Convention - AG sous haute tension dans vos syndicats

ConventionAG sous haute tension dans vos syndicats

27.11.2012

MG France, le SML et la FMF réunissent leurs AG le week-end prochain. Si l’ambiance devrait être consensuelle à MG France, le climat promet d’être plus agité dans les deux syndicats polycatégoriels. Au SML, la bataille pour la succession est ouverte entre Roger Rua et Frédéric Prudhomme. À la FMF, le débat devrait être animé entre pro et anti avenant n° 8.

  • AG sous haute tension dans vos syndicats - 1

    AG sous haute tension dans vos syndicats

Hasard du calendrier, trois des principaux syndicats de médecins libéraux seront en Assemblée générale le week-end prochain. Au sein de la « bande des quatre », la CSMF est en effet la seule à ne pas réunir ses troupes, si l’on excepte les généralistes de l’UNOF qui se retrouvent pour un comité directeur plus restreint. Dans les trois autres organisations on prévoit des AG d’intensité variable selon les syndicats. Mine de rien, on attend tout de même de ces rendez-vous un changement de leader et des débats animés autour de l’accord conventionnel d’octobre sur les dépassements d’honoraires.

Ambiance consensuelle à MG France

Pour Claude Leicher, celle de MG France, qui se tiendra dans le nord-est parisien, devrait a priori être une promenade de santé. Trois ans après avoir pris la tête du syndicat de généralistes, le généraliste d’Etoile-sur-Rhône dans la Drôme vient en effet de réussir une jolie négociation. Sauf surprise, il devrait donc voir son action, comme l’an passé, approuvée à une large majorité. Et obtenir dans la foulée un nouveau mandat d’un an de président, puisqu’à MG France le leader doit être reconduit chaque année. Quoique critiqué par son prédécesseur Martial Olivier-Koehret, Claude Leicher revient en effet auréolé de la négociation marathon de la mi-octobre : non seulement, il a réussi à y intégrer l’idée d’une extension du forfait médecin traitant pour tous les plus de 16 ans, mais en plus il est parvenu en quelques heures, à l’aube du 23 octobre, à convaincre le gouvernement d’en accélérer d’un an le calendrier, puisque les 5 euros supplémentaires par an et par patient seront versés dès l’été prochain. « On aurait souhaité une partie régulation des dépassements plus musclée et une partie forfaits plus importante. Mais tout le monde comprend que l’on n’est pas tout seul, » commente sobrement le président de MG France qui la joue modeste. Pour lui, cette AG devrait aussi être l’occasion d’aborder avec ses troupes l’épineuse question des réseaux de soins mutualistes.

Bataille pour la présidence au SML

Sur la rive gauche de la Seine au même moment une autre AG devrait être animée au SML. Elle marque les adieux de Christian Jeambrun qui lâche les rênes du Syndicat des Médecins Libéraux (SML) après quatre ans de présidence. Deux candidats franciliens sont en lice pour succéder au médecin de réadaptation de Bayonne. Un généraliste de Rueil Malmaison, Roger Rua, secrétaire général du SML, depuis longtemps en première ligne au sein de la machine SML, et un gastroentérologue du Chesnay, Frédéric Prudhomme, vice-président du syndicat et par ailleurs secrétaire général de l’URPS Ile-de-France et président du conseil de l’Ordre des Yvelines. On dit le second proche du président sortant, alors que le premier penche pour une nouvelle gouvernance du syndicat. Mais Christian Jeambrun n’a pas pris position pour l’un ou pour l’autre (« ce n’est pas mon rôle », dit-il), se réjouissant simplement qu’il y ait deux candidats. Entre les deux, le débat n’a pas tourné autour de la ratification de l’accord conventionnel, puisque le SML ne semble pas nourrir trop de débats sur sa signature de l’avenant n° 8. Encore que Roger Rua ne cache pas que s’il est élu il organisera une AG extraordinaire, non pas pour remettre en cause la signature du SML, mais pour en débattre, car il y a sans doute eu « un déficit d’explication », selon lui.

Vifs débats entre généralistes et spécialistes à la FMF

Enfin, la FMF réunit elle aussi ses instances à Lyon les 1er et 2 décembre. A priori pas pour changer de président, encore qu’à la FMF une surprise ne soit jamais à exclure… L’enjeu principal tourne autour de l’avenant n° 8 de la convention. Le signer ou pas ? La FMF a différé jusque-là sa réponse. Petit rappel des faits : son président, Jean-Paul Hamon a signé le protocole d’accord du 23 octobre au petit matin, mais a refusé de parapher trois jours plus tard l’avenant n° 8. Depuis lors, il soutient les opposants à l’accord. On l’a vu dans la rue à leurs côtés. Son complice Claude Bronner n’est pas de cet avis. Le chef de file d’Union Généraliste ne cache pas qu’à l’AG de Lyon il plaidera pour une signature de l’avenant n° 8, estimant que ce train de revalorisations est tout de même bon à prendre pour les généralistes.

Ambiance garantie… D’autant qu’à l’inverse, si l’on en croit Jean-Paul Hamon, certains membres du turbulent groupe des « médecins pigeons » auraient adhéré à la FMF ces dernières semaines, dont son chef de file, le généraliste Jérôme Marty. Entre pro signature (sans doute mieux représentés chez les généralistes) et anti avenant n° 8 (une grande majorité des spécialistes), le débat promet d’être vif. Même si - autre hasard du calendrier - l’AG de la FMF coïncide avec la manifestation parisienne des opposants à l’accord…

Pour autant, Jean-Paul Hamon est prêt à parier que la non-signature l’emportera le week-end prochain : déjà, la FMF Ile-de-France aurait dit "non" à 75 % et la FMF Bouches-du-Rhône se serait prononcée dans le même sens à l’unanimité… Sur le fond, le généraliste de Clamart avance trois griefs à l’encontre de l’avenant n° 8 : une Sécu omnipotente pour juger des dépassements, des spécialités cliniques oubliées en secteur 1 et des revalorisations insuffisantes pour les généralistes.

Paul Bretagne
Source : Legeneraliste.fr
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
.

Les centres de santé ne veulent pas tomber sous la coupe des cliniques privées

Pour les centres de santé, la rentrée n'amène pas de répit. Alors que les responsables du secteur ont bataillé au printemps dernier pour éviter que la création de nouvelles structures ne soient...4

Les femmes boudent la pilule... mais pas la contraception

Contraception

Même si en 2016, la pilule reste la méthode contraceptive la plus utilisée (36,5%), son utilisation a diminué, avec une baisse de 3,1... 1

Les changements au travail, mauvais pour la santé des salariés

.

Les changements au travail peuvent avoir un impact sur la santé mentale des salariés, selon une étude du ministère du Travail publiée... 1

Allergologie LE TRAITEMENT DE PREMIÈRE INTENTION DE L’ANAPHYLAXIE Abonné

.

Les dernières recommandations françaises et américaines sur l'anaphylaxie relèguent au second plan les anti-H1, les corticoïdes et les B2CA... 4

Diabète SE PIQUER LES DOIGTS : POUR QUOI FAIRE ? Abonné

.

Chez le diabétique de type 2, le ratio bénéfice/risque de l'autosurveillance glycémique est défavorable. Une nouvelle étude qui conforte... Commenter

A découvrir