Un film, un médecin - Il est minuit Docteur Schweitzer

Un film, un médecinIl est minuit Docteur Schweitzer

10.07.2012
  • Il est minuit Docteur Schweitzer - 1

    Il est minuit Docteur Schweitzer

Réalisation

André Huguet

Année de réalisation

1952

Durée

90 minutes

Scénario, adaptation et dialogues

André Haguet et Henri-Legrand, d’après la pièce de Gilbert Cesbron

Distribution

Pierre Fresnay (Albert Schweitzer)

Raymond Rouleau (Commandant Lieuvin)

Jean Debucourt (le Père Charles de Foucault)

André Valmy (l’administrateur Leblanc)

Jeanne Moreau (Marie Winter, l’infirmière)

Georges Chamarat (le professeur d’université)

Michel Marsay (l’ex-fiancé de Marie)

L’histoire

Pasteur et médecin d’origine alsacienne, le docteur Albert Schweitzer se rend au Gabon où une grande partie de la population souffre de malaria. Reconnu de tous, il se voit néanmoins contraint de quitter le pays en 1914 à cause de ses origines allemandes. À la fin de la guerre, il y retournera pour continuer son travail.

Notre avis

Autant on peut trouver quelques vertus à la pièce de Gilbert Cesbron, autant le film apparaît comme une pesante hagiographie du médecin alsacien, filmé avec la plus totale absence de génie par cet obscur tâcheron du cinéma français que fut André Haguet, auteur par ailleurs de peu résistibles films comme « La Vie de Sainte Thérèse de Lisieux » et « Les Cloches n’ont pas sonné ». Tout un programme. Bref, vous pouvez vous dispenser du dispensaire de Lambaréné. Pierre Fresnay, qui avait été un remarquable Saint Vincent de Paul dans le « Monsieur Vincent » de Maurice Cloche, est ici épouvante. Avec sa fausse moustache, il tient plus de Groucho Marx au Gabon que d’un futur prix Nobel... Sans parler de son accent alsacien qui n’a d’équivalent, dans le ridicule, que son «parler » marseillais dans la trilogie de Pagnol. Un film, par ailleurs, bourré de clichés et d’invraisemblances historiques. Ainsi, Albert Schweitzer n’a pas été arrêté au début de la Première Guerre mondiale mais en 1917 et le Père Charles de Foucault apparaît alors qu’il avait été depuis longtemps tué par les Touaregs. Seule éclaircie dans cet océan de mièvrerie et seule raison donc de jeter un œil distrait sur le film : c’est la première apparition à l’écran de Jeanne Moreau.

Pour résumer, on pourrait reprendre la formule de Boris Vian : « Qu’il soit midi, qu’il soit minuit, vous nous faites chier Docteur Schweitzer ».

Un film gabonais sur Schweitzer

Bassek Ba Kobbio a tourné en 1994 « Le Grand blanc de Lambarené ». Un regard africain sur Albert Schweitzer beaucoup plus critique. Certes, c’est un médecin humaniste et passionné mais c’est aussi un colonialiste patenté. En retracant les vingt dernières années de la vie du médecin, Kobbio s’attache aussi à montrer son pays, le Gabon, en quête de mutation et d’indépendance...

Une brève biographie d’Albert Schweitzer

Albert Schweitzer est né en 1875 à Kaysersberg, en Alsace, alors sous domination allemande. Après des études en philosophie et en théologie, il se décide à entreprendre des études de médecine alors qu’il est déjà âgé de 30 ans. Une vocation qui lui est née après avoir découvert la grande misère des missions protestantes au Gabon. Il obtient son doctorat en 1907 et part immédiatement en Afrique, où il s’installe en plein cœur de la forêt équatoriale gabonaise, la mission évangélique d’Andande ayant mis à sa disposition un vieux poulailler qu’il va transformer, avec l’aide de sa femme, en salle d’opération. Cependant, la guerre éclate et en 1917, il est arrêté et interné en France, étant Alsacien et donc Allemand. Il ne pourra retourner en Afrique qu’en 1928. Repartant de zéro, il va reconstruire son hôpital, puis, bientôt un second et un troisième... Jusqu’à sa mort,, le « grand docteur blanc » fera 14 séjours au Gabon. Entretemps, il parcourt le monde pou donner des récitals d’orgue pour financer sa fondation. Après avoir reçu le prix Nobel de la Paix en 1953, il retournera à Oslo en 1958 pour dénoncer le danger atomique. Il meurt en 1965, peu après que Time Life Magazine ait vu en lui « le plus grand homme du siècle ».

Source : Legeneraliste.fr
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
.

Les centres de santé ne veulent pas tomber sous la coupe des cliniques privées

Pour les centres de santé, la rentrée n'amène pas de répit. Alors que les responsables du secteur ont bataillé au printemps dernier pour éviter que la création de nouvelles structures ne soient...4

Les femmes boudent la pilule... mais pas la contraception

Contraception

Même si en 2016, la pilule reste la méthode contraceptive la plus utilisée (36,5%), son utilisation a diminué, avec une baisse de 3,1... 1

Les changements au travail, mauvais pour la santé des salariés

.

Les changements au travail peuvent avoir un impact sur la santé mentale des salariés, selon une étude du ministère du Travail publiée... 1

Allergologie LE TRAITEMENT DE PREMIÈRE INTENTION DE L’ANAPHYLAXIE Abonné

.

Les dernières recommandations françaises et américaines sur l'anaphylaxie relèguent au second plan les anti-H1, les corticoïdes et les B2CA... 4

Diabète SE PIQUER LES DOIGTS : POUR QUOI FAIRE ? Abonné

.

Chez le diabétique de type 2, le ratio bénéfice/risque de l'autosurveillance glycémique est défavorable. Une nouvelle étude qui conforte... Commenter

A découvrir