Mariage pour tous - Sur la PMA, le gouvernement recule en ordre dispersé

Mariage pour tousSur la PMA, le gouvernement recule en ordre dispersé

04.02.2013

Après la polémique de la semaine dernière autour de la gestation pour autrui, la question de la PMA pour les couples d’homosexuelles est revenue en force ce week-end à l’Assemblée. Finalement, Matignon temporise et ne bougera pas sur cette question avant l’avis du Comité d’Ethique attendu pour la fin de l’année. Au grand dam du groupe socialiste de l’Assemblée...

  • Sur la PMA, le gouvernement recule en ordre dispersé - 1

    Sur la PMA, le gouvernement recule en ordre dispersé

Après le "mariage pour tous", la "PMA pour toutes" ? P’têt ben qu’oui, p’têt ben qu’non... Alors que la semaine dernière a été occuppée par la polémique sur la gestation pour autrui (GPA) et que l’Assemblée Nationale a voté ce week-end la disposition ouvrant le mariage aux couples homosexuels, le gouvernement a louvoyé -et finalement reculé- dimanche sur le calendrier de l'ouverture de la PMA aux couples de femmes. En résumé, nul ne sait si la PMA sera bientôt ouverte aux couples d’homosexuelles. Mais, alors que le groupe socialiste de l’Assemblée Nationale avait espéré inserer ce nouveau droit dans le texte de loi actuellement en discussion, il est probable que ce ne sera pas discuté au mieux avant la fin de l’année.

La ministre déléguée à la Famille, Dominique Bertinotti, a en effet évoqué dimanche un texte famille contenant la PMA «avant la fin de l'année» au Parlement. Et une heure plus tard, le premier ministre, Jean-Marc Ayrault (photo), jugeait -depuis le Cambodge où il se trouve- qu’il était important d'attendre l'avis du Comité consultatif national d'éthique (CCNE), laissant entendre que cela prendrait peut-être plus de temps. Devant les multiples questions des députés, y compris dans les rangs de la gauche, Alain Vidalies, ministre des relations avec le Parlement, a finalement synthétisé, mais sans trancher : «Je précise qu'il y aura une seule loi portant sur l'ensemble des questions portant sur la famille, que cette loi comprendra la proposition du gouvernement sur la PMA, que le débat n'interviendra qu'après la connaissance de l'avis du Conseil national d'éthique et donc avant la fin de l'année».

Les députés PS pas contents

Dans les rangs du parti socialiste, ce recul du gouvernement ne plait pas à tout le monde. Il faut dire qu’après avoir déposé un amendement sur la PMA dans le cadre de la réforme "mariage pour tous", les députés PS avaient accepté de le retirer en échange de l’assurance que la PMA figurerait bien en mars dans le projet de loi sur la famille. L’échéance de mars semble désormais remise à beaucoup plus tard. Avec le risque que ce soit aux Calendes Grecques si le CCNE donnait un avis défavorable et que le gouvernement s’y rangeait... Dans une interview au Monde, Jean-Claude Ameisen, son président, plaidait vendredi pour des Etats généraux sur la PMA et estimait que ceux-ci ne pourraient pas se conclure avant l’automne 2013.

Dans un tweet vengeur, le rapporteur PS du projet de loi sur le mariage homosexuel, Erwann Binet, estimait dimanche que «soumettre a priori la décision du Parlement à un avis inconnu du comité d'éthique est un déni de démocratie». Pour sa part, le président du groupe PS de l’Assemblée, Bruno Le Roux, prévenait que si le projet de loi gouvernemental sur la famille ne comprenait pas l'ouverture de la PMA aux couples de femmes, comme promis au groupe socialiste, celui-ci «prendrait ses responsabilités». Bruno Le Roux persistait un peu plus tard sur BFMTV, estimant que la loi sur la PMA serait «bien entendu votée». Parmi les députés socialistes, l’unanimité est pourtant loin d’être totale sur cette question. De son côté, l'Inter-LGBT estime que l’intervention de Jean-Marc Ayrault «sonne comme une énième reculade». Pour l’heure, Marisol Touraine n’a encore rien ajouté au débat. Interviewée sur France Info sur l’affaire de la maternité de Port Royal et sur la pharmacovigilance, la ministre de la Santé n’était sans doute pas mécontente d’avoir évité toute question sur la PMA... Elle aura tout loisir d’évoquer le sujet jeudi prochain avec Jean-Marc Ayrault, puisque le Premier ministre et la ministre de la Santé doivent se retrouver ce jour-là, pour l’installation... du Haut Conseil à la Famille !

Paul Bretagne
Source : Legeneraliste.fr
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
consultation enfant

Les généralistes choisis neuf fois sur dix comme médecin traitant de l’enfant

Depuis le 1er janvier 2017, est entrée en vigueur la ROSP enfants qui sera versée au premier trimestre 2018 pour les médecins traitant d’enfant de moins de 16 ans. Le dispositif a vu le jour avec...2

Le Syndicat de la médecine générale vent debout contre la ROSP qui « formate » les médecins 

Dr Patrick Dubreil

« La ROSP est un gouffre financier », s'indigne le Dr Patrick Dubreil (photo), patron du Syndicat de la médecine générale (SMG). Pourtant ce... 5

La protection sociale des généralistes, priorité du Dr Yannick Schmitt, nouveau président de ReAGJIR

Yannick Schmitt

On le sait déjà depuis plusieurs semaines, le Dr Sophie Augros, présidente du Regroupement autonome des généralistes jeunes installés et... 3

Pédiatrie BÉBÉ SECOUÉ : PRÉVENIR ET REPÉRER Abonné

Bebe secoue

Plusieurs centaines de nourrissons seraient victimes du syndrome du bébé secoué chaque année en France. La Haute autorité de santé et la... Commenter

Prévention UN DÉPISTAGE DE MASSE SIMPLE QUI SAUVE DES VIES Abonné

Anevrisme aorte abdominale

Une étude danoise démontre l'efficacité du dépistage combiné de l'anévrysme de l'aorte abdominale, de l'HTA et de l'AOMI sur la mortalité... Commenter

A découvrir