Santé publique - Les centres de bronzage dans le collimateur des autorités sanitaires

Santé publiqueLes centres de bronzage dans le collimateur des autorités sanitaires

23.05.2012

À l’occasion de la Journée mondiale du dépistage du cancer de la peau plusieurs experts alertent une nouvelle fois contre les dangers des UV artificiels. Et tordent le cou aux faux arguments santé concernant ces pratiques. Ce dossier fera l’objet de la première décision de santé publique du nouveau gouvernement qui prépare un décret pour durcir la réglementation sur les cabines à UV.

  • Les centres de bronzage dans le collimateur des autorités sanitaires - 1

    Les centres de bronzage dans le collimateur des autorités sanitaires

Le gouvernement prépare un décret pour durcir la réglementation sur les cabines de bronzage artificiel, a annoncé mercredi la nouvelle ministre de la Santé, Marisol Touraine. Face au risque de cancers de la peau entraîné par les appareils à ultra-violets (UV) artificiels il est donc prévu de renforcer les contrôles et les sanctions, a-t-elle indiqué lors d'une conférence de presse à Paris. Le projet de texte vise à «mieux protéger les utilisateurs en encadrant plus strictement l'utilisation de ces appareils», en obligeant notamment les centres de bronzage à proposer gratuitement des lunettes de protection à leurs clients, a relevé la ministre.Une obligation d'affichage des risques pour la santé des UV artificiels dans les centres de bronzage et sur les appareils eux-mêmes est envisagée. Enfin, le gouvernement réfléchit aux moyens de restreindre la possibilité d'acheter via Internet des appareils UV (lampes à bronzer, etc.) par le grand public.

Cette intervention fait suite à la publication d’une étude du dernier BEH selon laquelle le nombre de cancers de la peau double pratiquement tous les 10 ans. Un constat qui se double d’un véritable réquisitoire. Selon les données colligées dans ce numéro thématique, « plus de 13 % de l’ensemble de la population française âgée de 15 à 75 ans, soit environ 6 millions de personnes, ont déjà eu recours au moins une fois dans leur vie aux UV artificiels pour bronzer ». Cet usage est plus répandu chez les femmes « presque 3 fois plus nombreuses que les hommes à s’être déjà exposées » et parmi les jeunes, avec un pic entre 35 et 44 ans. La pratique du bronzage en cabine est aussi associée au niveau économique des individus, et augmente avec les revenus.

Des idées fausses bien ancrées

Fait notable, parmi ces utilisateurs, seulement 60 % s’estiment bien informés sur les risques de cancer liés aux cabines UV. Surtout, près de la moitié considèrent qu’un passage sous les lampes solaires « permet de préparer sa peau pour se protéger des coups de soleil ». À tort, comme le souligne Julie Gaillot-de Saintignon (INCa) qui démonte les uns après les autres les bénéfices santé présumés de ces pratiques. « Contrairement aux mécanismes biologiques qui découlent d’une exposition aux UV naturels, lors d’une exposition aux UV artificiels, la pigmentation de la peau n’est pas associée à un épaississement de l’épiderme. Or, cet épaississement physiologique constitue une protection pour les expositions futures aux rayonnements UV. La pigmentation acquise en cabine ne représente donc pas une protection efficace vis-à-vis des expositions ultérieures ».

Contrairement à ce qui a pu être avancé, l’exposition aux UV artificiel n’a pas non plus d’intérêt en cas d’insuffisance en vitamine D. « Quelques études biologiques, réalisées sur un faible échantillon de volontaires, montrent une augmentation du taux de vitamine D après des expositions répétées aux lampes de bronzage reconnaît Julie Gaillot-de Saintignon. Toutefois, étant donné le potentiel cancérogène avéré des UV artificiels, et la possibilité d’apport en vitamine D par voie orale, l’utilisation de cabines UV pour couvrir les besoins physiologiques en vitamine D pour la population générale ne peut se justifier ». Ce d’autant, que lors d’une exposition au soleil, la production de vitamine D par l’organisme atteint très rapidement un plateau. « Ainsi, les expositions prolongées -comme celle reproduite en cabine- n’augmentent pas davantage le taux de vitamine D, mais provoquent une augmentation linéaire des dommages à l’ADN dans le noyau des cellules de la peau ».

Concernant un éventuel impact positif sur la dépression saisonnière, là encore l’argument ne tient pas puisque celle-ci « relève exclusivement de la lumière visible ». Enfin, si certains articles récents ont suggéré un effet favorable des UV sur l’incidence de certains cancers non cutanés (sein, côlon, prostate), « à ce jour, les rares études épidémiologiques disponibles ne permettent de démontrer cet effet qu’avec un niveau de preuve limité » et de nombreux biais méthodologiques.

Autre idée reçue battue en brèche dans ce BEH : l’innocuité des UVA. Longtemps considérés comme relativement inoffensifs, ces rayons – qui constituent le gros de ceux délivrés par les lampes solaires – ont certes un potentiel érythémal faible, mais « des données récentes montrent que certaines altérations de l’ADN des cellules de la peau, à l’origine des tumeurs malignes cutanées, peuvent également survenir lors d’une exposition aux UVA ». Au total, «Une séance dans une cabine de bronzage UV en France, correspond à une exposition de même durée au soleil de midi sur une plage des Caraïbes sans protection solaire ». Fort de ces nouvelles preuves, le Circ a d’ailleurs classé UVA et les UV artificiels comme cancérogènes au même titre que les UVB.

Bénédicte Gatin
Source : Legeneraliste.fr

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
.

Les portraits de l'été Aviscène, la médecine à la vie comme à la scène

« Aviscène » est un interne boute-en-train. Étudiant en médecine à la vie, Youtubeur et comédien à la scène, Aviscène (il souhaite rester anonyme) est un hyperactif et cela s'entend dans son...Commenter

Les dossiers qui ont marqué l'année Un dépistage organisé… mais à deux vitesses

Photo lead

Lancé mi-mai, le programme de dépistage organisé du cancer du col de l’utérus cible surtout les femmes qui échappent au dépistage.... 1

Zoom en vidéo [Vidéo] Selon la revue Science, des gènes s'activent après la mort

Gènes

Chez des souris et des poissons zèbres, des chercheurs ont étudié l'activité de plus de 1000 gènes qui sont actifs dans les 4 jours après... 1

Médecine des voyages SANTÉ DES VOYAGEURS 2018 Abonné

Voyage

Encéphalite japonaise, fièvre jaune, paludisme et mise à jour des vaccins courants sont au cœur de l'actualisation des recommandations aux... Commenter

Infectiologie MALADIE DE LYME : LES MANIFESTATIONS PRÉCOCES Abonné

Lyme

Dans le cadre du Plan national de lutte contre la maladie de Lyme de 2016, la HAS vient d’élaborer un protocole de diagnostic et de soins.... Commenter

A découvrir