Epidémie - Pourquoi le vaccin a laissé passer la grippe cette année

EpidémiePourquoi le vaccin a laissé passer la grippe cette année

03.04.2013

Cette année, l’épidémie de grippe a été particulière. Elle a été extrêmement longue, s’étalant sur plus de trois mois et demi. Et le vaccin a été peu efficace, en raison de la circulation non prévue de deux souches du virus B et d’une mutation inattendue du virus A H3N1 au moment de la fabrication des souches vaccinales.

  • Pourquoi le vaccin a laissé passer la grippe cette année - 1

    Pourquoi le vaccin a laissé passer la grippe cette année

Cette fois, l’épidémie est vraiment terminé. Si les réseaux Sentinelles et GROG (groupes régionaux d’observation de la grippe) mentionnent encore des cas la semaine dernière, l’un et l’autre relèvent qu’on est en dessous du seuil épidémique. Avec plus de 14 semaines, cette année, l’épidémie de grippe a néanmoins été la plus longue observée depuis plus de 30 ans, indiquent les deux réseaux de surveillance. Elle s’est enfin achevée la semaine du 18 mars, semaine durant laquelle l’incidence des cas de syndromes grippaux vus en consultation de médecine générale a été estimée à 115 cas pour 100 000 habitants. Soit tout juste en dessous du seuil épidémique (120 pour 100 000). Depuis le début de l’épidémie estimé au début du mois de novembre 2012, on recense 706 cas graves (admis en réanimation) et 111 décès. « Dans ces formes graves, un tiers des sujets touchés avaient plus de 65 ans », indique Daniel Floret, président du Comité Technique des vaccinations (Haut Conseil de la Santé Publique). Les jeunes n’ont donc pas été épargnés cette année par la grippe. « Et ce, du fait que le virus A H1N1 qui touche plutôt les personnes jeunes, ait beaucoup circulé » poursuit le président. Sachant que le virus A H3N2, lui, s’attaque plutôt aux personnes âgées.

Une efficacité modérée

Mais cette saison grippale n’a pas été seulement exceptionnelle sur sa durée. Elle s’est également montrée assez désastreuse quant à l’efficacité de la vaccination. En effet, selon les premiers résultats de l’étude I-Move de l’European Center for Disease Prevention and Control (ECDC), l’efficacité de la vaccination contre la grippe A et B a été en 2012-2013 de 50,4 % pour les populations cibles.

À cette diminution, plusieurs explications. Tout d’abord, on sait que l’efficacité de la vaccination antigrippale varie chaque saison, en fonction de l’adéquation du vaccin fabriqué avec les souches qui circulent réellement. Cela est inhérent au fait que le virus de la grippe a une grande capacité à muter rapidement. Entre l’instant ou la souche vaccinale est décidée et le moment de l’épidémie, il arrive que les virus aient déjà muté. « De ce fait, l’efficacité de la vaccination antigrippale varie selon les années de 75 % à 30 %. Une méta-analyse publiée en 2012 par Osterholm dans le Lancet montre même que l’efficacité du vaccin trivalent inactivé n’a pu être démontrée que dans 8 saisons grippales sur 12 !», indique Daniel Floret.

Toutefois, cette année d’autres éléments inattendus sont malencontreusement survenus. D’une part, il y a eu un incident tout à fait inhabituel lors de la première phase de l’élaboration du vaccin, qui comprenait cette année les trois souches A H1N1, A H3N2 et B. « Lorsque l’OMS sélectionne les souches, elles sont récoltées par prélèvement puis mises en culture sur œufs embryonnés de poule. Ensuite, les souches ainsi produites sont distribuées aux fabricants qui les incluent dans les vaccins. Et curieusement, cette année, lorsque la souche A H3N2 a été ensemencée sur œuf, le virus a muté, et donc la souche confiée aux laboratoires était un peu différente du virus qui a circulé, ce qui a diminué l’efficacité de la vaccination vis-à-vis de A H3N2 » rapporte Daniel Floret. D’autre part, un autre phénomène est venu se surajouter à cette mutation indésirable. Deux virus grippaux de type B ont circulé durant l’épidémie dans l’Hexagone, alors qu’une seule souche était incluse dans le vaccin trivalent. D’où une diminution de l’efficacité vaccinale, cette fois-ci à l’encontre des virus du type B.

Pas de révolution attendu dans le calendrier vaccinal

Vaccin muté, grippes sévères chez des personnes jeunes, deux souches de virus B en circulation… Les mauvaises expériences de cette saison vont elle pour autant modifier les futures recommandations vaccinales ? Sans doute, mais de façon modérée. "En France, le nouveau calendrier intégrera probablement un vaccin antigrippal quadrivalent, incluant les deux souches de virus B qui ont circulé en 2012-2013 » dévoile Daniel Floret. Pour autant, aucun remaniement en profondeur n’est actuellement prévu en ce qui concerne la grippe, bien que la stratégie vaccinale puisse être rediscutée, à la lumière notamment de l’expérience des pays qui vaccinent les enfants contre cette pathologie ».

Charlotte Demarti

Source : Legeneraliste.fr
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
Buzyn

« Je ne demande pas aux médecins de travailler plus (...) mais il faut mieux organiser les soins sur les territoires», lance Buzyn

La ministre de la Santé a réaffirmé ce vendredi son intention de revoir l'organisation du système de santé pour prendre plus efficacement en charge la population. ...12

DPC : 30 000 généralistes se sont inscrits à une action indemnisée en 2017

DPC

Les généralistes ne sont pas beaucoup plus nombreux à se former mais ils se forment plus ! Tel est le bilan que l'on peut tirer en étudiant... Commenter

Antoine Durrleman, 6e chambre de la Cour des comptes « La médecine libérale doit être mieux présente sur le territoire »

Durrleman

Le président de la 6e chambre de la Cour des comptes assume les mesures coercitives du récent rapport qu’il a piloté sur l’avenir de... 6

Pédiatrie BÉBÉ SECOUÉ : PRÉVENIR ET REPÉRER Abonné

Bebe secoue

Plusieurs centaines de nourrissons seraient victimes du syndrome du bébé secoué chaque année en France. La Haute autorité de santé et la... Commenter

Prévention UN DÉPISTAGE DE MASSE SIMPLE QUI SAUVE DES VIES Abonné

Anevrisme aorte abdominale

Une étude danoise démontre l'efficacité du dépistage combiné de l'anévrysme de l'aorte abdominale, de l'HTA et de l'AOMI sur la mortalité... Commenter

A découvrir