiffres ont été présentés mardi. On en relevait 822 en 2011 et 920 en 2010. Faut-il en conclure que la violence à l’encontre des professionnels de santé est peu à peu en train de baisser ? Il est peut-être encore un peu tôt pour l’affirmer. Si, en effet, l’année dernière, la baisse avait été de l’ordre de 10 %, cette année elle est à peine de 3 %. Et il ne faut pas oublier que le nombre d’agressions enregistrées reste, en tout cas, supérieur de 20 % à la moyenne des dix dernières années (666).

Autre bonne nouvelle probablement à nuancer, même si la Seine-Saint-Denis reste le département le plus touché, il enregistre une baisse significative des déclarations qui sont passées de 67 à 46 l’an passé. Cependant cette baisse pourrait également être due à la désertification médicale des banlieues… À moins qu’il ne faille y voir déjà les effets positifs du protocole sur la sécurité mis en place par le CNOM avec les syndicats et le ministère de l’intérieur et déjà paraphé par 68 départements. La violence dans "les quartiers" qui représentent 26 % des déclarations a en tout cas diminué de deux points en un an et de neuf en quatre ans. Comme l’année dernière, on retrouve à la deuxième place du triste palmarès des départements enregistrant le plus d’agressions le Nord avec un nombre de déclarations à peu près stable (45 contre 44 en 2011). À la troisième place, Paris, avec 41 cas (contre 33 l’année dernière). Mais, au delà des péripheries des grandes villes, la plupart des agressions ont lieu... en plein centre-ville ! C’est le cas de presque six agressions sur dix (58 %). Un chiffre en constante augmentation (14 % depuis 2008).

Plus d’agressions physiques, un peu moins d’insultes

La décrue ne concerne pas tous les endroits et pas non plus toutes les fromes d’agressions. Certes, pour la deuxième année consécutive, la proportion d’agressions à caractère verbal recule, en 2012, à 66 % (contre 70 en 2011). En revanche, les incidents les plus préoccupants comme les agressions physiques, les vols ou tentatives de vols et les actes de vandalisme restent stables, respectivement à 12 %, 23 % et 11 %.

Parmi les facteurs expliquant ces agressions, le reproche d’une mauvaise prise en charge arrive en première place (-1 point) avec 203 cas concernés et représente un quart des déclarations. Le vol explique deux déclarations sur dix (21 %), mais le refus de prescription apparaît aussi parmi les motifs les plus souvent cités (17 %) avec un temps d’attente jugé excessif (7 %). D’ailleurs, dans la plupart des cas, l’agresseur est le patient (51 %) ou son accompagnateur (17 %).

De plus en plus de victimes en médecine de ville

Autre élément préoccupant à relever cette année : la baisse des déclarations ne bénéficie pas à tout le monde. Et en tout cas pas à la médecine de ville, de plus en plus touchée par le phénomène : 619 déclarations (contre 596 en 2011) ont été enregistrées dans ce cadre qui représente désormais 77 % des agressions, une proportion en hausse de quatre points par rapport à 2011 et la plus élevée des dix dernières années ! Triste confirmation, les généralistes restent les médecins les plus touchés par la violence. Comme l’ont rappelé de récentes agressions aux Mureaux ou à Villetaneuse, ils représentent 56 % des médecins agressés en 2012 (pour 46 % du corps médical), une proportion en léger recul (-4 points par rapport à 2011). Parmi les spécialistes, le tiercé de tête est occupé par les ophtalmologues, les psychiatres et les dermatologues. L’Ordre des médecins met en exergue qu’une majorité (65 %) de médecins victimes d’agressions dispose d’un secrétariat médical. Alors qu’on croyait la présence d’une secrétaire à l’entrée du cabinet dissuasive pour d’éventuels agresseurs, cela ne semble pas être le cas.

Enfin, alors que seuls 33 % des médecins victimes de violence rencesés par l’Observatoire ont porté plainte en 2012 et à peine 15 % ont déposé une main courante, on peut bien entendu se demander combien on garder pour eux leur mésaventure. Dans ce cas, les déclarations recensées par l’Ordre représenteraient peut-être la pointe de l’iceberg d’un phénomène beaucoup plus répandu… On peut néanmoins se féliciter que les femmes médecins aient été, en 2012, particulièrement nombreuses à dénoncer les agressions subies. Elles sont en effet à l’origine de 46 % des déclarations alors qu’elles ne représentent, au moins pour l’instant, que 42 % du corps médical.

Giulia Gandolfi
Source : Legeneraliste.fr

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
Buzyn

Plan Santé 2022 Buzyn : « Nous allons aider les médecins à répondre aux besoins de santé sur leur territoire »

La ministre de la Santé décrypte le plan santé présenté ce mardi par Emmanuel Macron. D'ici à 2022, le gouvernement veut créer 1 000 CPTS pour répondre aux besoins de santé sur les territoires,...12

4 000 assistants médicaux, exercice mixte à l'hôpital, fin du numerus clausus Les principales mesures du plan santé d'Emmanuel Macron

Emmanuel Macron

Le plan santé dévoilé mardi par le chef de l'État comprend 54 mesures visant à réformer en profondeur le système de soins pendant le... 5

Entre espoirs et agacement, les médecins partagés après l'annonce du plan santé

Smiley

De très nombreux acteurs du monde médical ont commenté ce mardi le plan santé, présenté par Emmanuel Macron le matin même. Après les... Commenter

Pédagogie STRATÉGIES COGNITIVES ET ERREURS DIAGNOSTIQUES Abonné

Ampoule cassee

Comment les médecins font-ils pour poser des diagnostics et pourquoi se trompent-ils parfois ? Face à un patient, les praticiens génèrent... Commenter

Toxicologie  L’INTOXICATION AU PARACÉTAMOL Abonné

Paracetamol

Hautement hépatotoxique aux doses suprathérapeutiques, le paracétamol est à l’origine de l’une des intoxications les plus fréquentes.... Commenter

A découvrir