Revenus - 2012, année sans pour les généralistes

Revenus2012, année sans pour les généralistes

08.02.2013

L’an passé aura été un bon cru pour la Sécu et pour la maîtrise des dépenses de santé. Mais les généralistes ont fait les frais des économies. Selon le bilan 2012 des dépenses maladie présenté vendredi par la cnamts, le poste honoraires de la profession est en baisse de 1,2%. Parmi les libéraux de santé, on ne fait pas pire...

  • 2012, année sans pour les généralistes - 1

    2012, année sans pour les généralistes

L’année 2012 n’a pas souri aux médecins généralistes. Le bilan des dépenses 2012 révélé vendredi par la cnamts confirme en effet que l’an passé aura été un petit cru pour la profession. Alors que globalement, les dépenses d’honoraires médicaux ont été stables cette année-là, celles du poste généralistes sont en baisse de - 1,2%. «L’absence d’épisode épidémique important explique, pour une part, la faiblesse de ces remboursements de soins,» note la Cnamts. De fait, côté activité, l’épidémie de grippe qui a touché la France en février-mars 2012 a été d’importance modérée, avec 1,5 million de personnes poussant la porte d’un cabinet à cette occasion. Côté revenus, même si 2012 est la première année de la rémunération sur objectifs, les primes du ROPS ne tomberont pas avant mars 2013. Et ce ne sont pas les quelques innovations de nomenclature (sur le frottis ou le V Alzheimer) qui ont beaucoup changé la donne. Rien à voir en effet avec les revalorisations obtenues en 2011 ou avec celles à venir en 2013.

En comparaison, les médecins spécialistes semblent un peu mieux lotis, mais sans plus : + 0,1% l’an passé (contre +3,3% en 2011). Même stagnation pour les dentistes (+0,1%). L’année passée a en revanche été beaucoup plus faste pour les paramédicaux. Les infirmiers ont été revalorisés en mai, les kinés en juillet et cela se ressent dans le dynamisme des dépenses de remboursement de la Sécu : + 7,9% pour les premiers, + 4,4% au titre des seconds.

Baisses historiques sur le médicament et sur les IJ

La bonne affaire pour la cnamts, c’est aussi la diminution historique des dépenses de médicament : globalement, -0,9 % et même - 1,6% sur le marché ville ! Repli ausi pour les dépenses d’arrêt de travail. Là encore, c’est historique : -1,4% l’an passé, après 2,9% en 2011 et +4,4% en 2010.

Au total, la cnamts pourrait remercier les médecins généralistes, calmes sur les consultations, pas gourmants en revalorisations d’honoraires et plutôt modérés sur les ordonnances, même si la grande sagesse des dépenses de médicaments et d’IJ n’est pas liée qu’à leurs prescriptions. Dans le premier cas, essor des génériques et baisse de prix y sont pour beaucoup. Dans le second, le fort chômage et le plafonnement des IJ ont en partie joué.

Au total, les dépenses de médecine de ville ne progressent que de 0,7% en 2012, qui peut donc être considérée comme une excellente année pour la maîtrise des dépenses. Les dépenses du régime général progressent néanmoins de +2,3%, tirées par les versements aux hôpitaux (+4,5%), aux cliniques (+2,2%) et aux établissements médico-sociaux (+2,5%).

Paul Bretagne
Source : Legeneraliste.fr

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
.

Excédé par la multiplication des PV, un généraliste du Mans menace d'arrêter ses visites

La bataille pour le stationnement gratuit des médecins en visite se poursuit du côté du Mans. Un généraliste, excédé de se faire verbaliser, a décidé d'écrire au maire de la commune. Installé...2

Enquête : qu'attendez-vous de la recertification ?

recertification

Le gouvernement souhaite mettre en place une recertification périodique des compétences des médecins. Beaucoup d’incertitudes entourent... 9

Arrêts maladies frauduleux : le reportage de France 2 « jette l'opprobre sur la profession », estime l'Ordre

Reportage arrêts maladies frauduleux

Faites ce que je dis, pas ce que je fais ! La diffusion au 20H de France 2, mercredi, d'un reportage sur les arrêts maladie frauduleux, a... 3

Tabacologie UNE SEULE CIGARETTE PAR JOUR AUGMENTE LE RISQUE CV DE 50 % Abonné

Cigarette

Fumer moins est inefficace sur le risque cardiovasculaire. Retour sur cette méta-analyse du BMJ, qui réduit à néant tout espoir sur la... Commenter

LES INHIBITEURS CALCIQUES DANS LE RAYNAUD Abonné

Raynaud

Que valent les inhibiteurs calciques dans le traitement du syndrome de Raynaud ? La revue Cochrane (1) s’est attachée à évaluer le rapport... Commenter

A découvrir