Immunisation - Les vaccins « classiques » avant tout

ImmunisationLes vaccins « classiques » avant tout

09.08.2012

Si certaines destinations imposent un programme de vaccination particulier avant le départ, « la mise à jour des vaccinations recommandées en France dans le calendrier vaccinal, que ce soit pour les adultes ou les enfants, est la première étape de ce programme », soulignent les recommandations sanitaires 2012 pour les voyageurs. Cette mise à jour « est particulièrement importante pour la vaccination contre la diphtérie, le tétanos, la poliomyélite et la coqueluche ».

Concernant la rougeole, la vaccination est préconisée dans le calendrier vaccinal à l’âge de 12 mois. Cependant, « pour les nourrissons qui doivent voyager dans un pays de circulation virale intense, elle peut être pratiquée dès l’âge de 6 mois, avec une dose de vaccin rougeoleux monovalent entre les âges de

6 et 9 mois », indiquent les recommandations. Cette vaccination doit permettre de protéger les futurs voyageurs mais aussi d’éviter d’exporter nos propres cas de rougeole « La focalisation sur les dangers venus d’ailleurs ne doit pas nous faire oublier que nous-mêmes pouvons constituer un danger pour autrui. Pendant les épidémies de rougeole en France, des voyageurs français ont exporté de la rougeole dans les pays visités?», souligne le Pr Eric Caumes.

En ce qui concerne les vaccinations spécifiques à certaines destinations, « nous sommes encore mal à l’aise avec la balance bénéfice/risque de certains vaccins, reconnaît le Pr Eric Caumes, que ce soit celui contre la fièvre jaune mais aussi contre l’encéphalite japonaise ou la rage. Quel est le risque exact pour le voyageur ? Quel est le bénéfice du vaccin dans les conditions du voyage ? »

Le Bulletin Epidémiologique Hebdomadaire n° 20-21 détaille en particulier les contre-indications et précautions d’usage de la vaccination contre la fièvre jaune. Leur nombre important illustre la difficulté à trouver le bon équilibre entre le bénéfice attendu de la vaccination et ses dangers, entre autres chez les personnes immunodéprimées. Même extrêmement rares, ces complications restent une préoccupation quotidienne des médecins et les indications de la vaccination doivent être parfois bien pesées, au risque de déconseiller un voyage.

Source : Legeneraliste.fr

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
Dr Oustric

Et si la future 4 e année de DES préparait l'installation ? le projet d'un généraliste contre les déserts

La désertification médicale est-elle une fatalité ? Même si la situation démographique est loin d'être réjouissante, le Pr Stéphane Oustric, nouveau président du Conseil départemental de Haute...2

NASH : beaucoup de molécules en développement mais les hépatologues restent prudents

stétose hépatique

Très peu connue il y a à peine 10 ans, la NASH (ou stéato-hépatite non alcoolique) bénéficiera-t-elle bientôt de traitements médicamenteux... Commenter

Protection solaire : les Français mal informés et très négligeants

Expo solaire

Il y a encore du boulot ! En termes d'information, d'importants progrès doivent être menés pour que les Français aient un avis plus juste... Commenter

Médecine des voyages SANTÉ DES VOYAGEURS 2018 Abonné

Voyage

Encéphalite japonaise, fièvre jaune, paludisme : la mise à jour des vaccins courants est au cœur de l'actualisation des recommandations aux... Commenter

Infectiologie MALADIE DE LYME : LES MANIFESTATIONS PRÉCOCES Abonné

Lyme

Dans le cadre du Plan national de lutte contre la maladie de Lyme de 2016, la HAS vient d’élaborer un protocole de diagnostic et de soins.... Commenter

A découvrir