Prévention - Top départ pour la vaccination antigrippale 2012-2013

PréventionTop départ pour la vaccination antigrippale 2012-2013

28.09.2012

Le vaccin antigrippal est disponible dans toutes les pharmacies dès aujourd’hui 28 septembre, l’objectif est de mieux sensibiliser les personnes à risques à l’intérêt de la vaccination

  • Top départ pour la vaccination antigrippale 2012-2013 - 1

    Top départ pour la vaccination antigrippale 2012-2013

Lors d’un point-presse au Ministère des Affaires sociales et de la Santé, Frédéric Van Roekeghem (directeur de la caisse nationale d’Assurance Maladie) a appelé à une mobilisation de tous les acteurs de santé pour améliorer la vaccination anti-grippale qui se déroule du 28 septembre 2012 au 31 janvier 2013.

L’hiver dernier, la baisse de la couverture vaccinale s’est confirmée avec un taux de 51,8 % alors qu’il était à plus de 60 % en 2009-2010. Il faut néanmoins noter que ce dernier chiffre correspond à l’année de la pandémie H1N1 avec un effet incitatif conjoncturel qui a été suivi d’une certaine méfiance vis-à-vis de la vaccination.

La réception du bon reste très appréciée par la population surtout chez les seniors. La fidélisation est au rendez-vous dans la mesure où les personnes âgées non primovaccinantes y adhèrent à 80 %. Le dispositif simplifié pour les non-primovaccinants de recourir directement à l’infirmière a, lui, progressé en 2011 en concernant 17 % de la population éligible. Mais, les personnes plus jeunes avec des facteurs de risque sont moins faciles à convaincre. En 2011-2012 (baromètre Kantar KHealth), seuls 43% des moins de 65 ans souffrant de broncho-pneumopathie chronique obstructive (BPCO) se sont fait vacciner contre la grippe (vs 68% la saison précédente) et la couverture est encore moins bonne pour les patients souffrant d’une Affection Longue Durée avec un taux de vaccination de 36% et de 21% pour les asthmatiques de moins de 65 ans.

Cette année, le vaccin contient trois souches : H3N2, H1N1 et B Wisconsin. Nouveauté en 2012-2013 : la prise en charge à 100 % du vaccin anti-grippal s’étend aux femmes enceintes et aux obèses dont l’IMC est supérieur à 40 kg/m2. En ce qui concerne la femme enceinte, Le Pr Daniel Floret (Lyon) a indiqué « des études solides montrent que vacciner la femme enceinte protège le nourrisson pendant les six premiers mois. D’autre part, durant la pandémie, la pharmacovigilance a été rassurante et on n’a pas eu d’effets secondaires néfastes chez la mère et l’enfant ». La pandémie H1N1 a été riche d’enseignement pour étendre la couverture vaccinale à l’obèse. « A même grippe saisonnière, les obèses sont plus à risque de complications » a ajouté le Pr Floret. Il a concédé que souvent ces patients à l’obésité morbide étaient déjà éligibles via leurs comorbidités.

Dispositif simplifié

Il est précisé que « pour les personnes visées par les recommandations mais qui ne peuvent pas être identifiées dans les bases de l’Assurance Maladie : femmes enceintes, personnes obèses ayant un IMC supérieur ou égal à 40 kg/m2, entourage familial des nourrissons de moins de six mois présentant des facteurs de risque graves, les médecins disposent d’un imprimé de prise en charge vierge qui leur permet de leur prescrire le vaccin ». Cet imprimé est disponible dans l’espace pro du site ameli.fr. Les professionnels de santé, notamment les généralistes, sont également invités à se faire vacciner gratuitement. Par rapport au risque accru de narcolepsie confirmé récemment avec le Pandemrix (H1N1), le Pr Dominique Maraninchi (directeur général, ANSM) a répondu que le vaccin antigrippal saisonnier n’avait pas d’adjuvant et ne pouvait pas être associé à ce type d’effet indésirable.

Dr Muriel Gevrey
Source : Legeneraliste.fr
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
.

Moins chers, mais source d'inégalités : un bilan mitigé des réseaux des soins

Les assureurs complémentaires rêvent toujours de pouvoir contracter avec les médecins. Une enquête menée par l'IGAS montre que plus des trois quarts des mutuelles, institution de prévoyance ou...Commenter

Bactéries résistantes : pas assez de traitements innovants en développement, selon l'OMS

.

Face à la menace croissante des bactéries résistantes la production de nouveaux antibiotiques n'est pas à la hauteur, selon l'OMS. Dans un... 2

Dépassements : la Cour des comptes casse le CAS

.

Leurs effets seraient "limités et très coûteux". Dans son rapport 2017 sur le financement de la Sécu, la Cour des comptes n'y va pas de... 1

Dermatologie LE PSEUDO-XANTHOME ELASTIQUE Abonné

pseudo-xanthome

Certaines pathologies héréditaires induisent une altération du tissu élastique. Compte tenu des conséquences au niveau de différents... Commenter

Médecine du sport LE CERTIFICAT DE NON CONTRE-INDICATION AU SPORT EN 2017 Abonné

certificat sportif

Jusqu’à présent, l’obtention d’une licence sportive était conditionnée par la rédaction d’un certificat médical annuel de non... Commenter

A découvrir