Législatives - Sept généralistes sont élus députés

Législatives Sept généralistes sont élus députés

18.06.2012

Sur la cinquantaine de généralistes qui se sont présentés aux législatives, seuls 7 vont siéger au palais Bourbon, soit un peu moins que précédemment. A Jean-Paul Bacquet, élu dès le premier tour, se sont joints, dimanche, six autres confrères à l’issu du second tour. Les autres sont donc contraints de regagner leur cabinet jusqu’aux prochaines élections! Il s’en est tout de même fallu de peu pour certains...

  • Sept généralistes sont élus députés - 1

    Sept généralistes sont élus députés

Ils étaient 50 au départ. Un seul a été élu au premier tour et une quinzaine se sont retrouvés en ballotage, mais seuls 7 médecins généralistes siégeront finalement à l’Assemblée, soit moins que la dizaine qui étaient députés entre 2007 et 2012... Parmi le corps médical de l’Assemblée, les généralistes seront une nouvelle fois minoritaires. Sur 135 médecins qui étaient candidats cette année, 27 siègeront en effet au palais Bourbon.

A l’issue du second tour du dimanche 17 juin, 6 généralistes vont donc rejoindre leur confrère Jean-Paul Bacquet, élu dans le Puy-de-Dôme la semaine dernière. Comme prévu, les grands favoris ont été réelus haut la main. Jean-Marie Le Guen, député socialiste de la 9ème circonscription de Paris (75) et adjoint à la santé du maire de Paris, est celui qui a obtenu le plus gros score avec 68,87% des voix contre son adversaire de l’UMP. Il est suivi de Christian Hutin, député divers gauche de la 13ème circonscription du Nord (59) et sortant de la 12ème circonscription du même département, qui est élu à 64,73% des voix contre son adversaire du Front National. Parallèlement, Pierre Morange, député UMP de la 6ème circonscription des Yvelines a obtenu sa rééletion avec 59,60% des voix. Voilà pour les sortants qui semblaient hors de danger à l’issue du 1er tour, mais qui ont fait mieux que prévu, frolant ou dépassant allègrement la barre des 60% !

L’élection de Fernand Sire, député UMP de la 2ème circonscription des Pyrénées Orientales (66), est beaucoup plus inattendue. D’abord parce que, quoique sortant, n’avait jamais été élu sur son nom, ayant hérité en court de mandat, du siège de Arlette Franco dont il était suppléant au décès de celle-ci. Ensuite, parce qu’il était très en retrard sur sa concurrente socialiste au premier tour, Toussainte Calabrese. C’était sans compter sur la candidate FN qui, quoique qualifiée pour le second tour, a finalement décidé de ses désister en faveur du dr Siré, visiblement bien apprécié des Frontistes, qui lui ont fait cadeau de leur 12,3% de voix du premier tour. Grâce à Irina Kortanek, le bon Docteur Siré remporte donc le second tour des législatives avec 50,12% des voix. Même score serré pour le candidat EELV, Eric Alauzet, conseiller régional du Doubs (25) , qui devient le nouveau député de sa 2ème circonscription à Besançon et fait donc son entrée au palais Bourbon avec 50,12% des suffrages. Ce médecin qui a fait jeu égal à l’issu du premier tour contre le député sortant UMP Jacques Grosperrin, a su mettre en avant ses atouts aux yeux des électeurs du Front de Gauche qui se sont bien reportés sur lui. Victoire au cordeau également pour Sauveur Gandolfi-Scheit, député UMP de la 1ère circonscription de Haute Corse (2B) qui, embarqué dans une triangulaire contre des candidats de gauche et régionalistes, à su tirer parti de sa différence politique pour garder sa place à l’Assemblée Nationale avec 38,07% des voix.

Pour certains candidats à l’inverse, la déception est grande. Bien qu’arrivé derrière le candidat UMP au premier tour, François Simon, candidat EELV de la 3ème circonscription de Haute Garonne (31), qui croyait en ses chances de devenir député par le désistement du candidat socialiste, est battu de justesse avec 49,59% des voix. Pour Claude Léonard aussi la victoire était à portée de bulletins. Le candidat UMP à la 2ème circonscription de la Meuse (55) comptait sur le report des voix du candidat divers droite Julien Didry et sur les électeurs FN pour remporter sa place. Il est battu par le socialiste Jean-Louis Dumont qui obtient 51,38% des voix.

Pour les sortants battus, la défaite est encore plus amère. En particulier pour Philipe Boënnec (UMP), député sortant de la 9ème circonscription de Loire Atlantique (44) qui quitte le palais Bourbon avec 46,74% des voix. Défaite peut-être due au soutien du Front National, qu’il a fortement sollicité, et qui a peut-être effrayé certains électeurs. Jean-Marie Rolland, Jacques Le Guen et Claude Malhuret, députés UMP sortants, s’inclinent eux aussi face à des candidats de gauche, mais vu leur score du premier tour, c’était plus ou moins attendu pour les deux derniers, qui se présentaient respectivement dans le Finistère et dans l’Allier. En revanche, c’est un peu plus surprenant pour Jean-Marie Rolland -ex-rapporteur de la réforme "HPST"- qui perd son siège sur le fil (49,75%) dans l’Yonne. Enfin, quelques challengers n’ont pas réussi à se faire élire dimanche soir. Dans la 7ème circonscription du Var (83), le divers gauche Ladislas Polski (35,1%) perd cette première élection législative à 6 points de distance du député actuel, Jean Sébastien Viallatte (UMP), dans une triangulaire à la laquelle concourrait aussi le FN. Pas de grosse déception enfin pour Philippe Calleja, candidat dans la seconde circonscription de l’Ariège (09). Avec 44,53% des suffrages au premier tour, son adversaire socialiste avait la victoire assurée. Il a fait 67% au second contre 33% pour le médecin.

Ibtihel Belghith
Source : Legeneraliste.fr

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
Congrès Isnar

En direct du Congrès de l'Isnar-IMG Agnès Buzyn rassure les internes sur la coercition, mais botte en touche sur les conditions de travail

Après un rendez-vous manqué l’année dernière à cause des intempéries, la ministre de la Santé était cette année bien présente physiquement au 20e Congrès de l’Intersyndicale des internes de...3

Neuf patients sur dix utilisent le numérique pour gérer leur maladie chronique

.

Les nouvelles technologies sont devenues incontournables pour les patients atteints de maladies chroniques. Elles permettent notamment de... Commenter

Téléconsultation, télé-expertise : qu'est-ce que ça change ? Deux généralistes témoignent

Adrien Naegelen et Nicolas de Chanaud

À l'occasion d'un colloque sur la télémédecine en libéral, organisé par l'URPS Ile-de-France jeudi dernier, deux jeunes généralistes parisie... 3

Gastro-entérologie LE BON USAGE DES INHIBITEURS DE LA POMPE À PROTONS Abonné

IPP

Les IPP ont révolutionné la prise en charge des maladies liées à l’acide gastrique. Mais 60 % des prescriptions sont hors AMM, selon... Commenter

Prévention DIABÈTE : À QUOI SERT LE CONTRÔLE DES FACTEURS DE RISQUE ? Abonné

Diabète

Cette étude du NEJM, menée en vraie vie, suggère que lorsque tous les facteurs de risque d’un patient DT2 sont contrôlés, la probabilité de... Commenter

A découvrir