Grèves, manifs, PLFSS... - Semaine sous haute tension pour Marisol Touraine

Grèves, manifs, PLFSS...Semaine sous haute tension pour Marisol Touraine

11.11.2012

Des cabinets de spécialistes fermés, des cliniques embolisées, des internes en grève, deux manifs de médecins lundi et mercredi... La semaine qui s’ouvre s’annonce comme la pire qu’ait connue jusque-là Marisol Touraine comme ministre de la Santé. Pour ne rien arranger, "son " PLFSS risque d’être retoqué au Sénat sous la pression conjuguée des communistes et de la droite...

  • Semaine sous haute tension pour Marisol Touraine - 1

    Semaine sous haute tension pour Marisol Touraine

La semaine qui s’ouvre lundi 12 novembre risque d’être la plus compliquée à gérer pour la ministre de la Santé depuis sa nomination à ce poste. Elle va en effet devoir faire face à deux fronts : l’un au Sénat contre l’opposition de droite comme de gauche au gouvernement, l’autre dans la rue face à la grève des jeunes et des plus libéraux des médecins libéraux.

Interventions reportées dans les cliniques

Premier front : les spécialistes libéraux, qui ont décidé à partir de lundi d'exprimer leur colère contre l’'accord d'encadrement des dépassements d'honoraires, signé le 25 octobre, jugé par eux trop contraignant. Au-delà, les protestataires, nombreux parmi les chirurgiens, expriment, de plus en plus sur les réseaux sociaux, leur crainte de voir disparaître la médecine libérale, notamment via le mouvement de ces "médecins qui ne sont pas des pigeons".

La grève des chirurgiens libéraux, à l'initiative du Bloc, majoritaire chez les spécialistes de bloc opératoire, va concerner 70% des cliniques privées de France, soit environ 700 établissements selon la Fédération de l'hospitalisation privée (FHP). A priori en grève "illimitée", les chirurgiens ont aussi prévu de manifester mercredi. Les interventions prévues ont pour la plupart été repoussées dans les cliniques. Pour les urgences, certains patients pourraient être dirigés vers les hôpitaux publics. A l'Assistance Publique-Hôpitaux de Paris, on indique que "certains services ont prévu de déprogrammer des activités, notamment des interventions chirurgicales", mais que les urgence seront assurées au besoin par la réquisition de médecins.

Déçus, les internes maintiennent leur mouvement

Les hôpitaux seront aussi affectés par une grève des internes de spécialité déclenchée le même jour. A l'appel des internes de l’Isnih et des chefs de cliniques de l’Inscca, ces futurs spécialistes ont choisi d'organiser leur propre mouvement, indépendamment de leur aînés et sur leurs propres mots d'ordre. Attachés aux dépassements d'honoraires, les internes insistent aussi sur la détérioration de leurs conditions de travail. Ils seront peut-être rejoints sur ce point par les jeunes généralistes, s’ils répondent à l’appel du SNJMG. Ces jeunes médecins défileront dès lundi, de la gare Montparnasse au ministère de la Santé (7e).

Ultimes négociations ?

Entre les contestataires et le gouvernement, un compromis est-il possible ? Apparemment, pas avant le déclenchement des mouvements de grève. Le Bloc, à la pointe du mouvement des "séniors", a rejeté l'accord signé fin octobre par la CSMF, le SML et MG France. Mais il ne ferme pas la porte à des ouvertures du côté de l’avenue de Ségur. Marisol Touraine a répondu vendredi que sa porte était "toujours ouverte". Mais pour l’heure, elle semble avoir privilégié la négociation avec les internes. Elle les a reçus en fin de semaine, mais sans parvenir à faire renoncer les jeunes à la grève. Dans un communiqué publié vendredi, l’ISNIH se déclare en effet "extrèmement déçue", même si le syndicat concède avoir été plus ou moins rassuré sur la liberté d’installation. Dimanche, sur RTL, la ministre a réitéré ses assurances en direction des jeunes : "Je voudrais dire très fortement aux internes, à qui certains expliquent que leur liberté d'installation serait remise en cause, qu'il n'en est rien. Le gouvernement n'a jamais eu et n'a pas la moindre intention de remettre en cause ce principe important pour la médecine française qui est celui de la liberté d'installation des médecins à l'issue de leurs études", a affirmé la ministre.

