Génériques - Un bonus-malus pour les prescripteurs

GénériquesUn bonus-malus pour les prescripteurs

21.12.2012

L’ANSM puis l’IGAS ont récemment publié chacun un rapport sur les génériques afin de relancer ce marché, qui a tendance à s’essouffler depuis 2008. L’IGAS propose notamment d’instaurer un système de bonus malus afin de mieux rémunérer les bons prescripteurs de génériques… et de pénaliser financièrement les mauvais.

  • Un bonus-malus pour les prescripteurs - 1

    Un bonus-malus pour les prescripteurs

Un rapport de l’IGAS (inspection générale des affaires sociales) publié le 17 décembre propose de booster l’utilisation des génériques. « La politique de développement du médicament générique a permis de réaliser depuis 2002 des économies importantes, de près de 10 millions d’euros, pour le seul régime général », indique ce document, mais depuis 2008 « le marché du générique s’essouffle progressivement et connaît un premier recul en 2011, avec une baisse de 3% en volume ».

Plus loin que le P4P

L’IGAS propose donc de mettre en place des « leviers pour redynamiser la politique du médicament générique ». Notamment pour les médecins, l’IGAS va bien plus loin que le P4P en proposant d’une part d’augmenter la rémunération complémentaire des bons prescripteurs prévue dans le cadre du paiement à la performance… Mais également d’attribuer un malus aux mauvais prescripteurs qui seraient alors pénalisés financièrement.

Autres idées de l’IGAS : rendre obligatoire l’utilisation de logiciels d’aide à la prescription de génériques, et faire en sorte que l’utilisation de la mention « non substituable » soit intégrée aux programmes de contrôle des médecins conseils de l’Assurance maladie. Un vaste champ de propositions qui devrait faire grincer bien des dents.

Les pharmaciens, de leur côté, pourraient s’engager à délivrer toujours le même générique à tous les patients atteints de maladie chronique, comme ils le font déjà pour les personne de plus de 75 ans.

Enfin, en ce qui concerne le médicament en lui-même, l’IGAS propose de diminuer le prix du générique d’encore 10% par rapport au prix du princeps. Une campagne d’information auprès du grand public et des professionnels de santé et portée par le ministère de la Santé devrait aussi être lancée.

Dans le même temps, l’ANSM (agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé) a publié un rapport très exhaustif expliquant « pourquoi les médicaments génériques sont des médicaments à part entière », l’idée étant de fournir au grand public et aux professionnels de santé l’information la plus objective possible.

Charlotte Demarti
Source : Legeneraliste.fr

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
ROSP

ROSP clinique : autant de généralistes gagnants que de perdants, assure la CNAM

Les médecins généralistes ont-ils tous subi une baisse importante de leur rémunération sur objectifs de santé publique (ROSP) pour 2017 ? Selon les chiffres communiqués début avril par l'Assurance...3

Travailler plus pour désengorger les urgences : les généralistes exaspérés par le rapport Mesnier

Salle d'attente

Quelques heures seulement après la remise du rapport Mesnier sur les soins non programmés, les premières réactions se font entendre. Le... 5

Homéopathie : pas de preuves scientifiques mais un effet placebo à ne pas négliger, juge l'Académie

Académie de médecine

Discrète jusqu’ici, l’Académie de Médecine s’est finalement exprimée sur l’homéopathie. Une première depuis la publication fin mars d’une... 1

Cardiologie connectée L'HTA "3.0" Abonné

Automesure

Si l'efficacité de l'automesure tensionnelle ne fait plus de doute pour le diagnostic d'HTA et son suivi, quels bénéfices apporte la... Commenter

ORL LA SINUSITE D'ORIGINE DENTAIRE Abonné

0

C'est l'analyse sémiologique fine d'une cacosmie nauséabonde d'une rhinorrhée unilatérale sans fièvre qui fait évoquer la rupture d'un... 1

A découvrir