Vos bénéfices en 2011 - Revenus des généralistes, ça décolle enfin !

Vos bénéfices en 2011Revenus des généralistes, ça décolle enfin !

03.09.2012

Le C à 23 euros a dopé vos bénéfices 2011 ! Selon les premiers chiffres issus des AGA,vos revenus ont progressé de près de 7 % l’an passé, alors que ce fut une année sans pour les autres spécialistes. Pour la première fois, la profession semble avoir rattrapé le niveau des disciplines cliniques.

  • Revenus des généralistes, ça décolle enfin ! - 1

    Revenus des généralistes, ça décolle enfin !

Ce n’est pas une année exceptionnelle, mais c’est quand même un bon cru pour la profession. 2011 s’est en effet soldée par une hausse de 6,7 % des revenus des médecins généralistes. Le chiffre vient de tomber cette semaine. Il provient des statistiques de l’UNASA (Union nationale des associations agréées), principale fédération d’AGA qui compte 18 134 généralistes parmi ses adhérents. 2011 vient à point, puisqu’il fait suite à deux années plus que moroses, question trésorerie. Après -0,6 % en 2009, -0,8 % en 2010, il était temps que la courbe de vos bénéfices reprenne des couleurs. C’est donc chose faite, même s’il faut relativiser le résultat de l’an passé par la reprise non négligeable de l’inflation cette année-là : + 2,1 % de hausse des prix, soit deux fois plus qu’en 2010.

Honoraires en progression et reprise de l’activité

L’embellie de 2011 n’est d’ailleurs pas vraiment une surprise. C’est pour l’essentiel le fruit du passage du C à 23 euros dès le premier jour de l’année. Mécaniquement, un euro de plus sur le C, c’est 250 millions d’euros en année pleine pour la Sécu et 5 000 euros de plus dans le compte de résultat du praticien. Dès la fin du mois de janvier dernier, la CNAMTS avait d’ailleurs annoncé une progression de 5,3 % du poste médecine générale l’année précédente.

Il faut ajouter à cet effet prix une hausse modérée de l’activité, au moins en début d’année. Quoique d’importance moyenne, l’épidémie de grippe des premiers mois de 2011 a, en effet, été un peu plus forte que celle de 2010 : à cette occasion 2,2 millions de personnes ont poussé la porte de vos cabinets contre 1,1 seulement lors de l’épidémie 2010. En résumé, les généralistes auront donc bénéficié d’une conjoncture plutôt favorable, mais surtout d’une revalorisation d’un euro sur leur acte de base. Et qui a joué pendant les 365 jours de l’année, ce qui ne fut pas toujours le cas lors des précédentes hausses de C.

Légère baisse de vos charges

En outre, après avoir déjà baissé en 2010, les charges du praticien ont encore évolué plutôt favorablement pour la deuxième année consécutive. L’explication tient au traditionnel effet de ciseau constaté dans la comptabilité des libéraux, qui veut qu’après deux années de vaches plus maigres (en 2009 et 2010), les charges en soient quelque peu allégées l’exercice suivant. Résultat : les bénéfices des généralistes (+ 6,7 %) augmentent plus rapidement que leurs recettes (+ 4, 6 %) cette année-là. Dans le bilan du généraliste, les charges sociales personnelles prennent un peu moins de place et le poste Impôts et taxes aussi.

Pour attendue qu’il soit, 2011 peut donc néanmoins être analysée comme la confirmation d’une dynamique de rattrapage pour les médecins de famille. Une fois n’est pas coutume, l’an passé a même davantage souri aux généralistes qu’aux praticiens des autres spécialités. Hormis l’ORL et la dermato (+6 %), la plupart des autres spécialités font une année moyenne, voire pour les psychiatres (en croissance zéro) ou les radiologues (dont les revenus sont à la baisse) franchement pas bonne. Et pour cause, les revalorisations prévues dans la convention de 2011 pour les autres spécialités (et notamment pour les pédiatres, psychiatres, endocrinologues et gynécologues) ne sont entrées en application qu’au printemps 2012 !

Un tournant ?

Cela explique que les généralistes, seuls revalorisés de 2011, fassent la course en tête. Résultat : pour la première fois, leurs recettes frôlent la barre des 145 000 euros et leurs revenus ne seraient pas si loin de la barre symbolique des 80 000 euros annuels. L’UNASA chiffre à 78 869 euros, le revenu d’un généraliste : c’est une moyenne évidemment, puisque le quart le moins fortuné de la profession tourne autour de 33 000 euros quand les 25 % les plus à l’aise croisent dans les 122 000.

Néanmoins, petit à petit, la médecine générale semble combler son retard sur les autres médecins libéraux. On savait depuis quelques années déjà qu’elle était passée au-dessus de la psychiatrie, de la pédiatrie. Elle creuse l’écart avec ces deux disciplines (respectivement à 65 et 69 KE seulement). Et elle est désormais très proche de la dermatologie (autour de 77 KE) et de la rhumatologie (81 KE) et plus si loin de la pneumologie (90 KE). Malgré une plus forte progression en 2011, l’écart demeure en revanche conséquent avec l’ORL libérale (98 KE), la gastro-entérologie (108) ou la cardiologie de ville (117), l’ophtalmologie (135) et bien sûr l’anesthésie-réanimation (190) et la radiologie (149). Pour autant, 2011 marque peut-être un tournant : même si le gap reste impressionnant avec les confrères des disciplines techniques, pour la première fois, la médecine générale fait en effet jeu égal avec les autres spécialités cliniques, dont beaucoup font du surplace.

Après le pic de 2011, 2012 sera-t-elle aussi faste pour les généralistes ? A priori, tout indique le contraire. Les primes du P4P ne tomberont pas avant 2013. Et ce ne sont pas les quelques innovations de nomenclature (sur le frottis ou le V Alzheimer) qui pourraient changer la donne. Quant à l’activité, elle marque le pas : la CNAMTS a annoncé la semaine dernière que sur les sept premiers mois de l’année, le poste médecine générale était en baisse de 1,1 % par rapport à 2 011…

Voir aussi l’analyse du président de l’UNASA, Béchir Chebbah

Paul Bretagne
Source : Legeneraliste.fr

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
.

Les médecins s'inquiètent que les pharmaciens soient autorisés à prescrire des médicaments

Les pharmaciens d'officine seront-ils bientôt habilités à délivrer certains médicaments à la place du généraliste ? L'examen du Projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS) se...13

Non la médecine libérale n'est pas morte : la Carmf réplique à Jean-Paul Delevoye

.

La Caisse autonome de retraite des médecins français (Carmf) n'a pas apprécié d'entendre Jean Paul Delevoye, Haut-Commissaire à la réforme... 2

La nomination au Conseil d'Etat du Pr Yves Lévy, époux d'Agnès Buzyn, fait polémique

.

Le Pr Yves Lévy, époux de la ministre de la Santé Agnès Buzyn, vient de quitter officiellement la présidence de l'Inserm. Le 12 octobre, il... 1

Pédiatrie L'ENFANT ET LES ÉCRANS Abonné

Enfant ecran

Les médecins ont un rôle important de conseil auprès des parents quant à l'utilisation et à la vigilance face aux éventuels effets négatifs... Commenter

Thérapeutique PRESCRIRE OU NON DES STATINES CHEZ LE SUJET ÂGÉ Abonné

personne age

Ce travail espagnol publié dans le BMJ soulève un problème quotidien de l’initiation d’une statine chez un sujet âgé en prévention... Commenter

A découvrir