Rémunération - AVK : A quand un forfait pour les médecins ?

RémunérationAVK : A quand un forfait pour les médecins ?

14.06.2012

Pourquoi les pharmaciens seraient-ils les seuls à toucher un bonus pour le suivi de certains malades ? Depuis l’entrée en vigueur de leur nouvelle convention, les officinaux sont en effet rémunérés, à hauteur de 40 euros par an et par patient, pour le suivi de patients sous AVK. Du côté des généralistes, on réclame que le dispositif soit étendu aux médecins traitants (MT) ou intégré dans le forfait ALD.

  • AVK : A quand un forfait pour les médecins ? - 1

    AVK : A quand un forfait pour les médecins ?

Des pharmaciens rémunérés pour le suivi des patients sous anticoagulants et pas les médecins ? « Incompréhensible » pour Claude Leicher. « L’annonce de la mise en place du forfait AVK pour les pharmaciens a mis le feu aux poudres, non pas entre les pharmaciens et les médecins, mais entre nous et l’Assurance maladie », explique le président de MG France. La nouvelle convention des pharmaciens signée le 7 mai dernier a en effet permis d’introduire un paiement à la performance, un peu comme chez les médecins. Quoique régis par le P4P depuis le 1er janvier 2012, ces derniers ne touchent aucun forfait spécifique concernant les AVK. Tandis que dans les officines, dès 2013, on assurera des « entretiens pharmaceutiques » afin de suivre le traitement des patients prenant des anticoagulants : un suivi qui sera rémunéré sous forme d’un forfait de 40 euros par an et par patient. Il en sera de même pour les patients asthmatiques mi-2013. Pour le patron de MG France, il ne s’agit pas de remettre en cause les acquis des pharmaciens, mais de revendiquer une rémunération forfaitaire pour les médecins traitants (MT). « Le médecin traitant a la responsabilité du suivi de ce type de patient, mais il n’est pas rémunéré pour cela alors que le pharmacien oui. Nous demandons à ce que les médecins obtiennent le même niveau de rémunération, c’est-à-dire un forfait pathologie chronique de 40 euros par an et par patient sous AVK », insiste le Dr Leicher.

De son côté, Michel Chassang reconnaît que « les pharmaciens subissent des lourdes pertes à cause des baisses des ventes des médicaments ». À ce propos il ne trouve « pas illégitime » que ces derniers puissent compenser ce manque « par une rémunération sur objectifs en faisant un travail complémentaire à celui des médecins ». Pour lui, « ça va dans le bon sens ». « Aujourd’hui la pharmacie gagne sa vie sur la boîte de médicaments, demain cette rémunération sera moins quantitative et plus qualitative » insiste-t-il. S’il est d’accord sur le principe, le patron de la Conf’ pointe du doigt le montant de la rémunération des pharmaciens mais surtout « l’erreur stratégique » commise, selon lui, par la CNAM : 40 euros, une somme « absurde parce qu’elle est identique à celle que le médecin traitant (MT) obtient chaque année pour chaque patient en ALD, ce qui prête à confusion ». « Il aurait été plus logique de fixer à 13 euros par entretien le montant du forfait », ce qui serait revenu au même, en effet les entretiens annuels qui doivent être assurés par les pharmaciens étant au nombre de trois. Contrairement à MG France, la CSMF ne prône pas un nouveau forfait spécifique pour le suivi des patients sous AVK pour les médecins traitants (MT). La Conf’ préfèrerait tout simplement voir « étendre le forfait ALD, déjà en place, à d’autres situations, y compris aux patients sous AVK ».

Quant au chef de file la FMF, Jean-Paul Hamon, il qualifie le choix de l’Assurance maladie de confier aux pharmaciens le suivi des AVK de « maladroit ». Pour lui, ce sont plutôt les cardiologues, mais surtout les médecins généralistes qui assurent, au quotidien, un suivi étroit et régulier de ces patients sous anticoagulants. Ce sont eux, qui, au besoin, sont habilités à modifier le traitement, pas les pharmaciens. Surveiller le dosage reste encore une prérogative des médecins pas des pharmaciens qui devront, au cours des entretiens annuels, se limiter à « sensibiliser le patient sous AVK à une utilisation correcte et régulière de ses médicaments et à suivre un régime alimentaire équilibré ». Reste que les médecins traitants (MT) ne sont pas, à ce jour, rémunérés pour le suivi de ce type de patient. « Nous avons demandé que les généralistes et les cardiologues soient rémunérés pour ce temps qu’ils prennent en plus » affirme-t-il. Et si, a priori, d’après lui, la CNAM serait plutôt ouverte au dialogue et favorable, au moins sur le principe, à intégrer dans la présente Convention un forfait AVK pour les généralistes, elle n’aurait « pas encore sorti le chéquier ! ».

Caroline Laires-Tavares et Giulia Gandolfi
Source : Legeneraliste.fr

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
Buzyn

Plan Santé 2022 Buzyn : « Nous allons aider les médecins à répondre aux besoins de santé sur leur territoire »

La ministre de la Santé décrypte le plan santé présenté ce mardi par Emmanuel Macron. D'ici à 2022, le gouvernement veut créer 1 000 CPTS pour répondre aux besoins de santé sur les territoires,...12

4 000 assistants médicaux, exercice mixte à l'hôpital, fin du numerus clausus Les principales mesures du plan santé d'Emmanuel Macron

Emmanuel Macron

Le plan santé dévoilé mardi par le chef de l'État comprend 54 mesures visant à réformer en profondeur le système de soins pendant le... 5

Entre espoirs et agacement, les médecins partagés après l'annonce du plan santé

Smiley

De très nombreux acteurs du monde médical ont commenté ce mardi le plan santé, présenté par Emmanuel Macron le matin même. Après les... Commenter

Pédagogie STRATÉGIES COGNITIVES ET ERREURS DIAGNOSTIQUES Abonné

Ampoule cassee

Comment les médecins font-ils pour poser des diagnostics et pourquoi se trompent-ils parfois ? Face à un patient, les praticiens génèrent... Commenter

Toxicologie  L’INTOXICATION AU PARACÉTAMOL Abonné

Paracetamol

Hautement hépatotoxique aux doses suprathérapeutiques, le paracétamol est à l’origine de l’une des intoxications les plus fréquentes.... Commenter

A découvrir