Sénateurs communistes en embuscade sur le Budget de la sécu

En début de semaine, la rumeur des manifs devrait donc parvenir jusqu’au bureau de Marisol Touraine, avenue de Ségur. Mais celle-ci ne sera guère présente au ministère de la Santé cette semaine... A partir de lundi, elle passera en effet le plus clair de son temps au Sénat qui entame à son tour l'examen du budget de la Sécu. Un exercice qui là encore ne devrait pas être de tout repos... En dépit des propositions de la majorité socialiste à la haute Assemblée, qui propose de muscler le PLFSS, notamment via un "amendement Nutella" visant à augmenter de 300% la taxe sur l'huile de palme, ce budget 2013 devrait, sauf surprise, être rejeté. Une majorité de circonstance pourrait en effet voter contre, la droite bénéficiant du renfort d’un Front de gauche remonté comme jamais contre le gouvernement. Après avoir fait rejeter la proposition de loi PS sur l'énergie, puis le projet de loi de programmation budgétaire 2012-2017, ces sénateurs communistes s’apprêtent en effet à faire de même pour le projet de loi de Financement de la Sécurité sociale 2013 (PLFSS), comme l’ont fait d’ailleurs leurs collègues députés lors du passage du texte à l’Assemblée. Sauf qu’au Sénat, l’aryhtmétique est différente : sans leurs 20 voix, les socialistes n'y ont pas de majorité.

Une fois encore, Marisol Touraine a donc tenté de jouer les Madames bons offices. Elle a reçu les élus du Front de gauche mardi dernier avec son collègue du Budget, Jérôme Cahuzac, sans que la situation ne se débloque. Ils réclament notamment le retrait de l'article 16 du PLFSS qui crée une nouvelle taxe sur les retraites et ils jugent insuffisante l'évolution des dépenses consacrées à l'hôpital. Au-delà, "les franchises médicales, la taxe sur les mutuelles, pourtant unanimement condamnées par l'ensemble de la gauche l'année dernière, restent dans le projet de cette année", observent les communistes. Pour le gouvernement, le verdict devrait tomber dès mercredi soir avec le vote de la première partie du texte, les recettes (38 articles), qui devrait être retoquée. Le reste du texte "tomberait" alors de facto au Sénat.

Paul Bretagne
Source : Legeneraliste.fr
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
L'Ordre signe une convention avec la Carmf

Un nouveau Numéro vert sera mis en place en 2018 pour venir en aide aux médecins en souffrance

Afin d'apporter une aide aux médecins en souffrance, l'Ordre des médecins a signé ce mercredi après-midi une convention avec la CARMF et le Centre national de gestion (CNG). « Nous avons décidé de...Commenter

« On n'est pas là pour payer des montures Chanel à tout le monde » : Guy Carlier se paie Agnès Buzyn

Guy Carlier

La réponse d'Agnès Buzyn à une question sur le remboursement à 100 % des frais d'optique lors d'un entretien avec l'association des... 4

Les généralistes fument deux fois moins que les Français

Cigarette écrasée

Un bon point pour les généralistes ! Les omnipraticiens fument beaucoup moins que la moyenne des Français, nous apprend un rapport de Santé... 1

Infectiologie SPORT ET PATHOLOGIES INFECTIEUSES DE L'ENFANT Abonné

Sport

Les pédiatres infectiologues américains viennent de publier des recommandations sur la prise en charge et la prévention des pathologies... Commenter

Nutrition BOISSONS ÉNERGISANTES : PAS SANS RISQUES Abonné

boisson

Elles connaissent un franc succès auprès des jeunes, sportifs ou non. Cocktails de stimulants comme la caféine, la taurine, le... Commenter

A découvrir