Bizone - Didier Poupardin sera fixé sur son sort dans un mois

BizoneDidier Poupardin sera fixé sur son sort dans un mois

26.09.2012

Le médecin généraliste de Vitry-sur-Seine aujourd’hui retraité a comparu mercredi devant le TASS de Créteil. Occasion de dénoncer le harcèlement dont il s’estime l’objet et de souligner l’ineptie du bizone tant pour les patients que pour les médecins. Verdict le 24 octobre.

  • Didier Poupardin sera fixé sur son sort dans un mois - 1

    Didier Poupardin sera fixé sur son sort dans un mois

La salle du tribunal de Créteil n’était pas assez grande pour accueillir tout le monde. Comme on pouvait s’y attendre, Didier Poupardin, 61 ans, n’était effectivement pas tout seul mercredi après-midi à 13h30 lorsqu’il s’est présenté devant le Tribunal des Affaires Sécurité Sociale (TASS) de Créteil (Val-de- Marne). Ses soutiens ont répondu nombreux à l’appel du praticien de Vitry-sur-Seine, désormais retraité du fait du «harcèlement», dont il s’estime victime. Une bonne centaine de personnes avaient donc fait le déplacement. Parmi eux, de nombreux patients, mais aussi quelques personnalités connues, telle Arlette Laguillier ou la Sénatrice communiste Laurence Cohen. Côté médecins, aucune délégation des syndicats représentatifs, hormis Jean-Paul Hamon, président de la FMF, qui est depuis le début fervent supporter du médecin généraliste à barbe blanche.

Avant d'assister stoïque à l'audience, Didier Poupardin a redit devant ses sympathisants, que son «combat contre l'arbitraire et la bureaucratie était juste, scientifique et éthique». «On ne soigne pas des dossiers médicaux. Le patient est un tout», a-t-il martelé.

A travers l’ordonnancier bizone dont il n’utilisait que la partie haute, le Dr Poupardin revendique «un combat pour une santé égalitaire et accessible». Une croisade que la CPAM de Créteil ne goûte guère. L’avocat de la caisse primaire a insisté sur le fait que l’affaire Poupardin n’était pas une affaire politique. S'appuyant notamment sur un rapport d'expertise remis en juillet et défavorable aux prescriptions du Dr Poupardin sur 38 cas litigieux, l'avocate de la CPAM du Val-de-Marne, Me Rachel Lefebvre a demandé au tribunal, «l'application stricte» de la législation

En face, la défense a développé l’argumentation inverse. Dénonçant une «cabale» contre le généraliste, Me Carole Yturbide, a fait au contraire valoir le souci «thérapeutique et éthique» qui a animé M. Poupardin qui refuse que le corps de ses patients soit «découpé» en zones relevant ou non des affections longue durée (ALD). La caisse estime non conformes des ordonnances délivrées à 51 patients entre avril 2007 et mars 2008 et évalue son préjudice à 2 612 euros. «Cela doit faire environ 50 euros par patients, c’est ridicule et lamentable de le poursuivre pour de tels montants,» commente Jean-Paul Hamon. La Sécu réclame en sus une pénalité de 4.000 euros au généraliste.

«Acharnement»

Mercredi, le docteur Poupardin avait commencé sa journée dans les studios de RTL (écouter l’interview).«C’est un acharnement, un harcèlement», a déclaré le médecin généraliste du Val-de-Marne, aujourd'hui à la retraite. Au micro de RTL, Didier Poupardin a poursuivi sa croisade contre l’ordonnancier bizone : «la répartition en zones pour les ALD ne va pas de soi et représente une pollution intellectuelle du travail des médecins». A l’antenne, il a demandé à Marisol Touraine d'intervenir auprès de la direction de la CPAM du Val-de-Marne pour qu'elle fasse cesser les poursuites. La semaine passée la sénatrice Cohen avait pour sa part écrit à la ministre.

Seront-ils entendus ? Tout est possible dans cette affaire Poupardin, qui n’en serait pas à son premier revirement. Il y a deux ans, il avait été convoqué une première fois au tribunal. Et ses juges avaient préféré renvoyer à des experts le soin de trancher sur son usage peu orthodoxe du bizone. Politiquement, l’affaire gène la gauche au pouvoir, plus que la droite. Et juridiquement, la Sécu conserve toujours la possibilité de se désister. A défaut de volt-face, le verdict attendra de toute façon le 24 octobre prochain...

Paul Bretagne
Source : Legeneraliste.fr
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
Buzyn

« Je ne demande pas aux médecins de travailler plus (...) mais il faut mieux organiser les soins sur les territoires», lance Buzyn

La ministre de la Santé a réaffirmé ce vendredi son intention de revoir l'organisation du système de santé pour prendre plus efficacement en charge la population. ...15

DPC : 30 000 généralistes se sont inscrits à une action indemnisée en 2017

DPC

Les généralistes ne sont pas beaucoup plus nombreux à se former mais ils se forment plus ! Tel est le bilan que l'on peut tirer en étudiant... Commenter

Antoine Durrleman, 6e chambre de la Cour des comptes « La médecine libérale doit être mieux présente sur le territoire »

Durrleman

Le président de la 6e chambre de la Cour des comptes assume les mesures coercitives du récent rapport qu’il a piloté sur l’avenir de... 8

Pédiatrie BÉBÉ SECOUÉ : PRÉVENIR ET REPÉRER Abonné

Bebe secoue

Plusieurs centaines de nourrissons seraient victimes du syndrome du bébé secoué chaque année en France. La Haute autorité de santé et la... Commenter

Prévention UN DÉPISTAGE DE MASSE SIMPLE QUI SAUVE DES VIES Abonné

Anevrisme aorte abdominale

Une étude danoise démontre l'efficacité du dépistage combiné de l'anévrysme de l'aorte abdominale, de l'HTA et de l'AOMI sur la mortalité... Commenter

A découvrir