PLFSS 2013 - La Sécu propose 2,2 milliards d’économies

PLFSS 2013La Sécu propose 2,2 milliards d’économies

06.08.2012

Après l’annonce faite par le gouvernement d’un Ondam à 2,7% pour 2013, c’est au tour de l’Assurance maladie d’entrer dans l’arène, et de proposer ses pistes pour limiter le coût des dépenses de santé en 2013. Ces propositions que Frédéric Van Roekeghem doit présenter au conseil de la cnamts jeudi 19 juillet visent en premier lieu le médicament. Et la Sécu attend aussi des médecins libéraux de nouveaux efforts.

  • La Sécu propose 2,2 milliards d’économies - 1

    La Sécu propose 2,2 milliards d’économies

Comment faire pour contenir l’évolution des dépenses d’assurance maladie en deça des 3% l’an prochain ? Au cœur de l’été, la question agite les décideurs du monde de la santé, alors même que le nouveau gouvernement a annoncé la semaine passée que l’Ondam 2013 serait finalement en augmentation de 2,7% seulement. L’Assurance maladie de Frédéric Van Roekeghem (photo) a visiblement quelques idées de solutions, dont elle fait part comme chaque année à pareille époque. Son rapport, qui sera présenté au Conseil de la Cnamts jeudi, table sur une augmentation tendancielle de 4% en 2013 des dépenses de santé. Mais pour la Sécu, cette hausse ne saurait être une fatalité. La cnamts estime en effet qu’en « améliorant régulièrement la qualité et l’efficience des processus de soins », il est possible de ramener l’évolution des dépenses autour de 3% et pourquoi pas 2,7%, à condition d’économiser 2,2 milliards d’euros en 2013. Un effort comparable à ce qui est demandé aux acteurs de santé, aux industriels et aux consommateurs, bon an mal an, dans chaque PLFSS.

Baisser les prix des génériques et des pacemakers

Parmi les propositions défendues par l’Assurance maladie dans ce rapport, les dépenses liées aux médicaments sont une fois encore les premières visées pour un gain estimé à 850 millions d’euros. La Cnamts propose de réformer le système de négociation des ristournes obtenues par les officines sur le médicament générique, et de baisser dès 2013 le prix des génériques, arguant du fait que ces derniers apparaissent en effet parmi les plus chers en Europe. Pour cela, elle propose de fixer leur prix avec une décote à 70% du prix du princeps au lieu de 60% actuellement. Et pour le reste, elle suggère de procéder à une baisse individualisée des génériques selon un mécanisme tenant compte des prix européens. Près de 400 millions pourraient être économisés à ce titre. Même analyse de la cnamts cocnernant les stimulateurs cardiaques, qu’elle juge trop cher (15% au dessus de la moyenne européenne et le double du prix allemand) et pour lesquels elle réclame une baisse de 20% des tarifs de remboursement.

Compléter le P4P

Ce n’est pas tout. L’Assurance maladie demande aussi que de nouveaux efforts soient réalisés sur la maîtrise médicalisée pour un montant de 550 millions d’euros. Et elle juge possible 150 millions d’économies à l’hôpital grâce à l’optimisation des prescriptions médicamenteuses des établissements.

La Cnamts estime aussi que la prise en charge du cancer colorectal peut être améliorée, notamment en centrant davantage le dispositif sur le médecin traitant. A la veille du remplacement de l’Hemoccult par un un autre test, le but est d’augmenter la participation (médiocre) de la population des plus de 50 ans au dépistage par test immunologique et de réserver la coloscopie en cas de risque élevé. La participation de la patientèle au dépistage pourrait donc être intégrée dans le cadre des objectifs de santé publique des généralistes dans le cadre du P4P, au même titre que le dépistage du cancer du sein, demande la Sécu. L’Assurance maladie estime que 107 millions d’euros sont à économiser en optimisant le dépistage en 2013 et à terme 400 millions par an.

Un programme pour les cinq ans à venir

La Cnamts évoque aussi des pistes d’économies à plus long terme dans les cinq ans à venir. Histoire de donner des idées pour la mandature qui s’ouvre... Pour la prévention et la prise en charge du diabète, la réduction de la prévalence de cette pathologie permettrait par exemple des gains de 100 millions d’euros d’ici à 5 ans, selon le rapport. La Cnamts propose donc de renforcer le rôle de prévention du médecin traitant auprès des populations à risque par la mise en place de programme intensifs d’accompagnement en matière d’alimentation et d’activité physique. Elle évoque également l’intégration du dépistage du pied diabétique dans le dispositif du paiement à la performance. Enfin, l’amélioration du diagnostic de l’HTA en développant l’automesure de la tension permettrait selon elle de réduire de 15% les traitements non indiqués et en réduisant le sous-dépistage de 10% permettrait de faire une économie de 109 millions d’euros.

L’Assurance maladie propose également de développer la chirurgie ambulatoire (50 millions d’euros économisés), ainsi que la rééducation à domicile. C’est dans cette perspective que la Sécu suggère de revoir la répartition des dépenses ville/hôpital, dont l’évolution des enveloppes ont souvent été strictement égale, parfois même inférieure pour la ville (2,1% en 2012 contre 2,6% pour l’hôpital). La tendance s’inversera-t-elle au profit de la médecine de ville ? C’est du moins ce qu’espère la Sécu. Reste à savoir désormais si le gouvernement décidera lui aussi d’aller dans cette direction.

Caroline Laires-Tavares
Source : Legeneraliste.fr
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
Cancer domicile

Répondez à notre enquête Quelles solutions pour vos patients atteints de cancer à domicile ?

A l’heure du « virage ambulatoire », la cancérologie se déploie de plus en plus chez le patient. Pour le médecin généraliste comme pour les autres acteurs de soins de ville, c’est à la fois une...4

Agnès Buzyn annonce la mise en œuvre de la recertification des médecins

.

Agnès Buzyn avait déjà plutôt séduit l’Ordre des médecins lors de ses discours. La ministre de la Santé pourrait bien avoir à nouveau... 39

Le gouvernement ne généralisera pas le tiers payant fin novembre

.

"Nous ne sommes pas prêts techniquement à l'étendre". Alors que la loi Santé votée sous le quinquennat Hollande prévoyait la généralisation... 2

Gastro-entérologie LA CONSTIPATION Abonné

Constipation

Pathologie fréquente, assez souvent négligée, la constipation chronique nécessite d’être considérée et caractérisée. Sa prise en charge,... Commenter

Addictologie LA MALADIE DE LAUNOIS BENSAUDE Abonné

Maladie de Launoy Bensaude 2

Cette pathologie est une lipodystrophie rare, souvent rattachée à une intoxication alcoolique, et se traduit par le développement... Commenter

A découvrir