Contraception - Les Françaises prennent moins la pilule

ContraceptionLes Françaises prennent moins la pilule

12.09.2012

La proportion d’utilisatrices de la pilule a baissé d’environ 5% depuis le début des années 2000. Les premiers résultats de l’enquête Fecond montrent que, dans le même temps, une proportion équivalente de femmes s’est tournée vers les nouvelles méthodes hormonales, type implant, patch ou anneau vaginal. L’usage du préservatif comme moyen de contraception progresse, le recours au stérilet diminue un peu.

  • Les Françaises prennent moins la pilule - 1

    Les Françaises prennent moins la pilule

C’est peut-être un des paradoxes de ce XXIème siècle débutant. Et très probablement un tournant. L’usage de la pilule a légèrement diminué depuis les années 2000, selon les premiers résultats de l'enquête Fecond Inserm-Ined publiés mercredi. Elle reste la méthode de contraception la plus utilisée en France, avec une femme de 15-49 ans sur deux l'utilisant en 2010. Mais, alors que depuis la légalisation de la contraception en 1967, son usage n'avait cessé d'augmenter, depuis le début des années 2000, la proportion d'utilisatrices a légèrement diminué (- 4,6 %), constate l'enquête Fecond sur les dernières tendances de la contraception.

Cette baisse est dans l'ensemble compensée par l'adoption des nouvelles méthodes hormonales (implant, patch contraceptif et anneau vaginal), utilisées par 4 % des femmes en 2010, mais pratiquement pas chez les 20-24 ans et notamment les moins diplômées. Le recours à la pilule a diminué de façon différente selon l'âge des femmes. Chez les jeunes de 18-19 ans, la baisse (- 4,4 %) s'accompagne d'un recours plus fréquent au préservatif et aux nouvelles méthodes hormonales. En revanche, chez les femmes de 20-24 ans, la baisse (- 10,4 %) n'est qu'en partie compensée par le recours aux nouvelles méthodes hormonales (+ 5,1 %). Et, chez celles de 25-29 ans (- 5,8 %), elle est plus que compensée par ce recours (+ 6,9 %).

Stérilet en baisse, préservatif en hausse

Pour les autres méthodes de contraception, pas de changement de tendances : le recours au stérilet continue à diminuer légèrement tandis que l'utilisation du préservatif comme contraceptif progresse encore. En dépit de toutes ces évolutions, l’étude évoque un «modèle contraceptif figé». Ainsi, par exemple, alors que la HAS a précisé en 2004 que le stérilet pouvait être utilisé à tous les âges, que la femme ait eu ou non des enfants, il n'est utilisé que par 1,3% des femmes de 15 à 49 ans sans enfant. Selon l'enquête, 54% des femmes interrogées en 2010 considèrent d'ailleurs que le stérilet n'est pas indiqué chez une femme sans enfant.

En baisse régulière depuis les années 1970, le retrait ou la méthode des températures sont stables depuis 2000 et concernent aujourd'hui 6,2 % des femmes. La stérilisation contraceptive, légalisée en 2001, reste l'apanage d'une minorité de femmes (3,9 %) et de leurs partenaires masculins (0,3 %). Environ 3% des femmes n'utilisent pas de contraception du tout alors qu'elles ne souhaitent pas être enceintes. Enfin, la contraception d'urgence resterait peu évoquée dans les consultations médicales.

Source : Legeneraliste.fr
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
Vincent Renard

[VIDEO] Congrès des généralistes enseignants « L'injonction d'obligation vaccinale fait le lit des mouvements antivaccins », selon le patron du CNGE

Congrès du CNGE jour 2. La grande plénière d'aujourd'hui est consacrée à un sujet qui agite l’opinion publique, le monde médical et le collège des généralistes enseignants : l’extension de l...Commenter

[Vidéo] Une greffe de peau sur 95% du corps entre vrais jumeaux

Pr Maurice Mimoun

Ce n’est pas la première fois que l’on effectue une greffe de peau entre jumeaux homozygotes, mais jamais, une telle opération n’avait été... Commenter

Les déserts médicaux disparaîtront d'ici « 7 à 8 ans » sans conventionnement sélectif, prédit le Dr Philippe Vermesch (SML)

Philippe Vermesch

Invité à débattre de la désertification médicale mercredi sur Public Sénat, le Dr Philippe Vermesch, président du Syndicat des médecins... 1

Infectiologie SPORT ET PATHOLOGIES INFECTIEUSES DE L'ENFANT Abonné

Sport

Les pédiatres infectiologues américains viennent de publier des recommandations sur la prise en charge et la prévention des pathologies... Commenter

Nutrition BOISSONS ÉNERGISANTES : PAS SANS RISQUES Abonné

boisson

Elles connaissent un franc succès auprès des jeunes, sportifs ou non. Cocktails de stimulants comme la caféine, la taurine, le... Commenter

A découvrir