Santé publique - Pourquoi Marisol Touraine fait volte-face sur l’accès des homosexuels au don de sang

Santé publiquePourquoi Marisol Touraine fait volte-face sur l’accès des homosexuels au don de sang

17.12.2012

Après avoir proposé en juin dernier d’ouvrir l’accès du don de sang aux populations homosexuelles masculines, Marisol Touraine tourne casaque et déclare un moratoire. Une sage décision lorsqu’on sait que le risque de transmission du VIH par voie transfusionnelle est multiplié par quatre si on ouvre la porte aux donneurs gays.

  • Pourquoi Marisol Touraine fait volte-face sur l’accès des homosexuels au don de sang - 1

    Pourquoi Marisol Touraine fait volte-face sur l’accès des homosexuels au don de sang

La raison scientifique aura été plus forte que les promesses électorales. Revenant sur l’engagement de campagne de François Hollande, et sur ses propres affirmations, Marisol Touraine a annoncé vendredi dernier sur BFM-TV qu'elle ne lèverait pas pour le moment l'interdiction faite aux homosexuels masculins de donner leur sang. « Je me suis déjà exprimée sur le sujet en disant que je ne trouvais pas normal qu'il y ait de discrimination. Pour autant, je ne peux lever l'interdiction qui existe que si on me donne une garantie absolue que cela n'apportera pas davantage de risques pour ceux qui seront transfusés. Aujourd'hui, je ne suis pas en mesure de lever cette interdiction », a-t-elle expliqué.

Ces propos contrastent évidemment avec les promesses qu’elle avait faite, il y a cinq mois, à l’occasion de la journée internationale du don de sang : « On peut et on doit revoir cette politique » avait-elle indiqué à l’époque, espérant « être en mesure de faire évoluer la situation » dans les mois à venir.

Un risque de transmission du VIH multiplié par 4

Las, cinq mois plus tard, la ministre fait volte face et se montre beaucoup plus prudente. L’étude parue entre temps dans le BEH du 23 Octobre n’y est sûrement pas étrangère. Selon ce travail, ouvrir la porte du don de sang aux homosexuels masculins ne serait pas anodin pour la sécurité transfusionnelle, puisque cela pourrait multiplier par 4 le risque de transmission du VIH par transfusion.

Les auteurs ont évalué l’impact d’un scénario où les homosexuels pourraient donner leur sang à condition de n’avoir eu qu’un seul partenaire au cours des 12 mois. Selon leur calcul, cette stratégie - proche de celle appliquée aux hétérosexuels - se traduirait par un risque de transmission du VIH allant jusqu’à 1/700 000, soit quatre fois plus que le risque actuel. En d’autres termes, l’orientation sexuelle pourrait être un élément de risque, indépendamment de la multiplicité des relations et des partenaires sexuels.

« Notre analyse ne tient toutefois pas compte de l’amélioration possible de l’adhésion des homosexuels à une mesure moins stricte qui serait perçue comme plus équitable, tempèrent les auteurs du BEH. À l’inverse, l’assouplissement de cette mesure pourrait encourager certains homosexuels à se faire dépister à l’occasion d’un don de sang ».

Reste que les faits sont têtus. Actuellement, près de la moitié du risque de transmission du VIH par transfusion en France est attribuable aux donneurs de sang homosexuels. Et selon les résultats de l’étude publié à l’automne, puis le dernier état de l’épidémie publié dans le BEH le 1er décembre, la prévalence demeure toujours plus forte et de beaucoup chez les hommes homosexuels. Dans ces conditions, on n’imaginait guère, à peine vingt ans après le scandale du sang contaminé, un ministre de la Santé libéraliser les conditions du don de sang.

Bénédicte Gatin
Source : Legeneraliste.fr

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
.

Le Pr Grimaldi propose d'autoriser les étudiants recalés et « motivés » à s'installer cinq ans dans un désert

Au lendemain des annonces de suppression du numerus clausus et des épreuves classantes nationales informatisées (ECNi), le Pr André Grimaldi, professeur émérite en diabétologie au CHU de la Pitié,...8

Une interne bordelaise lance une websérie sur YouTube pour sensibiliser les étudiants au suicide

.

Pour sensibiliser les étudiants au sujet du suicide, Marine Quéroué, interne en santé publique à Bordeaux, a lancé le 10 septembre une... Commenter

Les généralistes toujours frileux sur la vaccination en pharmacie

vaccination

L’expérimentation pour la vaccination antigrippale en pharmacie va rentrer dans sa deuxième année. Les Hauts-de-France et l’Occitanie vont... 2

Pédagogie STRATÉGIES COGNITIVES ET ERREURS DIAGNOSTIQUES Abonné

Ampoule cassee

Comment les médecins font-ils pour poser des diagnostics et pourquoi se trompent-ils parfois ? Face à un patient, les praticiens génèrent... Commenter

Toxicologie  L’INTOXICATION AU PARACÉTAMOL Abonné

Paracetamol

Hautement hépatotoxique aux doses suprathérapeutiques, le paracétamol est à l’origine de l’une des intoxications les plus fréquentes.... Commenter

A découvrir