Maîtrise - Les industriels du médicaments tirent la sonnette d’alarme

MaîtriseLes industriels du médicaments tirent la sonnette d’alarme

29.06.2012

Baisses des prix, essor des génériques, taxes, Capi, P4P… Ça suffit, dit en substance le Leem ! Selon le syndicat, la cascade de mesures d’économies décidées par le précédent gouvernement serait responsable de « l’atonie du marché» du médicament. Visiblement, les industriels redoutent d’être encore les vaches à lait du prochain plan d’économie. Et tentent d’en dissuader par avance le gouvernement.

  • Les industriels du médicaments tirent la sonnette d’alarme - 1

    Les industriels du médicaments tirent la sonnette d’alarme

«Le médicament ne peut assurer à lui seul le rétablissement des équilibres budgétaires.» Alors qu’un nouveau plan d’économies sera probablement en gestation cet été, le Leem (Les entreprises du médicament) a tiré cette semaine la sonnette d’alarme à l’intention notamment du nouveau gouvernement. Le bilan économique du secteur qu’a présenté cette semaine le président du Leem, Christian Lajoux (photo)renvoit à un chiffre d’affaires du médicalement en ville en berne (+0,3% en 2011), soit une quasi stagnation l’an passé, qui fait suite à une situation similaire en 2010. Baisses, des prix, essor des génériques, capi, P4P, encadrement des prescriptions, taxes (qui représentent désormais 3,3% du chiffre d’affaires de l’indsutrie)... Ça suffit, dit en substance le Leem! Le message au nouveau gouvernement est on ne peut plus clair, puisque le Leem souligne que «cette atonie est essentiellement imputable à la diversité des outils de régulation mis en place, ces dernières années, par les pouvoirs publics ».

Trop de régulation tue la régulation

En ce début d’été, le Leem espère visiblement alerter le gouvernement socialiste des conséquences néfastes d’une trop forte régulation sur l’industrie du médicament, qui serait à long terme, également néfaste pour l’innovation du secteur. Décrivant une industrie pharmaceutique «proche du point de rupture,» il observe notamment que déjà la situation de l’emploi se dégrade sur le secteur (-1% en 2011 par rapport à 2010) et que «les exportations de médicament ont décru de près de 9% en 2011.» Le Leem ne récuse paas la nécessité d’une régulation, mais il estime avoir déjà eu son lot de mesures de maîtrise et il insiste sur le fait que le poste médicament est dans les clous : «il a constamment respecté les objectifs de progression faits par le législateur, sans toutefois échapper à des mesures de régulation supplémentaires, unilatéralement décidées par la puissance publique.» Et surtout, il plaide pour une lisibilité pour le secteur, donc pour une régulation de type conventionnelle, via l’accord cadre Etat-Industrie notamment.

Le secteur des biotechnologies, prometteur mais fragile

Il en va de la survie de l’innovation notamment. Deux jours après avoir présenté son bilan économique, le Leem a présenté dans la foulée son premier « Observatoire des biotechnologies santé ». Sans doute une manière d’enfoncer le clou sur l’importance du secteur et son besoin d’être accompagné par les pouvoirs publics. Là encore, le syndicat s’inquiète. S’il évoque un tissu des biotechnologies santé français «consistant», avec 446 sociétés répertoriées sur le territoire national, il le qualifie néanmoins de « fragile ». D’après cette étude, « le secteur pâtit d’un manque de continuité des aides, partenariats, investissements menés pour le faire monter en puissance et en visibilité ». Et le Leem souligne pourtant que le secteur n’est pas à négliger pour deux raisons : stratégique d’abord. Car le secteur serait, selon lui, une marque d’indépendance sur la scène internationale au même titre que le nucléaire ou l’aéronautique. Ensuite, parce que les entreprises des biotechnologies santé génèrent de l’emploi. Avec 446 sociétés répertoriées, concentrées pour 57% d’entre elles en Ile-de-France et Rhône-Alpes, le secteur enregistre un chiffre d’affaires de 14 Mds d’euros et emploie 11 000 personnes.

Caroline Laires-Tavares
Source : Legeneraliste.fr

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
.

Le budget de la Sécu pour 2019 dévoilé Fin du « NS » manuscrit, prévention chez l'ado, vaccination en pharmacie... ce qui change pour vous

Le Projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS) 2019 était présenté ce mardi matin à Bercy par le ministre de l'Action et des comptes publics Gérald Darmanin et la ministre de la...2

Le CCNE dit oui à la PMA et aux diagnostics prénataux, mais non à une nouvelle loi sur la fin de vie

CCNE

« C’est un avis qui n’est pas consensuel mais dans lequel nous avons essayé de faire émerger un assentiment majoritaire. » Le Pr Jean-Franço... 2

Le trou de la Sécu sera comblé en 2019, assure le gouvernement

.

Le redressement des comptes sociaux se poursuit et devrait se traduire par un retour à l'équilibre de la Sécurité sociale en 2019. Une... 1

Addiction LA PRISE EN CHARGE DE L’ARRÊT DU TABAC EN MÉDECINE GÉNÉRALE Abonné

Cigarette ecrasee

Le taux de succès dans l'arrêt du tabac dépend de l'intensité du suivi et du traitement pharmacologique associés. Il faut en moyenne quatre... Commenter

Dermatologie L’ÉRYTHÈME NOUEUX Abonné

érythème

Cette hypodermite se caractérise cliniquement par des nodules érythémateux, localisés principalement au niveau des jambes. Elle peut être... Commenter

A découvrir