Grève - Touraine lâche du lest aux internes, sauf sur le secteur 2

GrèveTouraine lâche du lest aux internes, sauf sur le secteur 2

13.11.2012

Au premier jour de leur grève, la ministre de la Santé a reçu lundi soir les représentants des internes qui manifestaient sous ses fenêtres. Occasion d’annoncer un groupe de concertation sur leurs conditions de travail, une mission de l’IGAS sur la rénovation de la négociation conventionnelle et un amendement sur les réseaux mutualistes. Sur les dépassements en revanche, l’avenue de Ségur reste droit dans ses bottes.

  • Touraine lâche du lest aux internes, sauf sur le secteur 2 - 1

    Touraine lâche du lest aux internes, sauf sur le secteur 2

Dans le conflit qui s’est ouvert cette semaine avec les internes et les médecins secteur 2, la ministre de la Santé joue peut-être les jeunes contre les vieux. En tout cas, c’est avec les internes qu’elle tente d’éteindre l’incendie avant qu’il ne s’étende. Ces derniers jours, elle a en effet fait des gestes en direction des internes grévistes. Marisol Touraine a d’abord multiplié les interventions aux micros des radios, protestant notamment de ses bonnes intentions concernant le maintien de la liberté d’installation. En moins de huit jours, elle aura aussi reçu deux fois les syndicats d’internes. La première, la semaine dernière, fut un demi-échec : les internes de l’Isnih se déclarant en effet «extrèmement déçus», même si leur syndicat concède avoir été plus ou moins rassuré sur la liberté d’installation. Hier, elle a renouvelé cet engagement, rappelant qu’elle annoncerait bientôt «un plan global fondé sur l’incitation, destiné à répondre aux enjeux majeurs posés par les déserts médicaux.»

Marisol Touraine a de nouveau tendu la main aux internes en les recevant lundi à l'occasion de leur grève et de leur manifestation devant son ministère. Elle a notamment fait des ouvertures sur trois des revendications spécifiques aux jeunes médecins, mais sans pour autant lâcher du lest sur un quatrième motif de protestation : l’encadrement des dépassements d’honoraires. Elle a d’abord promis la création «dès cette semaine» d'un groupe de travail sur le respect de leur temps de repos, un thème soulevé par les internes de spécialités, mais aussi par les jeunes médecins généralistes du SNJMG. Les uns et les autres s'insurgeant contre leurs conditions de travail et disant effectuer des semaines de 70 heures et parfois beaucoup plus, sans que soit respecté leur temps de repos de sécurité. Selon un communiqué du ministère, ce groupe de travail piloté par le ministère se réunira tous les quinze jours et «devra apporter, avant le 31 janvier, des propositions concernant le respect des règles de temps de travail». «Les établissements de santé ne respectant pas les obligations statutaires seront sanctionnés», ajoute le texte.

Rénover la politique conventionnelle

Deuxième revendication des jeunes : obtenir un réel droit de cité dans les négociations conventionnelles. L’avenue de Ségur se montre là encore ouvert et annonce son intention de «faire évoluer» le cadre des négociations conventionnelles «qui ne permet pas à toutes les parties prenantes (jeunes professionnels de santé, patients) de s'exprimer». Une mission de l'inspection des affaires sociales (Igas) est donc proposée par la ministre, avec une missions très large : «rénover la politique conventionnelle».

Enfin, dernier abcès de fixation : les réseaux de soins mutualistes qu’une proposition de loi socialiste entend prochainement autoriser. Les internes, mais également de nombreux médecins libéraux, craignent que ces réseaux ne permettent aux mutuelles de sélectionner les médecins et aient une influence restrictive sur la liberté de choix des médecins par leurs patients. Marisol Touraine ne s’avance guère sur ce terrain. Mais elle s'est engagée à ce que soit déposé, lors de la discussion du texte le 28 novembre, «un amendement garantissant pleinement la liberté de choix pour les patients».

Des internes «déçus»

Pour l’heure, cette stratégie ne semble pas avoir porté ses fruits. Les représentants des internes sont sortis «déçus» de leur rencontre au ministère, certains appelant même à «durcir le mouvement». Côté séniors, la grève se poursuivait mardi. Apparemment très suivie dans les cliniques, un peu moins dans les hôpitaux : «Jusqu'à mercredi, les choses vont se maintenir et nous attendons beaucoup de monde pour la manifestation» prévue ce jour-là dans la capitale, pronostiquait Philippe Cuq. Le co-président des chirurgiens du Bloc suggère aux pouvoirs publics une unique porte de sortie : «Il y a une solution politique imparable qui est de modifier l'accord. On en appellera au Premier ministre si Marisol Touraine est un peu faible.»

Paul Bretagne
Source : Legeneraliste.fr

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
.

Pour la HAS, aucune situation clinique n'est incompatible avec la téléconsultation ou la télé-expertise

Alors que l'avenant conventionnel sur la télémédecine est en passe d'être signé par les syndicats, inscrivant ainsi dans le droit commun la téléconsultation et la télé-expertise, la Haute autorité...2

Bobologie, téléconsultation, renouvellements... les pharmaciens prêts à aider les généralistes dans le premier recours

.

Les premières auditions de la commission d'enquête pour l'accès aux soins se tenaient ce jeudi rue de l'Université. Les représentants des... 10

Pour évaluer la perte de revenus liée à la nouvelle ROSP, les Généralistes-CSMF lancent un observatoire

.

Depuis plusieurs semaines, les généralistes ont fait savoir leur inquiétude d'une perte conséquente de leur Rémunération sur objectifs de... Commenter

Prévention LA PROMOTION DE LA PRÉVENTION EN SALLE D’ATTENTE EST INEFFICACE Abonné

Salle d'attente

La salle d’attente du généraliste est logiquement un lieu idéal – puisque contextualisé – d’affichage de messages sanitaires, notamment... Commenter

Nutrition LES RÉGIMES RESTRICTIFS Abonné

Régime restictif

De plus en plus de patients se lancent dans des régimes restrictifs sans en connaître les conséquences. Nous faisons le point sur plusieurs... 1

A découvrir