Hôpital - T2A : stop ou encore ?

HôpitalT2A : stop ou encore ?

26.07.2012

Dans un rapport sur la tarification à l’activité (T2A) dans les hôpitaux, publié jeudi, la mission parlementaire sur le financement de la Sécurité sociale (Mecss) estime que celle-ci doit être redéfinie et se limiter à certaines activités médicales. Il recommande aussi la suspension de la convergence tarifaire et prône, par ailleurs, une coopération plus importante entre médecins de ville et hospitaliers.

  • T2A : stop ou encore ? - 1

    T2A : stop ou encore ?

« L’hôpital public n’est pas une entreprise », martelait François Hollande, en pleine campagne présidentielle, en février dernier, lors de son discours à la faculté de médecine rue des Saints-Pères. « La tarification à l’activité a atteint ses limites », avait-il prévenu. Six mois plus tard, c’est au tour de la mission parlementaire sur le financement de la Sécurité sociale (Mecss) de parvenir à la même conclusion concernant le futur de la tarification à l’activité. Lancé en 2005, ce nouveau mode de rémunération des hôpitaux, qui prévoit de payer les établissements de santé selon leur activité, avait suscité un tollé chez les hospitaliers. Que ces derniers se rassurent ! Car si le rapport de la Mecss, paru ce jeudi, ne remet pas en cause « le principe de la T2A dont les atouts sont indéniables » elle préconise avant tout « une meilleure prise en compte de certaines activités médicales », et recommande de suspendre la convergence tarifaire entre hôpitaux et cliniques privées. Comment ? Selon le rapport, certaines activités médicales difficilement « standardisables », comme la réanimation, ou celles réalisées dans des zones peu denses ou isolées mains néanmoins « indispensables à la couverture sanitaire » ne devraient pas être soumises au principe de la T2A. Ainsi, le passage à la T2A des hôpitaux locaux, initialement prévu pour 2013, devrait lui aussi être suspendu. Ces anciens hôpitaux ruraux, souvent de petite taille, seront « touchés de plein fouet par les effets pervers actuels de la T2A » qui « favorise les actes techniques plus que le temps médicale », peut-on lire dans le rapport.

Plus de coopérations entre la ville et l’hôpital

Par ailleurs sur les relations entre la médecine de ville et l’hôpital, le rapport souligne la nécessité de mettre en place une « logique de parcours » en développant davantage les coopérations entre libéraux et hospitaliers « dans le cas des malades chroniques, dont certaines hospitalisations sont évitables ». Les hauts fonctionnaires des Inspections générales des Finances (IGF) et des Affaires sociales (IGAS) préconisaient, eux aussi dans leur rapport publié la semaine dernière, « une meilleure articulation des professionnels de santé autour du parcours de soins du patient » entre médecins de ville, hôpital et secteur médico-social. Leur rapport insistait sur la nécessité de rationaliser les parcours de soins des patients souffrant notamment de pathologies chroniques. Igas et Igf se prononçaient également pour plus d’hospitalisation à domicile (HAD) et de chirurgie ambulatoire.

Caroline Laires-Tavares
Source : Legeneraliste.fr

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
Visite à domicile

À Niort, quatre médecins lancent un service de visite à domicile

À Niort (Deux-Sèvres), deux médecins en activité et deux jeunes confrères sur le point de présenter leur thèse, ont lancé lundi 21 janvier l'association « SOS Niort 79 », pour répondre aux demandes...6

L'aspirine en prévention primaire : le Jama pointe les risques de saignements majeurs

Aspirine

Un nouveau travail, publié par le Jama, montre qu'en prévention primaire, les bénéfices cardiovasculaires de l'aspirine sont contrebalancés... Commenter

La téléconsultation permet aux patients chroniques de voir plus souvent leur médecin traitant selon une étude

.

La téléconsultation dans le cadre du parcours de soins est remboursée depuis le 15 septembre dernier mais cette pratique est encore à la... 1

ORL DYSFONCTIONNEMENT RHINO-SINUSIEN CHRONIQUE, ÉTAPE DIAGNOSTIQUE Abonné

Dysfonctionnement rhino-sinusien chronique

Devant un dysfonctionnement rhino-sinusien chronique, il importe de ne jamais se lancer dans un traitement, notamment antibiotique et/ou... Commenter

Maladies chroniques GOUTTE : LES INFIRMIÈRES FONT MIEUX QUE LES MÉDECINS Abonné

Goutte

Cette étude anglaise du Lancet montre que la probabilité de contrôler l’uricémie et les crises chez les patients goutteux est trois fois... 2

A découvrir