Médecin traitant - Comment la Mutualité veut renforcer le parcours de soins

Médecin traitantComment la Mutualité veut renforcer le parcours de soins

12.04.2012

C’est au tour de la Mutualité française de proposer une vingtaine de mesures aux candidats à l’élection présidentielle pour améliorer l’accès aux soins. La FNMF, que préside Etienne Caniard, propose de renforcer la dynamique du parcours de soins, avec tiers payant automatique et suppression de la frnachise de un euro dans ce cadre.

  • Comment la Mutualité veut renforcer le parcours de soins   - 1

    Comment la Mutualité veut renforcer le parcours de soins

La Mutualité française veut elle aussi rentrer dans la campagne. Un peu tardivement certes, mais avec une série de mesures en matière de santé qui renforceraient le rôle du médecin traitant dans le parcours de soins. Adopté le 29 mars par la Fédération, le plan d’action a été envoyé par courrier aux dix candidats pour connaître leur engagement en matière de santé et de protection sociale. Plutôt que de pénaliser les adeptes du «vagabondage médical» (comme ce fut le cas ces dernières années via des hausses de ticket modérateur dans le hors parcours de soins), la Fédération que préside Etienne Caniard propose de récompenser ceux qui feraient de leur médecin traitant leur interlocuteur privilégié. Pour cela, elle dispenserait «totalement les adhérents de l’avance de frais pour les soins assurés chez le médecin traitant». Selon elle, le tiers payant pourrait être plus facilement appliqué par les «structures organisées de médecine de proximité bien réparties géographiquement» telles que les centres de santé, les maisons et pôles de santé. Une proposition déjà formulée par MG France, et défendue par François Hollande. Mais alors que le candidat socialiste ne s’est toujours pas prononcé sur ce qu’il ferait à propos de la franchise de un euro instauré en 2005, la Mutualité, elle, va plus loin. Elle propose en effet de la supprimer pour les patients respectant le parcours de soins.

La FNMF préconise par ailleurs d’instaurer «un droit réel à une complémentaire santé solidaire, de qualité et à un prix accessible à tous», en favorisant la mutualisation entre les contrats des complémentaires et en restaurant «la participation de l’Etat au financement de la CMU et de l’ACS». Enfin, les mutualistes veulent également limiter les dépassements d’honoraires des médecins de secteur 2 en plafonnant les tarifs. Dans ce cadre régulé, les mutuelles prendraient en charge les dpéassements. Mais la menace d’un déconventionnement des praticiens qui ne respecteraient ce plafond pourrait alors planer sur les médecins.

Caroline Laires-Tavares
Source : Legeneraliste.fr

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
.

ROSP : Top départ pour votre déclaration, attention aux indicateurs modifiés

Pour les généralistes, l'heure est venue de remplir ses indicateurs de rémunération sur objectifs de santé publique (ROSP) clinique et du forfait structure pour 2018. Après les déboires de l'an...1

Implants files, le manifeste de sept associations en faveur d'une AMM pour les dispositifs médicaux à risque

incontinence urinaire schéma pelvis

Dans le sillage de l’enquête Implants Files, sept associations de malades, d’usagers et médicales (AIDES, France Assos Santé, Ligue... Commenter

3 millions de DMP ouverts, plastronne l'Assurance maladie

DMP

Et si cette fois, c’était la bonne ? Cinq semaines après avoir relancé le dossier médical partagé (DMP), l’Assurance maladie a annoncé... 5

URGENCES EN DERMATOLOGIE Abonné

Dermatologie

On distingue plusieurs catégories d'urgence dermatologique. La première doit faire redouter le début d'une urgence vitale, souvent de... Commenter

PATHOLOGIES DU CUIR CHEVELU Abonné

Psoriasis

Les atteintes du cuir chevelu sont un motif de consultation récurrent. Elles altèrent la qualité de vie des patients. Il peut s’agir de... Commenter

A découvrir