Congrès - Cardiologie: dernières news de l’ACC de Chicago...

CongrèsCardiologie: dernières news de l’ACC de Chicago...

27.03.2012

La 61ème édition du congrès annuel de l'American College of Cardiology a réuni les experts de la discipline du monde entier de samedi à mardi à Chicago. Plusieurs essais ont révélé des pistes intéressantes, avec des résultats concrets pour certains, dans plusieurs aspects de la cardiologie. Focus sur cinq études phares qui ont été présentées.

  • Cardiologie: dernières news de l’ACC de Chicago... - 1

    Cardiologie: dernières news de l’ACC de Chicago...

A Chicago, le Congrès de l’ACC devait fermer ses portes mardi soir. En quatre jours de débats de nombreuses communications ont été présentées par des équipes du monde entier. Des études ont notamment été présentées sur les nouveaux anticholestérols et anti-agrégants ou sur l’intérêt de la thérapie cellulaire en cardiologie. Retour sur les principales.

Enthousiasme pour des nouveaux anticholestérols

Un anticorps monoclonal injectable agissant sur un récepteur du LDL cholestérol (PCSK9) permet de réduire le cholestérol de 73 % chez des patients souffrant d’hypercholestérolémies primaires déjà traités par atorvastatine mais restant à des niveaux élevés de cholestérol sous traitement. L’étude de phase II du produit SAR236553/REGN727 (Regeneron Pharmaceuticals/Sanofi) a porté sur 182 patients durant 12 semaines pour un essai de recherche de dose. Les commentateurs ont été très enthousiastes sur la baisse spectaculaire du cholestérol chez des patients déjà traités par statine. Ces premiers résultats ont été rassurants sur la tolérance, compte tenu des données expérimentales et l’absence de signal de sécurité sur le foie ou le muscle. Mais la question va être de déterminer le bénéfice clinique net de cette thérapeutique sans oublier les contraintes de l’injection sous cutanée toutes les deux semaines et, probablement les réactions immunitaires contre l’anticorps à long terme. Un essai de phase I, cette fois sans statine associée, a montré le même ordre de résultats. Un autre composé proche, l’AMG 145 (Amgen) a lui aussi montré une réduction du cholestérol de 75 % après six semaines d’injection bimensuelles. Il va entrer en phase II.

Résultats mitigés pour le vorapaxar

L’anti-agrégant de Merck a montré qu’il permettait une diminution significative de la mortalité cardio-vasculaire et des accidents ischémiques après infarctus, mais au prix d’un doublement du risque d'hémorragies (y compris intracrânienne). Ce nouvel anti-agrégant agit sur le récepteur cellulaire impliqué dans l'activation de la thrombine, sans intervenir sur les facteurs de la coagulation. Il devait donc entraîner moins de risques de saignement que les antiagrégants plaquettaires classiques, mais cela ne se vérifie pas dans des essais de grande envergure

L’embolie pulmonaire peut être traitée par voie orale.

Selon l’essai Einstein, le rivaroxaban (Xarelto, Bayer) par voie orale fait aussi bien que le traitement classique de l’embolie pulmonaire avec une héparine de bas poids moléculaire injectable relayée par anti-vitamine K. Le rivaroxaban divise par deux les hémorragies graves et laisse espérer un traitement plus simple sans monitoring et un coût diminué en jours d’hospitalisation. En regroupant les résultats concernant l’embolie pulmonaire et la thrombose veineuse soit 8000 patients, le traitement par rivaroxaban est aussi efficace que la thérapeutique de référence avec une réduction de 46 % des hémorragie majeures.

Thérapie cellulaire relancée

Un nouvel essai (FOCUS) remet en selle le concept de thérapie cellulaire, même si les résultats cliniques globaux sont négatifs. Un bénéfice significatif est observé chez les patients dont les cellules souches greffées étaient les plus performantes. Ainsi, chez les patients de moins de 62 ans, l'écart de fraction d’éjection ventriculaire gauche à 6 mois atteint 4,7%, contre 0,6% parmi les patients plus âgés, la différence se faisant à la fois sur la qualité des cellules souches et l’âge des patients.

Les raisins font baisser la pression artérielle.

Les raisins via leurs contenus en anti-oxydants ont des vertus hypotensives selon un essai prospectif randomisé chez des patients ayant une pré-hypertension, c’est à dire une pression artérielle (PA) systolique comprise entre 120 et 139 mm de mercure et une pression diastolique entre 80 et 89 mm de Mercure. Ce petit essai, financé par le lobby du raisin sec californien, a inclus 46 hommes et femmes qui ont ingéré trois fois par jour, pendant 12 semaines, soit des raisins secs, soit des snacks de même apport calorique (biscuits, cookies). A la différence du groupe contrôle, les patients ayant mangé des raisins secs baissent leur PA systolique de 6 à 10 mm de mercure et leur diastolique de 2 à 5 mm. Par ailleurs, dans la ligne des habitudes de vie, dormir plus huit heures ou moins de six heures augmente le risque cardiovasculaire.

Dr Muriel Gevrey
Source : Legeneraliste.fr

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
ROSP

ROSP clinique : autant de généralistes gagnants que de perdants, assure la CNAM

Les médecins généralistes ont-ils tous subi une baisse importante de leur rémunération sur objectifs de santé publique (ROSP) pour 2017 ? Selon les chiffres communiqués début avril par l'Assurance...8

Travailler plus pour désengorger les urgences : les généralistes exaspérés par le rapport Mesnier

Salle d'attente

Quelques heures seulement après la remise du rapport Mesnier sur les soins non programmés, les premières réactions se font entendre. Le... 6

Homéopathie : pas de preuves scientifiques mais un effet placebo à ne pas négliger, juge l'Académie

Académie de médecine

Discrète jusqu’ici, l’Académie de Médecine s’est finalement exprimée sur l’homéopathie. Une première depuis la publication fin mars d’une... 2

Cardiologie connectée L'HTA "3.0" Abonné

Automesure

Si l'efficacité de l'automesure tensionnelle ne fait plus de doute pour le diagnostic d'HTA et son suivi, quels bénéfices apporte la... Commenter

ORL LA SINUSITE D'ORIGINE DENTAIRE Abonné

0

C'est l'analyse sémiologique fine d'une cacosmie nauséabonde d'une rhinorrhée unilatérale sans fièvre qui fait évoquer la rupture d'un... 1

A découvrir