Fin de vie - Les médecins ouverts à l’euthanasie, l’Ordre propose la «sédation terminale»

Fin de vieLes médecins ouverts à l’euthanasie, l’Ordre propose la «sédation terminale»

14.02.2013

Le CNOM a proposé, ce jeudi, qu'un collège médical puisse permettre une « sédation terminale » dans des «situations exceptionnelles» pour des patients en fin de vie qui auraient émis des « requêtes persistantes, lucides et réitérées ». La proposition de l’Ordre parait en phase avec le rapport Sicard, mais en retard sur le corps médical, dont une majorité souhaite, selon un sondage, qu’on aille plus loin que la loi Léonetti.

  • Les médecins ouverts à l’euthanasie, l’Ordre propose la «sédation terminale» - 1

    Les médecins ouverts à l’euthanasie, l’Ordre propose la «sédation terminale»

Dans le débat sur la fin de vie, l’Ordre des médecins a pris jeudi une position assez audacieuse, pour une institution d’ordinaire plus attentiste. A la suite du rapport Sicard et avant que le CCNE ne rende son avis sur le sujet, le Conseil national de l’Ordre des médecins se prononce à son tour pour la «sédation terminale» pour des patients en fin de vie dans des cas «exceptionnels». Invoquant «un devoir d'humanité», l'Ordre reconnaît que la loi Leonetti ne peut offrir aucune solution pour certaines «agonies prolongées, ou pour des douleurs psychologiques et/ ou physiques incontrôlables ».

C’est donc pour pallier ce vide juridique auquel sont parfois confrontés les médecins que l’institution estime qu’une «sédation adaptée, profonde et terminale du patient doit pouvoir être délivrée par un collège médical». Le CNOM propose que ce dernier soit composé «surtout de professionnels de santé» qui ne suivraient pas nécessairement le patient afin de pouvoir dégager un avis extérieur - contrairement à la composition de l’équipe médicale prévue dans la loi de 2005 - et «pas uniquement de philosophes», a ironisé Michel Legmann.

Le président de l’Ordre entoure cette proposition de moult précautions : cette sédation terminale pourra être réalisée dans le cadre de requêtes «persistantes, lucides et réitérées» de la personne consciente ou inconsciente et «atteinte d'une affection pour laquelle les soins curatifs sont devenus inopérants et les soins palliatifs instaurés». Tous les éléments ayant contribués à cet avis devront être enregistrés dans le dossier du patient, peut-on lire dans le texte «Fin de vie, assistance à mourir», adopté samedi à l’unanimité moins une voix par l’Assemblée générale du CNOM. Les ordinaux ont toutefois réaffirmé l’existence de la clause de conscience des médecins en insistant sur leur liberté à pouvoir la saisir dans le cadre de l’accompagnement de la fin de vie d’un patient.

Mieux informer les patients et les professionnels de santé

Un an après avoir heurté une partie du corps médical libéral en proposant l’an passé de réguler la liberté d’installation, le Cnom devrait cette fois être mieux entendu par les médecins, en s’avançant sur le terrain de la fin de vie, source de préoccupations, voire d’interrogations pour nombre de praticiens. Pour autant, l’Ordre ne remet nullement en question la loi Leonetti mais a constaté qu’elle était mal connue des professionnels de santé. Selon un sondage IFOP réalisé pour le CNOM en janvier 2013 auprès de 600 médecins, plus de la moitié (53%) d’entre eux connaissent mal cette loi. Le CNOM propose donc la mise en place d’un Plan national de développement des soins palliatifs afin de contribuer à la diffusion de cette loi « trop peu connue de la population, mais aussi des professionnels de santé », selon l’Ordre.

Comme le proposait la mission Sicard en décembre dernier, l’institution rappelle qu’il faut informer le grand public des dispositions de la loi concernant les directives anticipées et la personne de confiance. Elle propose que celles-ci soient répertoriées dans le dossier du patient et dans un registre national ou un support accessible aux soignants membres de l’équipe de soins.

Caroline Laires-Tavares
Source : Legeneraliste.fr

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
.

Le budget de la Sécu pour 2019 dévoilé Fin du « NS » manuscrit, prévention chez l'ado, vaccination en pharmacie... ce qui change pour vous

Le Projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS) 2019 était présenté ce mardi matin à Bercy par le ministre de l'Action et des comptes publics Gérald Darmanin et la ministre de la...2

Le CCNE dit oui à la PMA et aux diagnostics prénataux, mais non à une nouvelle loi sur la fin de vie

CCNE

« C’est un avis qui n’est pas consensuel mais dans lequel nous avons essayé de faire émerger un assentiment majoritaire. » Le Pr Jean-Franço... 2

Le trou de la Sécu sera comblé en 2019, assure le gouvernement

.

Le redressement des comptes sociaux se poursuit et devrait se traduire par un retour à l'équilibre de la Sécurité sociale en 2019. Une... 1

Addiction LA PRISE EN CHARGE DE L’ARRÊT DU TABAC EN MÉDECINE GÉNÉRALE Abonné

Cigarette ecrasee

Le taux de succès dans l'arrêt du tabac dépend de l'intensité du suivi et du traitement pharmacologique associés. Il faut en moyenne quatre... Commenter

Dermatologie L’ÉRYTHÈME NOUEUX Abonné

érythème

Cette hypodermite se caractérise cliniquement par des nodules érythémateux, localisés principalement au niveau des jambes. Elle peut être... Commenter

A découvrir