Un film, un médecin - Panique dans la rue

Un film, un médecinPanique dans la rue

26.07.2012
  • Panique dans la rue - 1

    Panique dans la rue

Réalisation

Elia Kazan

Scénario et adaptation

Richard Murphy et Daniel Fuchs d'après une histoire de Edna Anhalt et Edward Anhalt

Production

20th Century Fox

Durée

Noir et blanc, 96 minutes

Distribution

Richard Widmark (lieutenant commandant Clinton 'Clint' Reed M.D.)

Paul Douglas (Capitaine Tom Warren)

Barbara Bel Geddes (Nancy Reed)

Jack Palance (Blackie)

Zero Mostel (Raymond Fitch)

Dan Riss (Neff )

Tommy Cook (Vince Poldi)

Emile Meyer ( capitaine Beauclyde)

Tommy Rettig (Tommy Reed)

L’histoire

Un policier et un médecin s’engagent dans une véritable chasse à l'homme contre une bande de truands contaminés par le virus de la peste qu'ils risquent de propager dans toute la Nouvelle-Orléans...

Pour en savoir plus...

• Le film a été tourné en décors naturels à la Nouvelle-Orléans. Tous les dialogues du film étaient débattus chaque matin par l’équipe de tournage et éventuellement modifiés en conséquence.

• Pour la première fois la technique du plan-séquence est utilisée.

• « Panique dans la rue » marque la première apparition à l'écran de Jack Palance, crédité sous le nom de Walter Jack Palance. L'acteur au visage émacié si carctéristique fut, avant ce premier rôle au cinéma, la doublure de Marlon Brando dans « Un tramway nommé désir » au théâtre. Par la suite, on le retrouvera dans des films tels que « Le Masque arraché » de David Miller, « Le Grand couteau » d'Aldrich, «Le Mépris » de Godard et, plus récemment, dans « Bagdad Café » de Percy Adlon

• Un film noir mais qui bouleverse les codes puisque la victime est atteinte de la peste bubonique et que les arrestations sont dictées par des raisons sanitaires, les malades étant traqués pour qu'ils ne contaminent pas toute la ville.

• « Panique dans la rue » a été tourné en 1950, alors que la chasse au sorcières ancé par le sénateur McCarthy contre les soi-disants «communistes » d’Hollywood battait son plein. Kazan, immense réalisateur, ne s’est pas honoré, en revanche, en dénoncant nombre de ses confrères durant cette chasse, à commencer par le scénariste et réalisateur Dalton Trumbo, auteur de l’inoubliable « Johnny got his gun ». Et en regardant Panique dans la rue, on peut y voir comme une parabole sur les méfaits du communisme qui prend ici l’apparence de la peste, fléau qu’il faut enrayer pour l’empêcher de se propager à travers tout les Etats-Unis. Dans le genre métaphorique, on pourra préférer « La Peste » d’Albert Camus, la maladie servant ici à l’écrivain pour dénoncer les méfaits du nazisme dans un pays déjà envahi...

• Elia Kazan a fait appel à un comédien connu jusqu'alors pour ses shows comiques sur scène, Zero Mostel, qu'il avait déjà dirigé au théâtre, tout comme, d'ailleurs, Richard Widmark. Mais victime du maccarthysme, Zero Mostel sera forcé d'interrompre sa carrière pendant quinze ans. Il ne pardonnera jamais à Kazan sa collaboration avec la tristement célèbre Commission des activités anti-américaines, affublant le cinéaste du sobriquet « Looselips » (lèvres lâches).

Kazan parlant de son film

« J'entrepris de réaliser un film dans le style de l'une de mes idoles, John Ford, un film qu'un sourd pourrait comprendre en n'utilisant que ses yeux. Et de le tourner dans le style qui était le mien, comme je l'avais découvert : en décors naturels (...) avec seulement des éléments réels authentiques, ordinaires et entièrement crédibles (...) Mon décor, c'est la Nouvelle-Orléans tout entière et je l'ai beaucoup utilisée. Cette fois encore, j'employais des acteurs qui étaient connus seulement dans le monde new yorkais. J'avais trouvé ma voie. »

Récompense

« Panique dans la rue » a obtenu un Prix international à la Mostra de Venise 1950.

Source : Legeneraliste.fr
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
Jean-Paul

Contre les déserts, la CSMF appelle les médecins à la « solidarité intergénérationnelle »

« Le médecin est un acteur de la cohésion sociale dans les territoires, [...] nous devons avoir une réflexion sur notre responsabilité collective. » À l'occasion de la présentation de ses vœux, ce...8

300 euros par an pour stationner : les généralistes de Colmar montent au créneau

Voiture

À Colmar (Haut-Rhin), le stationnement « relève de l’exploit ». Et depuis le 1er janvier il en coûte 300 euros par an aux médecins et infirm... 7

Endométriose : la HAS et le Collège des gynécos publient enfin de nouvelles recos

Endométriose

La HAS et le Collège national des gynécologues et obstétriciens français (CNGOF) viennent de réactualiser et de publier les recommandations... Commenter

Gastro-entérologie L’APPENDAGITE Abonné

Appendagite

L’appendagite est souvent à l’origine d’un “ventre chirurgical”. Elle est due à des torsions, ou des inflammations d’appendices... 2

Nouvelles consultations VACCINATION, PEU DE VRAIES CONTRE-INDICATIONS Abonné

seringues

Obligation vaccinale ou pas, « un professionnel de santé peut évidemment ne pas vacciner un enfant présentant un état de santé particulier... Commenter

A découvrir