Réforme - Un «pacte de confiance pour l’hôpital»

RéformeUn «pacte de confiance pour l’hôpital»

07.09.2012

La ministre de la Santé a détaillé vendredi ses pistes de réforme pour redonner «confiance» à l’hôpital public. Une mission gouvernementale, présidée par Edouard Couty, auditionnera tous les acteurs du secteur hospitalier, avant de rendre sa copie pour la fin de l’année.

  • Un «pacte de confiance pour l’hôpital» - 1

    Un «pacte de confiance pour l’hôpital»

La ministre de la Santé a présenté vendredi, lors de la présentation de son «Pacte de confiance pour l’hôpital», les grandes orientations de sa politique hospitalière. «Je conçois l'hôpital public comme l'épine dorsale de notre système de santé», a-t-elle déclaré. Présidée par Edouard Couty, ancien directeur des hôpitaux et conseiller maître honoraire à la Cour des comptes, la mission est chargée d’articuler ses réflexions autour de trois thèmes: le décloisonnement entre l’hôpital et la médecine de ville, le dialogue social avec le personnel hospitalier et le fonctionnement de l'hôpital. Après une concertation de tous les acteurs du monde hospitalier, la mission rendra ses conclusions à la fin de l’année. Les premières réalisations, issues de ces propositions, interviendront dès 2013, a souligné la ministre. Elle a par ailleurs expliqué que «les dispositions législatives nécessaires s'intègreront dans une grande loi d'accès aux soins qui sera soumise au Parlement».

La «stratégie nationale de santé» bientôt dévoilée

A ceux qui redouteraient une politique hospitalo-centrée, Marisol Touraine a répondu : «Je ne vois pas en quoi un système de santé serait plus fort si l’hôpital est plus faible». «Il faut établir des passerelles et redonner toute la place à la medecine de ville dans notre système de soins», a-t-elle défendu. Au cours de sa présentation, Marisol Touraine a réaffirmé sa volonté de mettre un terme à la convergence tarifaire et de modifier la T2A (tarification à l’activité) dès la construction du PLFSS 2013. Sur les déserts médicaux, la ministre a expliqué que la réponse à ce problème passait par la mise en place de «nouvelles maisons de santé et la réorganisation des études de médecine». Elle a tenu à préciser qu’elle ne croyait pas dans ce domaine à la coercition mais plutôt au développement des stages en cabinet dans la formation des médecins. Le calendrier et le contenu de la «stratégie nationale de santé», annoncée par le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, sera dévoilée d’ici «quelques semaines», a assuré Marisol Touraine.

Caroline Laires-Tavares
Source : Legeneraliste.fr
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
.

Les centres de santé ne veulent pas tomber sous la coupe des cliniques privées

Pour les centres de santé, la rentrée n'amène pas de répit. Alors que les responsables du secteur ont bataillé au printemps dernier pour éviter que la création de nouvelles structures ne soient...4

Les femmes boudent la pilule... mais pas la contraception

Contraception

Même si en 2016, la pilule reste la méthode contraceptive la plus utilisée (36,5%), son utilisation a diminué, avec une baisse de 3,1... Commenter

Les changements au travail, mauvais pour la santé des salariés

.

Les changements au travail peuvent avoir un impact sur la santé mentale des salariés, selon une étude du ministère du Travail publiée... 1

Allergologie LE TRAITEMENT DE PREMIÈRE INTENTION DE L’ANAPHYLAXIE Abonné

.

Les dernières recommandations françaises et américaines sur l'anaphylaxie relèguent au second plan les anti-H1, les corticoïdes et les B2CA... 4

Diabète SE PIQUER LES DOIGTS : POUR QUOI FAIRE ? Abonné

.

Chez le diabétique de type 2, le ratio bénéfice/risque de l'autosurveillance glycémique est défavorable. Une nouvelle étude qui conforte... Commenter

A découvrir