Antibiotiques - Le Nord fait de la résistance

AntibiotiquesLe Nord fait de la résistance

14.08.2012

Même si globalement la consommation d’antibiotiques en France a significativement reculé au cours de ces dernières années, les régions du Nord de la France gardent un volume de prescription élevé.

« La répartition de la consommation d’antibiotiques en ville fait apparaître d’importantes disparités régionales ». Dans un récent rapport*, l’Afssaps souligne l’hétérogénéité géographique des prescriptions d’antibiotiques, « les régions du nord de la France étant celles où la consommation est la plus élevée ». Selon les données colligées par l’agence, la consommation d’antibiotiques en ville, est en effet plus importante depuis plusieurs années dans le Nord-Pas de Calais, la Picardie, la Champagne et l’Aquitaine et beaucoup plus faible dans les pays de la Loire et la région Rhône -Alpes.

Ces différences de consommation vont de pair avec des disparités dans l’incidence des bactéries résistantes. Concernant les Staphylococcus résistant à la méticilline, les régions Picardie, Nord-Pas de Calais et Limousin ont les incidences les plus élevées à l’inverse des Pays de la Loire qui affichent les incidence les plus basses. Pour le pneumocoque, la proportion de souches de sensibilité diminuée à la pénicilline a nettement baissé dans toutes les régions entre 2001 et 2008, mais dans des proportions différentes allant de -4% dans la région Centre-Est à -25% dans la région Ouest.

« De nombreux éléments (état de santé, espérance de vie, offre de soins, démographie, facteurs socio-économiques et culturels, impact des actions de bon usage engagées, etc.) doivent être pris en compte pour interpréter correctement ces différences régionales, estime l’Afssaps, Et l’on ne peut opposer les régions dont le niveau de prescription est élevé à celles dont le niveau de prescription est plus modéré, sans prendre en compte la prévalence des maladies infectieuses et les inégalités régionales en matière de santé.»

Pour autant, « l’analyse des pratiques (recours, doses et durées de traitement ...) et de leurs déterminants dans les régions les moins consommatrices pourrait être une aide à l’élaboration de campagnes ciblées dans les régions à forte consommation », estime le Haut Comité de Santé Publique qui prône une déclinaison régionale de la lutte contre les résistances aux antibiotiques. Un message repris par la DGS pour le nouveau Plan national d’alerte sur les antibiotiques 2011-2016 qui prévoit une mise en œuvre territorialisée, sous la responsabilité des ARS.

Antibioclic : Paris VII facilite les prescriptions d’antibiotiques en soins primaires

Plus de 900 utilisateurs par jour… Six mois à peine après son lancement, Antibioclic, l’outil d’aide à la prescription d’antibiotique en soins primaire proposé par l’Université Paris VII, connaît déjà un franc succès, avec de nombreux adeptes sur l’ensemble du territoire. L’histoire commence pourtant de façon très confidentielle, dans le service de maladie infectieuse de l’hôpital Bichat. Pauline Jeanmougin alors interne en médecine générale s’enthousiasme pour les fiches d’aides aux prescriptions d’antibiotiques mises à la disposition des internes et décide d’adapter le principe à la pratique de la médecine générale. Avec l’aide du Pr Jean-Pierre Aubert et d’un comité d’experts de l’université Paris Diderot, elle se lance dans l’aventure et, deux ans après, Antibioclic voit le jour.

L’outil proposé est accessible gratuitement à tous les professionnels de santé sur le site www.antibioclic.com . Il permet d’obtenir en quelques clics, face à une pathologie infectieuse donnée, une proposition de prescription pratique, conforme aux dernières recommandations, et adapté au profil du patient. « Contrairement à ce qui existait déjà, Antibioclic est un outil interactif : pour chaque pathologie, le terrain (adulte, enfant , insuffisance rénale, grossesse, allaitement) peut être précisé et pris en compte », souligne le Dr Jeanmougin. Une formule qui semble répondre aux attentes des praticiens toujours plus nombreux à plébisciter Antibioclic. Avec notamment, «beaucoup de généralistes, quelques étudiants, des remplaçants et même des hospitaliers », indique le Dr Jeanmougin. Parmi les pathologies les plus consultées, les cystites tiennent le haut du pavé devant les pathologies ORL. Reste à évaluer dans quelle mesure Antibioclic permettra d’améliorer les prescriptions. Un chantier auquel le comité d’experts compte s’atteler très prochainement.

*Afssaps. Dix ans d’évolution des consommations d’antibiotiques en France. Juin 2011.
Source : Legeneraliste.fr

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
.

Les portraits de l'été Aviscène, la médecine à la vie comme à la scène

« Aviscène » est un interne boute-en-train. Étudiant en médecine à la vie, Youtubeur et comédien à la scène, Aviscène (il souhaite rester anonyme) est un hyperactif et cela s'entend dans son...Commenter

Les dossiers qui ont marqué l'année Un dépistage organisé… mais à deux vitesses

Photo lead

Lancé mi-mai, le programme de dépistage organisé du cancer du col de l’utérus cible surtout les femmes qui échappent au dépistage.... 1

Zoom en vidéo [Vidéo] Selon la revue Science, des gènes s'activent après la mort

Gènes

Chez des souris et des poissons zèbres, des chercheurs ont étudié l'activité de plus de 1000 gènes qui sont actifs dans les 4 jours après... 1

Médecine des voyages SANTÉ DES VOYAGEURS 2018 Abonné

Voyage

Encéphalite japonaise, fièvre jaune, paludisme et mise à jour des vaccins courants sont au cœur de l'actualisation des recommandations aux... Commenter

Infectiologie MALADIE DE LYME : LES MANIFESTATIONS PRÉCOCES Abonné

Lyme

Dans le cadre du Plan national de lutte contre la maladie de Lyme de 2016, la HAS vient d’élaborer un protocole de diagnostic et de soins.... Commenter

A découvrir