Un film, un médecin - Le Destin

Un film, un médecinLe Destin

11.07.2012
  • Le Destin - 1

    Le Destin

Réalisation

Youssef Chahine

Année de réalisation

1997

Scénario

Youssef Chahine, Khaled Youssef

Production

Humbert Balsan, Gabriel Khoury

Distribution

Nour el-Cherif (Averroès)

Laila Eloui (la gitane)

Mahmoud Heimeda (le calife)

Safia el-Emary (la femme d’Averroès)

Mohamed Mounir (le barde)

L’histoire

Désirant amadouer les intégristes, le calife el-Mansou ordonne l'autodafé de toutes les œuvres du philosophe et médecin andalou Averroes dont les concepts influenceront non seulement l'age des Lumières en Occident, mais toute la pensée humaine. Les disciples d'Averroes et ses proches décident d'en faire des copies et de les passer à travers les frontières.

Notre avis

« Le Destin » est un film contre l’intégrisme. Et en tournant ce film, Youssef Chahine savait de quoi il parlait puisque son film précédent, « L’Émigré » avait subi la censure intégriste. Les premières images du film, saisissantes, sont celles d’un autodafé tragique en Languedoc où l’on voit un homme brûler au milieu de ses livres, accusé d’avoir osé traduire les écrits d’Averroès, le philosophe, astronome et médecin qui a osé écrire que «la raison est l’amie et la sœur de la loi divine ».

À mille lieues de signer un film démonstratif et empesé où il aurait réglé ses comptes avec ses persécuteurs de la censure, Chahine a réussi le tour de force de signer un pur divertissement qui tient à la fois du film de cape et d’épée, du western et de la comédie musicale, genre très prisé en Egypte. On passe de Dumas à Shakespeare sans s’ennuyer une seule seconde. Mais, derrière cette apparente légèreté, Chahine parvient néanmoins à faire passer son message qui tient en trois mots : tolérance, partage et amour. Un plaidoyer contre tous les fanatismes. Ceux qui rôdent depuis la nuit des temps, de Cordoue au XIIe siècle jusqu’à Alexandrie aujourd’hui. L’idée du « Destin » est venue à Chahine après avoir constaté l’état de déchéance dans lequel était tombé l’acteur Hani Salama après avoir été embrigadé dans une secte. « En trois séances, il était devenu un zombie. Je me suis plongé dans les études sur le fonctionnement des sectes, sur le lavage de cerveau. Et, avec l’aide d’amis, j’ai entrepris de le sortir de cet état. Le scénario du «Destin » est né de cette expérience. Mon film attaque les puissants qui veulent contrôler la pensée, ce qui est le cas en Egypte», expliquait ainsi le metteur en scène à propos de son long-métrage.

Le film se termine comme il a commencé par un autodafé des livres d’Averroès, mais celui-ci bien inutile car les œuvres d’Averroès ont été transportés de Cordoue en Egypte par le fils du calife après une longue chevauchée. Les livres sont réduits en poussière, mais les idées vivent. « La pensée a des ailes. Nul ne peut arrêter son envol » peut-on lire sur l’écran en conclusion de ce film profondément humain, assurément le plus abouti de Chahine qui recevra d’ailleurs pour celui-ci le prix du 50e anniversaire au Festival de Cannes 1997.

Youssef Chahine

Né en 1926 à Alexandrie dans une famille chrétienne d’Egypte d’origine libanaise, Youssef Chahine est parti en 1947 à Los Angeles pour étudier le cinéma. Trois ans plus tard, à son retour, l’opérateur Alvise Orfanelli, l’un des pionniers du cinéma egyptien, lui permet de réaliser son premier long-métrage, Papa Amin. Après avoir présenté « Le Fils du Nil » au Festival de Cannes 1951, Chahine va lancer la carrière d’Omar Sharif avec « Le Démon du désert ». Dès lors, le réalisateur ne cessera de dénoncer dans ses films la censure et l’intégrisme (« L’Aube d’un jour nouveau ») l’affairisme (« Le Moineau ») où le chaos du régime politique (« Le Chaos »). Mais il obtiendra ses plus grands succès à l’étranger avec « Gare Centrale », immense succès populaire, « Alexandrie, pourquoi », retour sur sa jeunesse égyptienne qui lui vaudra un Ours d’argent à Berlin en 1978, et « Adieu Bonaparte ». Youssef Chahine avait aussi monté le « Caligula » de Camus à la Comédie Française en 1992.

Victime d’une hémorragie cérébrale, Youssef Chahine est décédé en juillet 2008 au Caire.

Averroès

Né en 1126 à Cordoue, Avveroès alias Abu'l-Walid Muhammad ibn RouchdIl, étudia de nombreux domaines tels que la philosophie, les mathématiques ou la théologie. En 1169, il est nommé cadi de Séville, puis grand cadi de Cordoue deux ans plus tard. Cette charge lui permet de voyager régulièrement vers le Maroc avant d'occuper la place de médecin auprès du calife Abu Yaqub Yusuf. Dans ses conceptions philosophiques, Averroès s'appuie sur les pensées d'Aristote qu’il commente abondamment et brillamment (d’où le surnom de « Commentateur » que lui donnèrent les théologiens latins) et aurait exposé une théorie selon laquelle il existe deux vérités : l'une rationnelle et l'autre révélée. Ces concepts lui valurent d'être longtemps persécuté, son ouverture d'esprit et sa modernité déplaisant aux autorités musulmanes de l'époque, qui l'exilèrent comme hérétique et ordonnèrent que ses livres soient brûlés. Avverœs mourut à Marrakech en 1198.

Source : Legeneraliste.fr
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
ouv

Maladie athéromateuse40 ans d’angioplastie... et encore des questions

Quarante ans après la première intervention chez l’homme, l’angioplastie a révolutionné la prise en charge des syndromes coronariens et la cardiologie interventionnelle s’attaque désormais à d...Commenter

Levothyrox: une notice diffusée par la justice pour faciliter les plaintes

.

Une notice a été diffusée sur l'ensemble du territoire pour aider les patients, souffrant d'effets secondaires de la nouvelle formule du... 6

Inquiétude des acteurs de la santé au travail sur la disparition du CHSCT

.

Les CHSCT (comités d'hygiène, de sécurité et des conditions de travail) créés par les lois Auroux de 1982 qui portent l'empreinte de la... Commenter

Dermatologie LE PSEUDO-XANTHOME ELASTIQUE Abonné

pseudo-xanthome

Certaines pathologies héréditaires induisent une altération du tissu élastique. Compte tenu des conséquences au niveau de différents... Commenter

Médecine du sport LE CERTIFICAT DE NON CONTRE-INDICATION AU SPORT EN 2017 Abonné

certificat sportif

Jusqu’à présent, l’obtention d’une licence sportive était conditionnée par la rédaction d’un certificat médical annuel de non... Commenter

A découvrir