Santé publique - Un plan pour booster la vaccination

Santé publiqueUn plan pour booster la vaccination

22.03.2012

Le ministère de la Santé a lancé un programme national de vaccination qui prévoit de simplifier le calendrier vaccinal dès 2013, de développer un carnet de vaccination électronique pour les adultes comme pour les enfants et de redéfinir les notions de vaccination recommandées. Ce programme envisage aussi que les médecins puissent disposer de vaccins au sein du cabinet, afin de faciliter l’accès à la vaccination.

  • Un plan pour booster la vaccination - 1

    Un plan pour booster la vaccination

En 2013, la vaccination en France aura-t-elle un nouveau visage ? C’est en tout cas la volonté du ministère de la Santé, qui a lancé un programme national de vaccination 2012-2017. « Celui ci tient compte des enseignements des campagnes de vaccination récentes : pandémie grippale, rougeole, méningocoque B en Haute Normandie et Picardie », précise le ministère.

L’objectif du programme est d’abord de simplifier le calendrier vaccinal, « devenu illisible pour le grand public comme pour les médecins » soulignait mercredi à l’AFP Nora Berra, Secrétaire d’Etat chargée de la Santé. Une simplification qui a déjà été engagée par le Haut Comité de la publique depuis des mois, en prévoyant davantage de co-administrations de vaccins (pour alléger le nombre d’injections) et la limitation des exceptions.

Carnet de santé électronique pour tous

En second lieu, les autorités souhaitent favoriser un meilleur suivi des vaccinations par les personnes concernées et par leur médecin traitant. Avec la mise en place d’un carnet de santé électronique, en lien avec le Dossier médical partagé. Avec ce système dématérialisé, le statut vaccinal des enfants, mais surtout celui des adultes, serait mieux connu des patients comme des médecins (les carnets de santé des enfants étant en général bien remplis).

Le programme prévoit également de redéfinir les notions de « vaccinations recommandées » et de « vaccinations obligatoires ». Rappelons qu’aujourd’hui, un nombre très limité de vaccinations sont obligatoires. La primovaccination Diphtérie-Tetanos-Polio trois injections à 2, 3 et 4 mois), les rappels DTP jusqu’à 16-18 mois, et les rappels Polio jusqu’à 13 ans le sont ; ainsi que la vaccination contre la fièvre jaune pour tous les résidents de Guyane. Les autres vaccinations sont, quant à elles, seulement recommandées et« sont souvent perçues à tort comme facultatives, alors que « lorsqu’ un vaccin est recommandé, il faut aller se faire vacciner, » martèle Nora Berra.

A ce sujet, un groupe d’études de l’Assemblée nationale sur la vaccination, présidé par Olivier Jardé (NC) et Edwige Antier (UMP) a préconisé d’entamer une réflexion sur le caractère obligatoire de certains vaccins », notamment pour le ROR. Pour ce groupe de députés, les récentes épidémies de rougeole qui sévissent depuis 2008 et qui ont entrainé, en 2011, près de 1500 cas dont 6 décès, nécessitent de rendre ce vaccin obligatoire. Mais on peut douter qu’une telle proposition soit retenue par un gouvernement qui se veut plus prudent, misant plutôt sur les campagnes de communication auprès du public pour favoriser l’acceptabilité des vaccins.

Enfin, le programme gouvernemental envisage de simplifier le parcours de vaccination chez les médecins libéraux, avec la possibilité pour le médecin de disposer de vaccins au cabinet. Ainsi, le parcours « ordonnance chez le médecin - délivrance à la pharmacie – retour chez le médecin pour vaccination - serait allégé.

Charlotte Demarti
Source : Legeneraliste.fr
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
.

Reportage Télémédecine : test grandeur nature dans le Grand Est

C’est depuis l’ancienne animalerie remise à neuf du vieil hôpital de Strasbourg, aujourd’hui siège de la société Hopimédical, que le lancement officiel du chantier a eu lieu le 11 septembre, auprès...Commenter

Dossier congrès

Maladie athéromateuse40 ans d’angioplastie... et encore des questions Abonné

ouv

Quarante ans après la première intervention chez l’homme, l’angioplastie a révolutionné la prise en charge des syndromes coronariens et la... Commenter

Stratégie nationale de santé Agnès Buzyn joue la concertation Abonné

.

La ministre a mis au point en début de semaine une Stratégie Nationale de Santé (SNS) en quatre points qui sera la feuille de route du... Commenter

Dermatologie LE PSEUDO-XANTHOME ELASTIQUE Abonné

pseudo-xanthome

Certaines pathologies héréditaires induisent une altération du tissu élastique. Compte tenu des conséquences au niveau de différents... Commenter

Médecine du sport LE CERTIFICAT DE NON CONTRE-INDICATION AU SPORT EN 2017 Abonné

certificat sportif

Jusqu’à présent, l’obtention d’une licence sportive était conditionnée par la rédaction d’un certificat médical annuel de non... Commenter

A découvrir