Convention - Le SML de Roger Rua rue dans les brancards

Convention Le SML de Roger Rua rue dans les brancards

18.02.2013

Le SML a décidé en Assemblée générale de rejeter l’accord sur les dépassements d’honoraires, l’avenant n° 8 d’octobre. Même si le syndicat ne compte pas pour autant revenir sur sa signature, Roger Rua, son président prend ses distances avec la politique de son prédécesseur, soutient de moins en moins la convention et appelle ses adhérents secteur 2 à refuser le «contrat d’accès aux soins» de la Sécu.

  • Le SML de Roger Rua rue dans les brancards - 1

    Le SML de Roger Rua rue dans les brancards

A peine élu... et déjà dans l’opposition ! Le nouveau président du SML a en effet décidé de frapper fort. Celui qui avait juré pendant sa campagne de redonner la parole aux adhérents avant son élection en décembre a tenu promesse. Lors d’une Assemblée générale qui se déroulait samedi dernier, les membres du SML étaient appelés à se prononcer sur la validité de la signature de l’avenant n°8 sur les dépassements d’honoraires par le syndicat. Les deux tiers l’ayant rejeté, le président a décidé de prendre les choses en main. « La signature de cet accord qui a été brutale et réalisée sous la menace est difficilement passée auprès de la population médicale y compris au sein de notre syndicat », a expliqué lundi Roger Rua Avant d’ajouter : « Il est hors de question de fermer brutalement le secteur 2, les médecins doivent garder la liberté de choisir le secteur dans lequel ils veulent exercer ».

Rua tourne le dos à Jeambrun

Avec cette décision, Roger Rua prend de plus en plus ses distances avec son prédécesseur, Christian Jeambrun. « Le SML ne valide plus l’accord de cet avenant. On fera tout pour défendre les médecins qui seront injustement attaqués. Nous entrons en résistance », a martelé le président qui a également précisé qu’il n’appellerait pas ses adhérents à rentrer dans le nouveau contrat d’accès aux soins que la Sécu va commencer à proposer aux médecins de secteur 2 le mois prochain.

Réelle menace ou simple provocation ? Le syndicat peut-il aller plus loin et dénoncer un jour l’avenant ? Il semble que l’on n’en soit pas encore là, mais sait-on jamais… Pour l’heure, le président a précisé qu’après avoir consulté plusieurs juristes, il n’ya avait pas moyen de retirer la signature du syndicat de ce texte sans dénoncer la totalité de la Convention signée en 2011. En d’autres termes, il faudrait pour annuler cet avenant que le SML entame un recours juridique qui demanderait l’annulation totale de la Convention. Une démarche qui n’a pour l’instant pas été retenue par le président. « Le SML n’est pas un syndicat agité à ce point là », a-t-il insisté.

Même le ROSP ne trouve pas grâce à ses yeux

Pour le syndicat, qui a déjà boycotté une des réunions avec l’Assurance maladie au sujet des sanctions possibles en cas de dépassements d’honoraires, l’esprit dans lequel cet avenant a été signé n’a pas été respecté par la CNAM. « On s’est retrouvés face à un mur de sanctions et pas à de la pédagogie », a expliqué le généraliste de Rueil-Malmaison (Hauts-de-Seine).

Face à cette impasse, puisqu’il est, selon lui, trop tard pour revenir sur la signature du syndicat, le SML met les pieds dans le plat. Son président a assuré qu’il n’hésiterait pas à aider les médecins qui submergés par les charges voudraient quitter la France. Une cellule juridique va également se mettre en place et devrait accompagner tous les médecins qui seraient menacés par l’Assurance maladie. « Nous apprécierons les dossiers reçus et défendrons ceux injustement accusés », a insisté le Dr Rua.

Et le nouveau président du SML n’en reste pas là. Il dénonce également le caractère « comptable » de la rémunération sur objectifs de santé publique, le ROSP, dont le premier versement est attendu en mars. Des revendications que le généraliste aura tout loisir de formuler à la ministre de la Santé lors de son rendez-vous prévu vendredi avenue de Ségur.

Caroline Laires-Tavares
Source : Legeneraliste.fr

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
.

Retraite : les médecins libéraux risquent d'être les grands perdants de la réforme selon l'UFML-S

La réforme des retraites pilotée par Jean-Paul Delevoye constitue-t-elle une menace pour les médecins libéraux ? C'est la grande crainte de l'Union française pour une médecine libre - syndicat ...2

« Maximum 2 verres d'alcool par jour, et pas tous les jours » : SPF fixe de nouvelles limites

Verre de vin

Ces douze derniers mois, nos autorités sanitaires et le gouvernement ont été souvent critiqués pour leur laxisme en matière de lutte contre... 1

Médicament : les industriels se mobilisent pour réduire les ruptures de stock

Pénurie

« Non, les industriels n’organisent pas sciemment les ruptures de stock ! ». À l’occasion de la présentation de son plan d’action contre les... 1

Gastro-entérologie LE BON USAGE DES INHIBITEURS DE LA POMPE À PROTONS Abonné

IPP

Les IPP ont révolutionné la prise en charge des maladies liées à l’acide gastrique. Mais 60 % des prescriptions sont hors AMM, selon... Commenter

Prévention DIABÈTE : À QUOI SERT LE CONTRÔLE DES FACTEURS DE RISQUE ? Abonné

Diabète

Cette étude du NEJM, menée en vraie vie, suggère que lorsque tous les facteurs de risque d’un patient DT2 sont contrôlés, la probabilité de... Commenter

A découvrir