Cancer - La recherche s’accélère dans le mélanome

CancerLa recherche s’accélère dans le mélanome

04.06.2012

Après deux molécules novatrices récentes, de nouvelles avancées dans le traitement du mélanome ont été présentées à l’Asco, grand rendez-vous annuel de la cancérologie à Chicago. L’une d’elle concerne le trametinib qui a démontré un bénéfice significatif en terme de survie globale et devrait obtenir bientôt son AMM.

  • La recherche s’accélère dans le mélanome - 1

    La recherche s’accélère dans le mélanome

Lors du 48ème congrès de l’ASCO à Chicago, le Dr Caroline Robert, (cancérologue et chef de service de dermatologie de l’Institut Gustave Roussy, Villejuif) a montré que le trametinib (développé par GSK) est la première molécule de la classe des inhibiteurs de MEK démontrant une amélioration de la survie sans progression et de la survie globale par rapport aux chimiothérapies habituelles du mélanome.

Les chimiothérapies standard utilisées dans le traitement des mélanomes métastatiques ou avancées, la dacarbazine ou le paclitaxel, ont un effet limité. L’an dernier, des avancées avaient été mises en évidence avec une thérapie ciblée anti-BRAF, Zelboraf® (vemurafenib de Roche) et une immunothérapie, Yervoy® (ipilimumab, un anti-CTLA-4 de BMS) qui ont obtenu leur Autorisation de Mise sur le Marché (AMM). Les deux nouvelles percées concernent elles aussi la voie du gène mutant BRAF qui est présent dans 50 % des mélanomes métastasés et qui est impliqué dans la croissance tumorale. Le trametinib est une nouvelle thérapie ciblée, hautement spécifique de sa cible : MEK, située en aval de BRAF sur la même voie de signalisation Quant au dabrafenib, il cible, lui, le BRAF muté.

Dans la première étude, le trametinib a été comparé à deux chimiothérapies utilisées en traitements standards actuels : dacarbazine ou paclitaxel. L’étude a été menée chez 322 patients atteints de mélanome métastatique ou avancé, porteur de la mutation BRAF V600E/K.

Les résultats de cette étude sont en faveur du trametinib avec un risque de progression de la maladie diminué de 56%, une survie sans progression de 4,8 mois contre 1,4 mois pour la chimiothérapie et un taux de réponse globale de 22% avec le trametinib contre 8% avec la chimiothérapie. Parmi les 108 patients du bras comparateur, 51 (47%) dont les tumeurs progressaient ont "switché" vers le trametinib comme le prévoyait le protocole. Le trametinib a aussi démontré un bénéfice significatif en termes de survie globale avec une diminution du risque de décès de 46% par rapport à la chimiothérapie. Les effets secondaires les plus fréquemment observés avec le trametinib étaient : des éruptions cutanées, de la diarrhée, des œdèmes, de l’hypertension et de la fatigue. « Une Autorisation de Mise sur le Marché pour le trametinib devrait être délivrée prochainement » indique un communiqué de l’Institut Gustave Roussy.

La deuxième étude, allemande cette fois, a exploré l’intérêt du dabrafenib (GSK). Il permet une réduction de 70 % du risque de progression du mélanome chez 250 patients ayant un mélanome inopérable. Mais les données concernant la survie générale ne sont pas encore disponibles. GSK a annoncé le début d'un essai clinique de phase III combinant le dabrafenib et le trametinib

Source : Legeneraliste.fr
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
Vincent Renard

[VIDEO] Congrès des généralistes enseignants « L'injonction d'obligation vaccinale fait le lit des mouvements antivaccins », selon le patron du CNGE

Congrès du CNGE jour 2. La grande plénière d'aujourd'hui est consacrée à un sujet qui agite l’opinion publique, le monde médical et le collège des généralistes enseignants : l’extension de l...1

[Vidéo] Une greffe de peau sur 95% du corps entre vrais jumeaux

Pr Maurice Mimoun

Ce n’est pas la première fois que l’on effectue une greffe de peau entre jumeaux homozygotes, mais jamais, une telle opération n’avait été... Commenter

Les déserts médicaux disparaîtront d'ici « 7 à 8 ans » sans conventionnement sélectif, prédit le Dr Philippe Vermesch (SML)

Philippe Vermesch

Invité à débattre de la désertification médicale mercredi sur Public Sénat, le Dr Philippe Vermesch, président du Syndicat des médecins... 3

Infectiologie SPORT ET PATHOLOGIES INFECTIEUSES DE L'ENFANT Abonné

Sport

Les pédiatres infectiologues américains viennent de publier des recommandations sur la prise en charge et la prévention des pathologies... Commenter

Nutrition BOISSONS ÉNERGISANTES : PAS SANS RISQUES Abonné

boisson

Elles connaissent un franc succès auprès des jeunes, sportifs ou non. Cocktails de stimulants comme la caféine, la taurine, le... Commenter

A découvrir