Un film, un médecin - Family life

Un film, un médecinFamily life

01.08.2012
  • Family life - 1

    Family life

Réalisation

Ken Loach

Année de réalisation

1971

Durée

105 minutes

Scénario

David Mercer d'après sa pièce "In Two Minds"

Distribution

Sandy Ratcliff (Janice)

Grace Cave (Madame Baildon)

Bill Dean (Monsieur Baildon)

Malcolm Tierney (Tim)

Michael Ridall (le Dr Donaldson)

Alan MacNaughtan (le Dr Carswell)

L’histoire

Janice Baildon étouffe dans son milieu familial. Enceinte, sa mère l’oblige à avorter. Janice s'enfonce alors dans la schizophrénie, se replie tellement sur elle-même que sa mère réussit à la faire interner. Aidée au début par le Dr Donaldson, un jeune médecin novateur, Janice subit après son départ un traitement aux électrochocs qui fait d'elle une poupée sans défense entre les mains de cliniciens incapables de comprendre l'origine relationnelle de ses troubles. Janice n’est plus qu’un cas psychiatrique...

Critiques

Avec Family Life, Loach aurait, selon certaines analyses, reprit le propos de l’antipsychiatre (qui récusait d’ailleurs cette appellation) Ronald Laing. Si la véracité de cette analyse reste à démontrer, il est cependant certain que plusieurs aspects rapprochent les deux travaux. En premier lieu, la prédominance de l’influence du milieu familial dans la construction d’une maladie mentale - mais surtout, la réalité de cette maladie. Family Life n’est pas le portrait d’une martyr : Janice est bel et bien perturbée. Selon ses propres termes, elle « n’existe pas » – elle ne parvient pas à exister dans un milieu familial où ses parents savent et décident tout. (...) Cassandre lucide de la société libérale à venir, Loach / Janice parvient avec Family Life à judicieusement entremêler analyse politique, sociologique et drame humain, un équilibre qu’il n’attendra que rarement par la suite dans sa filmographie. (Critikart)

Un univers quotidien et terriblement banal... Une famille gardienne des valeurs tradtionnelles... Avec un réalisme minutieux, le film décrit un milieu social contraignant et le lent processus qui aboutitnà la destruction de toute personnalité. C’est bouleversant, déchirant, révoltant... (Le Guide des Films, coll. "Bouquins", ed. Robert Laffont)

Source : Legeneraliste.fr
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
Consultation personne obèse

Obésité des patients : gare à la grossophobie !

Consulter pour une angine et repartir avec une bonne leçon sur la chirurgie bariatrique. L’expérience, vécue par Daria, cofondatrice du collectif Gras politique, peut laisser des traces. « À peine...7

À Bourth, une généraliste file à l'anglaise

Désert médical

« Comptez sur moi, je viendrai avec vous aux vœux ». La promesse faite par le Dr S. au maire de Bourth (Eure) Jacky Vivier s’est envolée. À... 12

Idomed, la solution télémédecine pour pallier au manque de visites à Paris

telemedecine

Idomed : infirmière à domicile et médecin à distance. Derrière ce nom et ce concept se cache un projet de télémédecine qui se lance cette... 1

Urologie L’hyperactivité vésicale Abonné

Urologie - L’hyperactivité vésicale-0

Même si, chez la femme, ce syndrome est assez souvent idiopathique, il est important de rechercher et de traiter les causes sous-jacentes.... Commenter

Recommandation SATURNISME : QUELS ENFANTS DÉPISTER ? Abonné

peinture plomb

Le Haut conseil de santé publique (HCSP) vient d’actualiser ses recommandations sur le dépistage et la prise en charge des intoxications... Commenter

A découvrir